…suspendu sur l’abîme, lancé dans le balancement formidable de la cloche, il saisissait le monstre d’airain aux oreillettes, l’étreignait de ses deux genoux, l’éperonnait de ses deux talons, et redoublait de tout le choc et de tout le poids de son corps la furie de la volée. Cependant la tour vacillait; lui, criait et grinçait des dents, ses cheveux roux se herissaient, sa poitrine faisait le bruit d’un soufflet de forge, son oeil jetait des flammes, la cloche monstrueuse hennissait toute haletant sous lui, et alors ce n’était plus ni le bourdon de Notre-Dame ni Quasimodo, c’était un rêve, un tourbillon, une tempête; le vertige à cheval sur le bruit; un esprit cramponné à une croupe volante; un étrange centaure moitié cloche; une espèce d’Astolphe horrible emporté sur un prodigieux hippogriffe de bronze vivant.

-Victor Hugo, Notre-Dame de Paris (“The Hunchback of Notre-Dame”)

J’ai lu cet extraite pour mon cours français, et je le trouvais intéressant, presque sexuel…La relation entre Quasimodo et la cloche de Notre-Dame est complémentaire; les deux se doivent, pour l’amour.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s