Destination: Narita, Kamakura, et Atami, Japon

Salut/こんにちは!

Bienvenue au premier post de mes voyages en Asie pendant le mois de juin (et un peu de juillet). Pendant trois semaines, j’ai visité les pays du Japon et du Taïwan. On commence avec mes aventures au Japon, parce que, ben, j’ai commencé mes voyages là-bas. Du coup, c’est logique! 😉

C’était ma première fois au Japon; j’avais eu hâte d’y visiter, car il serait différent que des autres voyages que j’ai fait en Europe, à l’Amérique du Nord, même si en Chine ou au Taïwan. En particulier, j’avais eu hâte d’apprendre un peu plus de la culture japonaise au moyen de l’histoire, des sanctuaires et des temples shintos ou bouddhistes, et bien sûr la cuisine (et ce n’est pas juste de sushi!).

Bref, mon voyage: j’ai pris un vol de nuit (1h00, bravo!) de Los Angeles à Taipei, Taïwan où j’ai eu une correspondance à l’aéroport Narita qui est situé 60 kilomètres de Tokyo. En totale, les vols ont duré presque 24 heures- une journée a éte déjà passée!

Fatigués, ma famille et moi s’est reçu par un agent du tourisme, qui nous a accueilli et nous a mené à la navette afin d’aller à l’hôtel à Narita dans lequel on allait rester pendant la nuit. On y est arrivé pendant l’après-midi, mais on était si fatigué qu’on ne s’est reposé que le reste de la journée. On a pris le dîner ce soir au resto du hôtel où on a mangé des bentos délicieux. Enfin, je me suis couchée…à 19h00 (c’était le décalage-horaire).

Le lendemain, on a fait le check-out du hôtel et s’est joint le voyage organisé (un “tour group”) pour huit jours du voyage au Japon, sur l’île de Honshu (sur laquelle les grandes villes de Tokyo, Kyoto, et Osaka se sont situées). On est parti à la première destination à Tokyo Aqua Bay Line, un pont-tunnel qui relie des régions de Chiba et Kanagawa, donc on réduit le temps du trajet à 15 minutes (versus 90 minutes). On n’est pas restée beaucoup de temps là-bas, et on n’a traversé que le pont-tunnel.

Ensuite, on a visité Kamakura afin de voir le sanctuaire Tsurugaoka Hachimangū. Il a 1000 ans, et c’est le plus important sanctuaire dans la ville de Kamakura. Avant d’y entrer, il faut se laver les mains avec une petite fontaine près de l’entrée; c’est la tradition. Bien que j’aie vu des temples et des santuaires plus grands et impressionants au Japon après ce jour-là, j’ai trouvé le Tsurugaoka Hachimangū assez bien.

Le Tsurugaoka Hachimangū.
Le Tsurugaoka Hachimangū.

Après, on a pris un pousse-pousse (“rickshaw,” en anglais. C’est marrant, le mot en français!) à travers un quartier calme de Kamakura. Bravo au conducteur qui a transporté mon papa et moi! 🙂

Sur le pousse-pousse.
Sur le pousse-pousse.

On a pris le déjeuner après en mangeant de l’udon et de la tempura (miam!), ainsi qu’on a flâné sur la rue touristiques en goûtant de la glace avec des goûts matcha (un thé vert) et patate douce violette (oui, elle existe!) et en achètant du mochis comme souvenirs…afin d’en goûté plus tard! Beaucoup de manger, ce jour-là!

La glace avec des goûts matcha et patate douce violette.
La glace avec des goûts matcha et patate douce violette.

On a quitté le Tsurugaoka Hachimangū à l’après-midi, et on a fait une pause briève à Hase-dera, un temple qui a la plus grosse statue de la figure spirituelle bouddhiste, Kannon. J’ai aussi vu des hortensias qui étaient beaux.

Au temple Hase-dera.
Au temple Hase-dera.

On est parti Kamakura à 16h00 et est allé à Atami, une autre petite ville où on allait rester la nuit. L’hôtel était intéressant, parce que (1) il est situé au sommet d’une falaise qui donne sur la mer Sagami (en fait, le hall est situé sur le 17ème étage!), (2) il y a une source chaude et un sauna pour des clients, et (3) il faut porter un yukata, un type du kimono, pour la source chaude et le dîner. Voici mon yukata!

Yukata time!
Yukata time!

Puisque j’ai jamais fait ni la source chaude ni le sauna, j’ai décidé de les faire après on s’est fait enregistré. Au Japon, on est nu dans cettes commodités et au début, j’ai eu mal à l’aise d’être nue. Mais enfin, personne se sent concerné; les gens ont fait leurs affaires et j’ai fait les miennes. J’ai quitté les commodités après et je me suis sentie plus décontractée et heureuse.

On a pris le dîner ce soir; on a porté des yukatas et on s’est assis sur un kotatsu qui est un table très bas. Du coup, on n’a pas eu de chaises et il faut s’asseoir sur le sol. C’est la tradition japonaise et malgré j’ai du mal à m’asseoir sur le sol, j’ai bien aimé des plats du sashimi, des légumes marinés, et de la soupe de miso. On a bien mangé.

Après, on a assisté une petite une démonstration de la préparation du mochi; j’ai pu frapper du riz gluant avec un marteau du bois et j’ai goûté le produit finale à la fin! J’ai fait encore la source chaude, cette fois avec ma soeur, avant de me coucher. Tout allait bien.

Bon, on reste plus des posts sur mes aventures du Japon (et après, du Taïwan!). Restez avec moi pour le prochain post sur Tokyo! 😀

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s