Une journée à mon université (et réflexions)

Salut, tout le monde.

Comme vous savez (ou pas), j’ai été diplômée de l’université il y a deux ans, après avoir passé quatre ans en tant qu’une étudiante. Là-bas, j’ai étudié la littérature anglaise, et aussi le français et la société-génétique comme mes matières secondaires. J’ai vécu des moments heureuses et aussi ceux difficiles, mais à la fin, je suis contente d’avoir étudié à mon université.

Du coup, quelle université suis-je allée? Je ne sais pas si je l’ai mentionné sur ce blog, mais en tout cas, j’ai étudié à l’université de la Californie à Los Angeles, ou “UCLA.” Apparemment, elle est assez connue du monde, même si je ne savais pas l’échelle de sa reputation…globalement! Ce qui m’a surpris, c’est le fait que les gens qui je rencontre pendant mes voyages partout connaissent ma fac. Je pense que c’est parce que sa recherche est bien, ainsi que ses équipes du sport (NCAA Division I). San doute, UCLA est université prestigieuse.

À Royce Hall.
Au couloir de Royce Hall.

Il semble que j’aie l’air arrogante, et je le ne nie pas: je suis fière de mon “alma mater,” mais aussi je ne veux pas être ignorante aux autres universités du monde—perso, je respecte tout le monde, et c’est n’importe quelle université dans laquelle on a étudié. Au moins, on a obtenu une bonne education et on a bien utilisé leur compétences pour trouver un travail qui le fait content. Alors, c’est n’importe quoi!

Les colonnes dedans Royce Hall.

Bref, récemment je suis retournée voir mon université pendant l’été—j’ai passé une journée sur campus et pendant que j’y marchais, j’ai l’impression d’être une étrangère, même si j’y étudiais, surtout j’y habitais, pendant quatre ans de ma vie. C’est vraiment bizarre.

En marchant entre le campus du nord (où on étudie les lettres, ou “Humanities”) et le campus du sud (les Sciences), j’ai réféchi sur mes expériences entre ces deux études. Moi, j’ai passé les premiers deux ans avec les Sciences et je les ai detesté—après j’ai changé ma spécialisation aux lettres, je suis devenue contente et, plus important, moins stressée et malade. Je me suis demandée si je n’avais pas changé mes études à la fac…continuerais-je avec les Sciences, aurais-je reprendre des cours français, ou serais-je contente avec la vie? Franchement, je ne crois pas.

À la cour des Sciences.

Pendant la promenade, je continuais à penser des gens avec qui j’ai passé du temps: nous étudiions ensemble, nous sortions ensemble, et nous essaions de comprendre ce que nous ferions après la fac. J’ai fait plusieurs activités extrascolaires et j’ai rencontré beaucoup de gens comme ça. Il y avait des gens sympas (avec qui je continue à rester en contact), des gens ambitieux, parasseux, responsables, irresponsables, sociables, discrets, etc… Moi, j’étais assez timide, même introvertie, pendant mon temps à la fac, mais quand même je me suis faite des amis—pas beaucoup, mais nous restions amis même après nous avons obtenu nos diplômes.

À Kerckhoff Hall.

Mes expériences à UCLA m’ont donné beaucoup de souvenirs–bons et mauvais–mais quand même les souvenirs inoubliables. Comme une étrangère à ma propre fac, je remarquais la beauté gothique dans ses architectures à Royce Hall, Kerckhoff Hall, et à l’intérieure de la bibliothèque Powell. Je regardais le jardin aux sculptures avec le plaisir—je prenais le temps à chaque sculpture, en admirant leurs figures abstraites. Pendant que j’y étudiais, je n’ai pas passé aucun temps au jardin aux sculptures: je me suis trop occupée de mes études, en traversant du campus pour aller aux cours. Maitenant, je peux respirer et je peux m’amuser dans un petit coin vert d’UCLA.

À la bibliothèque Powell.
Au jardin aux sculptures.

Hélas, il fallait que je sorte la fac à la fin de la journée. Bien que la visite soit courte, je suis contente d’avoir y revisité et j’ai réfléchi à mon trajet de 18 ans (naïve et perdue) à 24 ans aujourd’hui: moins naïve, mais toujours perdue dans la vie. Par contre, être perdue ne m’inquiète non plus—grâce à mon université, j’ai developpé l’assurance afin de poursuivre mes rêves: aux États-Unis, en France, au monde.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s