Une journée au musée! (Partie 2)

Bonjour!

En continuant avec ma journée aux musées il y a une semaine, je raconterai la deuxième partie de la visite. Après avoir visité le musée d’Art et d’Industrie, mes collègues et moi ont pris le déjeuner au centre ville dans un resto italien et à l’après-midi, on a continué au musée de la Mine.

Situé un peu loin du centre ville, le musée de la Mine est sur un grand terrain qui a été le site pour les mines pendant le 19ème siècle. La majorité du musée est situé dehors, avec les expositions dans des batîments différents. Il était aussi gratuit ce jour-là, du coup on a obtenu un plan du musée et on l’a exploré librement.

On a commencé dans une galerie avec des peintures et des sculptures qui répresentent l’histoire de la mine dans la ville. On a vu des centaines des uniformes des mineurs dans le prochain batîment qui ont accroché au plafond d’une grande salle spacieuse dans laquelle les mineurs ont changé leurs vêtements et ont pris la douche après une longue journée du travail. Les uniformes accrochés sur le plafond ont l’air mystérieux, ainsi que un peu effrayant ce qui serait parfait pour l’Halloween!

Les uniformes sur le plafond.

Dans les autres batîments, on a vu des machines qui ont utilisé pour faire des choses avec le métal, et aussi le charbon. Il y a un balcon juste à l’extérieur du musée qui a offert une assez jolie vue du paysage de la ville, ainsi que celle de la tour industrielle juste devant le musée où on irait pour faire une visite guidée souterraine de la mine plus tard. L’après-midi était assez froid et j’ai senti l’essence d’hiver qui arriverait bientôt.

Une machine de la mine.
La vue dehors le musée.

À 16:00, on a assisté à une visite guidée des mines souterrain, avec les tunnels et les rails avec des cars utilisé au passé. On a porté des casques comme les mineurs et on est descendu plusieurs mètres et est arrivé sous terre dans une minute. On a pris un petit voyage dans les cars sur les rails ce qui était trop cool! La visite guidée a duré une heure et on a vu des sites marqués, par ex. les radiateurs, le banc pour prendre le déjeuner entre le travail, et aussi une écurie pour les chevaux qui ont travaillé dedans!

La mine souterraine.

Après la visite guidée, on a terminé notre visite du musée– effectivement, on a terminé pour la journée après puisqu’il était déjà 17:00. On a quitté le musée et est revenu au centre ville où on s’est dit “au revoir” et est rentré chez nous. Je suis rentrée chez moi et y est arrivée vers 18:00, fatiguée mais contente avec qui s’est passée pendant la journée.

C’était une journée enrichissante avec les musées du coin dans la ville. J’ai envie de visiter plus des musées ici, alors on verra plus tard. À bientôt!

Advertisements

Une journée au musée! (Partie 1)

Salut, tout le monde!

Il y a une semaine, j’ai eu d’occasion d’y aller au musée pour le weekend. Puisque les musées dans la ville dans laquelle j’habite étaient gratuits ce dimanche, j’ai décidé de profiter bien de celà. Du coup, j’y suis allée avec plusieurs mes collègues et je me suis bien amusée.

Au début, on s’est rencontré devant le premier musée: le musée d’Art et d’Industrie. Je l’ai visité avec cinq autres personnes et on a passé deux heures dans le musée en regardant des expositions sur les armes, les rubans, et les vélos de la passée. C’est parce que la ville était une grande ville industrielle pendant les 19ème et 20ème siècles, et alors elle a fabriqué beaucoup d’armes, de rubans, etc. C’était fascinant à voir tous les expositions dedans le musée.

Le musée.

On a commencé avec les armes. Il y avait deux ou trois salles des armes, grands et petits, et c’était très intéressants à voir des armes qui s’étaient produits dans la ville (et aussi un peu partout du monde). J’ai vu beaucoup d’armes qui avaient des dessins complexes, assez jolis, mais aussi dangereux…mon ami qui a aussi assisté au musée m’a dit que les armes étaient “trop” masculins pour lui…il avait raison, parce que après un certain moment, je ne voulais pas regarder des armes non plus.

Les armes historiques.

Ensuite, on a visité les expositions des appareils-photos, ce qui m’a beaucoup fasciné. J’aime bien prendre des photos pendant mes voyages, et du coup, c’était géniale qu’il y ait eu des appareils-photos des 19ème et 20ème siècles. J’ai trouvé ces artéfacts assez sympa et plus pertinent que les armes avant.

Les appareils-photos.

Après les appareils-photos, on a visité les expositions des rubans. Il y avait aussi une grande machine de 19ème siècle qui se fabrique des rubans et une conservatrice nous a montré comment elle marche. C’était trop complexe, mais quand même, c’était sympa à voir ce que les rubans étaient faits. Très legers et colorés, ils étaient tellement jolis.

L’arc de ciel des rubans.

Enfin, la dernière exposition qu’on a vu, c’était la salle des vélos anciens. Moi, je ne fais pas du vélo, mais un des collègues qui a assisté au musée, il aime faire du vélo, du coup ça lui a intéressé. Mais quand même, j’ai vu tous les modèles du vélos et j’ai appris le changement des vélos du 19ème à 21ème siècles.

Un…vélo?!

Après, on a terminé la visite du musée. Il était vers midi quand on a terminé et alors on a quitté le musée pour aller au centre ville afin de prendre le déjeuner. En fait, c’était difficile à trouver un resto qui était ouvert le dimanche, mais on a réussi…on a visité un autre musée cet après-midi, ce que je vais raconter dans un autre post.

En général, j’ai aimée le musée d’Art et d’Industrie. Même si je ne suis pas fan des armes, quand même j’ai appris un peu d’histoire de la ville et je n’ai rien payé le tarif (puisqu’il est gratuit chaque premier dimanche du mois).

Plus de mes aventures des musées à venir bientôt. À plus!

Une journée à LACMA!

Bonjour, tout le monde!

Pendant le mois de juillet, j’ai passé une journée à LACMA (Los Angeles County Museum of Art). Grâce au musée, j’ai eu l’occasion d’y aller gratuitement pour voir tous ce qu’on peut voir dans le monde d’art.

LACMA n’est pas proche chez moi– au moins, il faut prendre 45 minutes à une heure, parce qu’il y a trop d’embouteillage à Los Angeles, ce qui est malfamé partout. Donc, je suis sortie la maison assez tôt du matin afin d’y arriver à une bonne heure (10:00) pour rencontrer des amis avec qui je vais passer du temps à LACMA.

J’y suis arrivée à 9:30 et il fallait que je trouve un stationnement près du musée. C’est vrai qu’il y a du parking à LACMA, mais il coûte très cher, environs $16/jour et je n’ai pas eu envie de payer pour cela. Alors, j’avais entendu qu’on peut trouver du stationnement gratuit sur la rue residentielle juste à côté du musée, si les places ne sont pas encore complètes. Heureusement, je suis arrivée tôt, et du coup, il y avait plusieurs places lesquelles je pouvais stationner la voiture. Le succès!

“Levitated Mass” par Michael Heizer.

Après avoir la stationné, j’ai traversé la rue et je suis entrée le musée où j’ai obtenu un ticket gratuit pour accéder des expositions. J’ai attendu mes amies qui étaient toujours en circulation (ah, c’est Los Angeles…). Pas grave, parce qu’elles sont arrivées à 11:00 et nous avons passé le reste du temps au musée.

Considéré comme “le plus grand musée contemporain à la côte ouest des États-Unis,” LACMA est situé sur le “Miracle Mile,” une rue connue près de Beverly Hills et West Hollywood. Il a plus de 150,000 oeuvres à voir, ainsi que l’exposition connue “Urban Light” où on peut prendre des photos de cela, pendant la journée ou la soirée. Moi, j’avais y visité il y a deux ans, mais pendant la nuit pour juste prendre une photo avec “Urban Light.” Je n’avais pas accédé le musée, et alors cet été, j’ai décidé d’y entrer enfin.

Panorama de “Urban Light.”
Sous les réverbères de “Urban Light.”

Mes amies et moi, nous avons passé du temps en visitant deux batîments de LACMA. Au total, il y a six batîments séparés du musée: il faut passer deux jours (au moins) pour voir tous ce qu’on peut voir à LACMA! Nous n’avons pas eu du temps, malheureusement, du coup nous avons choisi des expositions spécifiques que nous voulions voir. Nous avons visité le batîment Ahmanson qui avait une grande collection d’oeuvres d’art durant les siècles: il y avait des classiques de Pablo Picasso et Jackson Pollack, ainsi que les plus contemporains des artistes du coin (dit aussi “Los Angelenos”). Il y avait six étages du batîment, je crois, mais nous n’avons visité qu’un étage et il était déjà trop!

“Ceci n’est pas une pipe” par René Magritte.
“Campbell Soup Can” par Andy Warhol.

Ensuite, nous avons quitté le batîment Ahmanson et avons traversé la passerelle à un petit étang dehors du pavillon d’art japonais, pour voir une exposition sur l’eau, dit “Three Quintains (Hello Girls)” par Alexander Calder, un sculpteur de qui j’ai vu son autre oeuvre (“l’Aigle”) à Seattle cet été plus tôt. Quelle coincidence!

“Three Quintains (Hello Girls)” par Alexander Calder.

Nous avons enfin visité le batîment Broad Contemporary Art Museum, dans lequel nous avons regardé plus des oeuvres des artistes “Los Angelenos.” Il y avait plus des expositions (moins de peintures par rapport en Ahmanson). Aussi, il fallait prendre l’escalator en haut pour accéder le batîment et on peut voir une belle vue de Los Angeles sur la terrasse. Dedans, il y a l’exposition “Miracle Mile” (comme la rue éponyme) et aussi une exposition qui représente le futur de Los Angeles…”hi-tech!” Assez cool, je croyais.

Les lumières à Broad Contemporain Art Museum.
“Miracle Mile.”

Vers 13:00, nous avons terminé notre visite de LACMA. Bien que nous n’ayons pas vu tous ce qu’on peut voir, je pense que les expositions vues étaient plutôt incroyable. C’est bizarre, mais après mes expériences de visiter beaucoup de musées en Europe et, plus récemment, à Seattle (surtout à Chihuly Garden and Glass), je crois que j’apprécie plus l’art. Bon, je ne suis pas “snob” de l’art, mais plutôt quelqu’un qui aime regarder des jolies oeuvres et qui essaie de trouver des sens de celles-ci. Je voudrais revenir à LACMA pour regarder plus des expositions…et avoir plus du temps pour faire ça!

Destination: le train Shinkansen et le musée Miho, Japon

Salut!

On continue avec la prochaine partie de mon séjour au Japon pendant cet été:

Après avoir passé deux nuits à Tokyo, on est parti à Kyoto en prenant du train à grande vitesse (“bullet train,” en anglais) Shinkansen. Puisqu’il prend cinq à six heures par voiture de Tokyo à Kyoto, il était nécessaire de prendre quelque choses plus rapide afin d’arriver au bon temps et de pas gâcher du temps afin de s’amuser.

Le train Shinkansen.
Le train Shinkansen.

Du coup, on a pris le Shinkansen de Tokyo à Kyoto; le trajet n’a que duré deux heures et on est arrivé à 13h30. Par contre, on n’est pas resté beaucoup de temps à Kyoto, parce qu’on allait directement au musée Miho qui est situé dans les montagnes. On a pris le bus pour une autre heure, une heure et demie, et y est arrivé à 14h30.

Fondé en 1997, le musée Miho est création de Mihoko Koyama, l’une des femmes plus riches au Japon. Elle faisait la collection des arts significatifs à elle pendant quelques décennies et elle a voulu un musée qui contient tous les pièces: les tableaux, statues, tapisseries, etc. Le musée était dessiné par I.M. Pei, un architecte chinois qui a aussi dessiné le musée du Louvre à Paris- quelle coïncidence!

Avant d’entrer le musée, on a passé sous un tunnel qui ne se fait pas le perroquet (“echo,” en anglais) à cause de ce design. À la fin du tunnel, on voit un pont suspendu avec un grand arc qui semble les rayons de soleil, comme un rêve. C’est cool!

Le pont suspendu.
Le pont suspendu.

On est entré le musée, a fait une visite guidée autour des expositions, et après a eu du temps libre pour regarder des autres expositions dans le musée Miho. On a vu beaucoup d’anciennes statues de l’Asie (surtout du Japon), de l’Europe, et du Moyen-Orient. Plein de cultures dans un seul musée- c’est vraiment émouvant. Bien qu’on ne puisse pas prendre des photos dans le musée, j’ai plutôt pris des photos du paysage dehors du musée. Pendant la visite, il y avait beaucoup de brouillard qui se tombait et il a fait sembler la nature (les arbres, montagnes) cachés et mysterieux.

La nature à l'extérieur du musée.
La nature à l’extérieur du musée.

Après, on est parti du musée Miho à l’hôtel où on restait pendant la nuit. Similaire à celui à Atami, cet hôtel a eu aussi une source chaude et un sauna. Je les ai utilisé ce soir, mais j’ai trouvé que le sauna a fait trop chaud…inconfortablement. Du coup, j’ai préféré l’expérience à l’autre hôtel. Mais ce n’est pas grave.

On a dîné au restaurant dans l’hôtel où on a aussi porté des yukatas afin de prendre un repas traditionellement japonais. Plus du sashimi, des légumes marinés, et de la soupe miso. Miam! 😛

Le dîner.
Le dîner.

Enfin, on est revenue ses chambres respectives, fatigués mais contents d’avoir fait une autre journée agréable au Japon. Il faut se reposer, car on serais retourné à Kyoto lendemain afin de visiter ses sites là-bas.

Plus de mes aventures plus tard! 🙂

Destination: Giverny, France

Salut!

Après un très bon séjour en six(!) pays européens pendant les vacances d’avril, je suis rentrée chez moi en France. Toutefois, le voyage m’a manqué et du coup, je suis sortie le mercredi suivant afin de visiter Giverny! 🙂

C’est bizarre que j’aie pas encore y visité, même si j’habitais en France depuis huit mois (et avant, je visitais la France deux fois). La ville de Giverny est bien connue pour sa maison et ses beaux jardins qui ont inspiré beaucoup de ses tableaux fameux (surtout ceux des nymphéas dans le jardin japonais). J’adore les tableaux impressionists de Monet, du coup j’ai eu envie d’y visiter.

J’ai pas travaillé ce mercredi à l’école, alors j’ai pris le bus très tôt du matin (7h30, je crois) pour aller à Rouen où j’ai pris le train à Vernon, une ville toute petite environs 4 km de Giverny. Ensuite, j’ai pris la navette de Vernon et je suis arrivée à Giverny à 11h30. Heureusement, j’avais acheté et imprimé mon billet d’entrée en avance, et je suis entrée le domaine de Monet sans attente. Tous étaient magnifiques: les jardins propres et bien-structurés, les fleurs colorées et vibrantes, et la petite maison verte de Monet. C’est vrai qu’il y avait assez beaucoup de touristes à Giverny (le domaine s’ouvert il y a trois semaines avant, à la fin de mars. Mais j’ai entendu parler que Giverny est complètement débordé pendant l’été, du coup le mois d’avril est parfait pour visiter), mais en tout cas, il reste joli!

La maison de Monet.
La maison de Monet.

Je suis entrée la maison de Monet où j’ai traversé de chambre en chambre. J’ai vu la cuisine avec des carreaux bleu et la salle à manger avec des murs jaunes. Je suis montée à l’escaliers aux chambres à coucher et le bureau de Monet où il y avait plein de ses tableaux sur les murs (même s’ils sont copies).

Dans la cuisine.
Dans la cuisine.
La chambre.
La chambre.
Le bureau de Monet.
Le bureau de Monet.

Après, j’ai quitté la maison et j’ai visité le jardin des nymphéas (dit aussi le jardin japonais). Bien que les nymphéas n’aient pas encore été en fleurs (ils étaient roses et petits, plutôt que verts et ronds), le jardin étaient vraiment joli et j’ai pris trop de photos! Mais je n’en montre qu’une.

Au jardin des nymphéas.
Au jardin des nymphéas.

J’ai passé deux heures à Giverny. C’était pas trop longtemps, parce qu’il fallait prendre le train à Rouen au bon temps, afin de prendre des bus chez moi avant que la journée soit terminée. Mais j’ai vu toutes les choses que j’ai aimé voir alors que j’étais à Giverny. Je suis contente d’avoir bien profité de mon jour de congé et maintenant je peux dire que j’ai visité Giverny! 😀

Avant d’y partir, j’ai vu des champs en fleurs. C’est marrant, parce que cette photo s’est prise au parking des navettes, mais bref, la beauté du printemps en Normandie est incroyable. ❤

Les belles fleurs en Normandie (c'est le printemps déjà!).
Les belles fleurs en Normandie (c’est le printemps déjà!).

Je suis rentrée chez moi à 19h30, après une journée fatiguante de voyage. Mais c’était une journée enrichissante et je suis contente que le temps ait fait très agréable, même si chaud! Tout va bien. 🙂