Un weekend à Los Angeles (Long Beach– PARTIE 1)

Il y a deux semaines, j’ai décidé de sortir afin de prendre un peu d’air frais. Bien qu’il reste du COVID-19 à Los Angeles, j’ai mis mon masque et j’ai essayé d’être au moins deux mètres des gens pendant ma visite dehors chez moi.

J’ai choisi d’aller à Long Beach. C’est une ville portuaire située au sud-est de Los Angeles, près d’Orange County. Elle a aussi des plages et elle a plein de restos, bars, musées, et d’autres divertissements pour qu’on puisse s’amuser. Long Beach est grande à 207 kilomètres carrés, et elle est un quartier populaire pour les familles et les jeunes qui habitent là-bas.

Avant la visite il y a deux semaines, je n’avais pas y revisité depuis longtemps. La dernière fois, c’était il y a six ans, je crois, pendant que j’y suis allée avec ma famille pour prendre le déjeuner au village Shoreline. Du coup, j’ai imaginé que beaucoup a changé depuis des années, et ça m’intéresse de voir ce qui est différent.

J’habite environs 30 minutes de Long Beach, du coup, ce n’était pas de problème pour passer un après-midi là-bas. C’était simplement un trajet sur Pacific Coast Highway et 30-40 minutes plus tard, je suis arrivée au centre ville.

Par contre, je n’ai pas commencé la visite au centre ville, mais à Signal Hill, une petite ville enclavée et qui est située sur une colline, évidemment. Là, il y a le parc Hilltop, sur lequel on peut voir des vues panoramiques de Long Beach: son centre ville, ses plages, même son port. Malheureusement, les vues étaient assez brumeuses, à cause de la pollution (ah, pour vivre dans une grande ville!), mais je pouvais voir la majorité des choses que j’ai mentionné, plus ou moins.

20200708_151834

Ensuite, je suis descendue la colline et je suis entrée Long Beach. Le premier stop, c’était à Naples. Pas la ville italienne, mais le quartier situé à l’est du centre ville. Il consiste en trois îlots, avec quelques canaux inspirés par la Venise en Italie. L’ambience est tranquille, avec beaucoup de pavillons au bord de l’eau. C’était l’endroit préféré que j’ai visité à Long Beach, et j’ai pris quelques instants (et photos) pour m’amuser pendant l’après-midi.

20200708_154406

J’ai marché au prochain stop, à Belmont Shore. Avant d’arriver à la plage, je me suis promenée sur l’avenue Bay Shore, une zone piétonne au bord de la baie. J’ai vu beaucoup de monde sur la côte qui nageaient, se faisaient bronzer, etc. J’étais un peu mal à l’aise alors que je les passais, car ils ne prenaient pas de masques, et ils ne faisaient pas de distance sociale. Mais bon, j’ai fait attention et j’ai essayé d’éviter des gens qui m’ont approché.

20200708_155541

Enfin, je suis arrivé à Belmont Shore. La plage était expansive et j’ai vu du port au loin. Je me suis promenée un peu sur la route piétonne et puis je suis retournée pour aller à ma voiture et pour continuer la visite de Long Beach…

20200708_160507

J’aurai la deuxième partie de la visite à Long Beach plus tard. À bientôt!

Une journée à Joshua Tree, Californie (Partie 2)

On a continué à visiter le parc national Joshua Tree vers le midi, après avoir vu trois endroits (Keys View, Cap Rock, Barker Dam). Bien que le temps ait commencé à faire chaud, on a poursuit quand même afin de maximiser le temps au parc.

Le prochain arrêt, c’était à Jumbo Rocks. Au début, j’ai voulu voir le Penguin Rock, mais je ne connais pas où exactement il était. Du coup, on était un peu perdu quand on a commencé la randonnée– à la fin, on ne le trouvait pas, et alors, on est retourné à la voiture où on a pris le déjeuner (des sandwichs desquels on a fait avant le départ). J’étais déçu qu’on n’a pas trouvé Penguin Rock, mais au moins, on a vu des rochers “jumbos” là-bas.

Ensuite, on a conduit à Skull Rock, un rocher qui apparaît un grand crâne. Il est situé pas trop loin de Jumbo Rocks, et on n’avait pas besoin de faire beaucoup la randonnée afin de le voir (0,15 miles/0,2 kilomètres). Il était assez grand et j’ai vu immédiatement la ressemblance avec un crâne. C’était génial, et on a pris quelques photos avant de continuer la visite de Joshua Tree.

Il faisait hyper chaud pendant l’après-midi, presque 108°F (42°C). En tout cas, on a fait la randonnée au prochain site, à Arch Rock. Il fallait qu’on traverse la rue, et puis marcher 0,4 miles/0,6 km vers le désert avant d’arriver au rocher. Malheureusement, on ne pouvait pas trop l’approcher, car il y avait trop de grands rochers pour surmonter. Du coup, on l’a vu de loin et on est revenu à la voiture. Bien que la randonnée ne soit pas trop longue, le temps faisait trop chaud pour apprécier la promenade.

À cause du chaleur, on n’a pas passé trop de temps au derniers deux sites. On a vu le jardin Cholla Cactus (avec beaucoup de cactus, évidemment) et aussi l’oasis Cottonwood Spring et on a terminé la visite de Joshua Tree. Après, on est revenu chez nous (trajet de trois heures), épuisé mais content.

En général, on s’est bien amusé à Joshua Tree. C’est vrai que le parc n’est pas aussi impressionant que des autres parcs nationaux aux USA (ou au monde), mais pour une petite excursion de la journée, c’était enrichissante et j’aimerais bien à revenir– surtout pour l’astronomie.

Merci d’avoir lu mon post. À bientôt!

Un weekend à Los Angeles (Antelope Valley)

Il y a un mois, ma famille et moi avons passé une journée à la vallée Antelope, situé au nord de Los Angeles. C’est un coin de Los Angeles plutôt rural; la ville la plus proche, c’est Lancaster. Autrement, cet endroit a plein de collines et de champs pour l’agriculture et j’imagine une vie tranquille et bucolique loin de la ville urbaine.

Normalement, la vallée Antelope n’est pas intéressante pour beaucoup du monde. Comme j’ai déjà dit, c’est un endroit rural avec un climat très chaud pendant l’été et extrêmement froid pendant l’hiver– et avec trop de vent pendant toute l’année. Mais pendant le printemps (mi-mars à mi-mai), la vallée fait cultiver des coquelicots sauvages…et il y a en BEAUCOUP. Les champs sont inondés avec cette fleur orange, et il semble que la terre soit en feu. Les coquelicots sont également la fleur de l’état, et c’est une excellente expérience pour les voir au moins une fois pendant la vie.

20200427_085955

On s’est reveillé très tôt du matin, en sortant vers 6:30 pour aller à Antelope Valley. On habite au sud de Los Angeles, et du coup, il faut passer au moins 90 minutes pour s’approcher l’autre limite de ville. Moi, j’ai trouvé le changement du paysage très frappant: sur l’autoroute, on a passé devant des usines et puis des collines quand on s’est approché “The Valley” (aussi dit le quartier nord de Downtown, et plutôt résidentiel). La ville de Los Angeles est extrêmement diverse géographiquement, et je l’ai trouvé assez génial.

À 8:00, on est arrivé à la vallée Antelope. À cause du COVID-19, la réserve était fermée. Mais j’avais parlé avec mon amie qui y avait visité quelques jours avant, et elle m’avait dit qu’on pouvait accéder des champs juste à côté de la réserve. Bon, il faut faire attention, car la propriété est privée, mais en tout cas, on a trouvé l’endroit et on a stationné la voiture avant de faire une petite promenade aux champs.

La beauté des champs était indescriptible, presque hallucinante. Il y avait tellement de coquelicots, tellement de fleurs oranges partout. Il était si ventueux, et il était presque impossible de prendre une jolie photo avec soi-même et des coquelicots. Mais on s’est débrouillé, et au moins, on prenait des belles photos des fleurs tous seuls.

20200427_082526

20200427_082932

20200427_082914

On a passé environs 30 minutes avant de quitter des champs privés. Pendant le trajet pour revenir chez nous, on a fait deux arrêts encore. Ils étaient au long de l’autoroute, avec des autres champs privés. J’ai pris quelques photos de ces fleurs, et enfin, on y est rentré.

20200427_091515

C’était une visite courte, mais il valait la peine. Je n’avais jamais vu des coquelicots de la vallée Antelope avant cette fois, mais je suis ravie de les avoir vu. C’est une très jolie partie naturelle de Los Angeles, et il faut attendre jusqu’à l’année prochaine pour les voir encore une fois. On les attend!

Destination: Reims, France

Située à la région de Champagne, la ville de Reims est connue pour le champagne, évidemment. C’était le seul truc que j’ai connu de Reims, mais en tout cas, la ville m’a intéressée et j’ai décidé de faire un “day trip” là-bas pendant mon séjour à Paris cet octobre. Donc, j’ai acheté des billets du train, et j’y suis allée pendant le dernier jour à Paris.

J’ai pris le TGV, et je suis arrivée à Reims après une heure du trajet. Il était toujours tôt pour la dégustation du champagne (bon, les maisons qui l’ont fait, elles n’étaient pas encore ouvertes!). Du coup, j’ai passé le matin à la cathédrale de Reims (connue pour son couronnement des rois à l’époque) avant de me diriger un peu plus loin du centre ville où des maisons de la dégustation y étaient.

20181102_135924
La cathédrale de Reims.

20181102_090906
L’intérieur de la cathédrale.

20181102_143241
L’Ange au Sourire de la cathédrale.

Une amie m’avait recommandé une maison du champagne spécifique pour la dégustation, et c’était GH Martel: pour 12 euros, on peut déguster trois types du champagne! Puisque le champagne coûte normalement cher, le prix de dégustation était un bon marché! Donc, je l’ai fait, et j’ai appris beaucoup plus du champagne pendant la visite (par exemple, la production, la propriété du champagne, etc.). Je me suis bien amusée, et il valait la peine pour payer 12 euros pour la dégustation!

20181102_100853
La dégustation.

Après, j’ai visité l’église Saint-Nicaise qui est située pas trop loin de GH Martel. C’est une petite église, mais l’intérieur était assez joli avec une nave d’orée et des peintures sur les murs. Je suis retournée au centre ville après où j’ai flâné sur la place Drouet d’Erlon et j’ai pris le déjeuner là-bas.

20181102_112135
La nave de l’église Saint-Nicaise.

20181102_112318
Les peintures à Saint-Nicaise.

J’ai passé l’après-midi au Palais du Tau, un palais de l’archevêque de Reims– aujourd’hui, c’est un musée des objets de la cathédrale. Pour moi, la visite est gratuite (car je suis résidente d’UE) et alors j’ai visité le palais librement. Franchement, l’exposition ne m’a pas intéressé trop, mais au moins j’ai visité un peu plus de Reims.

20181102_141030
L’intérieur du palais du Tau.

20181102_141127
L’intérieur du palais du Tau.

Enfin, j’ai décidé d’aller au café pour prendre un latte et pour attendre mon train à Paris. J’ai pris le train à 17:15 et je suis revenue à Paris au soir. C’était une longue journée, et même si je n’ai pas fait beaucoup à Reims, je l’ai trouvé assez sympa à voir.

…et c’est tout! Ces sont ce que j’ai fait pendant mes vacances de la Toussaint en octobre. Bien que je sois restée en France (c-à-d. domestique, et pas international), et bien que j’aie visité des villes que j’avais déjà visité, je me suis bien amusée quand même. J’ai découvert des nouvels endroits, j’ai rencontré des gens sympas, et j’ai mangé plein de cuisines diverses et délicieuses. C’est certain que j’étais plus decontractée quand je suis rentrée chez moi, et j’ai hâte de voyager encore bientôt!

Merci de lire mes posts des vacances– je recapitulerai plus quand je voyage la prochaine fois!

Destination: Château de Chenonceau, France

Pendant mon séjour à Paris, j’ai également passé des excursions de la journée (“day trips”) afin de découvrir un peu plus de la région pas trop loin de la capitale. Du coup, après la deuxième nuit à Paris, j’ai passé la journée au château de Chenonceau, un des plus connus châteaux à la vallée de la Loire.

En fait, château de Chenonceau (et des autres châteaux dans la vallée de la Loire) n’est pas exactement proche de Paris, environs deux heures par voiture vers le Centre. Il est possible de faire un “day trip” au château, mais il faut se révéiller très tôt et il faut revenir assez tard. Je l’ai déjà fait presqu’il y a deux ans quand j’ai visité plusieurs châteaux de la Loire (par exemple, château de Chambord, château de Cheverny, etc.), et alors je savais ce que je dois faire pour que je puisse maximise la visite à Chenonceau.

Je n’ai pas eu de voiture pour y aller, donc il fallait que je prenne du train. Moi, j’ai acheté des billets du train un peu trop tard (c-à-d quelques jours avant le départ), alors ils ont coûté très chers, 75 euros pour un aller-retour. C’était hors mon budget, mais je les ai acheté quand même: j’ai voulu visiter le château de Chenonceau, malgré le long trajet de Paris et le prix du train! Pas de regrets…

Donc, je me suis révéillée tôt et j’ai pris le métro à Montparnasse où j’ai pris le train à 7:30. Je suis descendue le train 75 minutes plus tard à Saint-Pierre-des-Corps, une petite ville près de Tours: j’ai attendu 45-50 minutes à la gare avant de prendre le prochain train à Chenonceaux, en y arrivant vers 12:30.

Il pleuvait quand je suis arrivée à Chenonceaux– en tout cas, je me suis dirigée vers le château, situé juste 3 minutes à pied. J’ai acheté un billet pour l’entrée et puis j’ai fait une promenade sur la longue route au château.

20181031_130500
L’entrée du château.

Le château de Chenonceau a une longue histoire, le plus tôt pendant le 11ème siècle. Il est connu comme le “château aux Dames,” car des noblesses Catherine de’Medici et Diane de Poitiers l’ont contrôlé pendant le 16ème siècle. À part de l’histoire, l’architecture du château est unique: la moitié du batîment est située sur la fleuve, un peu comme un aqueduc. C’est le deuxième château le plus visité en France (après le château de Versailles) et après ma visite, je le sais pourquoi!

20181031_125228
Château de Chenonceau.

20181031_130303
L’autre côté du château.

Malgré la pluie et le ciel gris, le château de Chenonceau reste joli: j’ai pris quelques photos de son extérieur avant d’y entrer. Par rapport au château de Chambord, il y avait plus des choses à voir dedans: il y avait des chambres luxes (de’Medici et de Poitiers), ainsi qu’il y avait des jolies galeries sur lesquelles j’ai flâné pendant la visite. J’ai passé un peu de temps dans le château, afin de voir aussi beaucoup que possible.

20181031_130747
Les tapis.

20181031_131216
La galerie.

20181031_132443
La chambre royale.

Enfin, j’ai quitté le château. Ayant faim, j’ai décidé de faire une petite pause avec du gâteau et du thé (bon, du vin chaud) au salon du thé du château. Ils ont coûté extrêmement chers, mais au moins je pouvais éviter la pluie dehors!

J’ai visité des jardins du château (et aussi la labyrinthe) avant de retourner à la gare Chenonceaux pour prendre le train à 16:15 afin de revenir à Paris. Comme j’ai fait pendant le matin, j’ai eu ma correspondance à Saint-Pierre-des-Corps avant de revenir à Montparnasse au soir. J’étais fatiguée, car j’ai beaucoup voyagé ce jour-là, mais je suis contente d’avoir visité un autre joli château (surtout celui connu) en France.

Le dernier post de mes voyages cet octobre va venir bientôt!