Destination: Mostar, Bosnie-Herzégovine

La Bosnie-Herzégovine est un pays tout petit aux Balkans, et en fait, elle a une histoire très tragique. Pendant les années quatre-vingt-dix, elle a vécu une génocide dans laquelle plus des 100,000 Bosniaques étaient tués, à cause de la rupture de la Yougoslavie. Aujourd’hui, elle reste un pays pauvre, mais en tout cas elle a une histoire riche avec de l’architecture riche, de la culture diverse, et des gens chaleureux et accueillants.

J’ai fait un “day trip” en Bosnie-Herzégovine pendant mon séjour à Split. C’était une visite guidée avec presque 30 passagers dans le car et on a commencé la journée en transit vers la frontière. Similaire au Monténégro, il fallait montrer le passeport à la police pour le regarder et puis elle le redonnera avec un tampon dedans. La procédure n’a pas duré trop longtemps (40 minutes) et puis on est entré en Bosnie-Herzégovine.

Avant d’arriver à Mostar, on a fait une petite pause à Počitelj, un village qui était assez pittoresque: il y avait des mosques (car le pays a beaucoup de musulmanes), ainsi qu’il y avait un fort situé sur une colline, avec des jolies vues de la rivière Neretva et le village. Après avoir exploré un peu et avoir bu du café bosnien (c’est fort!), on a continué à Mostar.

20180529_100148

On est arrivé à Mostar vers 11:00, et on a eu une visite guidée de la ville. Elle n’est pas très grande, mais en tout cas c’est une ville touristique. L’architecture est assez orientale, un peu comme celle de turque. La majorité des gens en Bosnie-Herzégovine sont musulmanes, du coup Mostar et des autres villes ne semblent pas comme les autres en Europe.

Le premier arrêt pendant la visite guidée, c’était à Stari Most, le pont emblématique de Mostar. Il a l’influence turque, et son architecture est distinctive. Ensuite, on est allé à la maison Kajtaz, dans laquelle une famille turque avait habité pendant le 16ème siècle. L’intérieure était très ornée, avec des tapis et des murs fleuris et élégants.

20180529_114112

20180529_121453

Deux heures plus tard, on a terminé la visite guidée. On a eu du temps libre pour explorer la ville tout seule, du coup je suis allée au resto avec une terrasse qui avait la vue de Stari Most. Là-bas, j’ai pris le déjeuner, en commandant d’un plat qui s’appelle ćevapi. C’est un peu comme le kebab, mais avec des saucisses et du pain pita. Avec un verre du vin, j’ai bien mangé…et ce n’était pas du tout cher!

20180529_125749

Comme j’ai déjà écrit, la Bosnie-Herzégovine reste un pays pauvre, du coup les repas et les souvenirs ne coûtent pas chers. Donc, j’ai acheté beaucoup de souvenirs au bazar après le déjeuner– normalement, je n’achète pas beaucoup de souvenirs pendant mes voyages, mais puisqu’ils ne coûtent pas chers, j’étais trop contente de dépenser un peu plus!

20180529_133319

20180529_134205

Avant de retourner au car, je suis allée à l’autre pont de Mostar, sur lequel on peut voir toute la vieille ville, surtout Stari Most. J’ai pris quelques photos et puis je suis retournée au car et on a quitté Mostar. On a continué aux deux destinations: Medjugorje et Kravica. En fait, on a le choix pour visiter l’une ou l’autre– la majorité des passagers a décidé de visiter la première et le reste (comme moi) a visité la dernière. Je n’étais pas intéressée à visiter Medjugorje, car c’est une ville réligieuse (où les gens ont “vu” la Vierge en 1981)– je ne déteste pas la réligion, pas du tout: en gros, je n’ai pas eu l’intérêt.

20180529_135453

Kravica a des petites chutes qui semblent comme celles à Plitviče– la différence c’est qu’on peut nager dans le lac de Kravica (il est interdit de faire à Plitviče). Je n’ai pas nagé, mais j’ai bu un coup au bar près de l’eau et j’ai regardé des jolies chutes. Après, on est revenue en Croatie, a passé par la frontière et est revenue à Split vers 19:00.

20180529_160101

C’était une visite courte, mais j’étais surprise que la Bosnie-Herzégovine m’a beaucoup plaise. Elle n’est pas encore un pays très touristique, mais elle offre plein de jolies villes, de l’histoire riche, et de l’ambience sympa. Je voudrais bien y revisiter un jour, peut-être à Sarajevo (et encore Mostar)– on verra!

Advertisements

Destination: Auschwitz, Pologne

Salut,

Pendant mon séjour en Pologne, j’ai aussi fait quelques excursions de la journée (“day trips”) de Cracovie, surtout à Auschwitz, ou “Oświęcim” en polonais. Bien sûr, j’y suis allée afin de voir le camp de concentration, dans lequel millions des gens– juifs, homosexuels, vagabonds– ont tué sous la régime des Nazis.

Du coup, pour dire que je “me suis amusée” à Auschwitz, c’est bizarre, parce qu’il n’est pas drôle, pour voir la site où beaucoup de gens sont morts. Il est mieux de dire que la visite était éducative, même enrichissante, pendant que j’ai marché entre des quartiers (“barracks”) des prisonniers de l’Holocauste.

Comme j’ai déjà écrit, la visite à Auschwitz s’est passée pendant mon séjour à Cracovie (je vais l’écrire plus tard). Normalement, Auschwitz est extrêmement populaire avec des touristes et alors, il est nécessaire de réserver des billets en ligne plusieurs semaines, même plusieurs mois, en avance- il n’est pas possible d’y entrer sans billet. Et pendant la haute saison (à partir du mois d’avril où j’y ai visité), il faut faire une visite guidée et il faut le payer, je crois. Moi, je n’ai pas eu envie de faire ça, parce que je suis “cheap” et aussi j’ai su qu’il y a des plaques d’infos partout, alors on peut apprendre l’histoire comme ça, sans un(e) guide. Heureusement, il y a une option pour entrer librement (et gratuitement) avant 10h00, tant qu’on a réservé un billet du temps (“timed ticket”) pour un temps d’entrée spécifique. J’ai choisi à 9h00, et je n’ai pas eu de problème d’y entrer dès que je suis arrivée à l’entrée.

Alors, pour aller à Auschwitz de Cracovie, il y a des bus qui vont à Oświęcim presque chaque heure, du coup c’est très pratique. Moi, j’ai pris le bus à 7h10 et suis arrivée à l’entrée d’Auschwitz vers 9h00- un timing parfait! Avec mon billet imprimé, je suis entrée dans Auschwitz I (le camp original). Au total, il y a trois camps d’Auschwitz et chacuns ont leurs propres fonctions pendant l’Holocauste. Je n’ai que visité deux ce jour-là, Auschwitz I et II; les deux étaient très sombres, et avec la pluie pendant le matin, l’atmosphère était appropriée pendant que je me suis préparée pour la visite.

Au début, j’ai traversé sous une porte avec le slogan “Arbeit macht frei” (“Le travail se libère” ou “work sets you free”). Par rapport à ce qui s’est passé au camp de concentration, ce slogan était perturbant et je pouvais imaginer des victimes qui ont traversé sous la même porte il y a soixante-dix ans, mais travailler…à mort.

La porte.

J’ai passé le matin en visitant de chaque quartier, dans lequel il y a des expositions qui commèmore des victimes qui sont morts de chaque pays européens qui était affecté, par exemple la Pologne, la France, la Belgique, le Pays-Bas, la République Tchèque, l’Hongrie…j’avais su que beaucoup de pays en Europe ont été affectés sous la régime de Nazis, mais je ne savais pas qu’il a été si énorme. Les mots “l’extermination,” “la faim,” “la torture,” et “la mort” se sont affichés sur tous les plaques que j’ai lu et après un certain temps, ils m’ont désensibilisé aux horreurs de l’époque. Pour être désensibiliser, c’est effrayant, mais je l’ai trouvé comme un mécanisme de survie (“coping mechanism”) ou sinon, je pleurerais partout.

La vérité.
Les chassures des victimes.
La site des executions publiques.

Vers midi, j’ai terminé la visite à Auschwitz I. Je suis sortie et après une petite pause pour le déjeuner, j’ai pris la navette gratuite à Auschwitz II-Birkenau, situé 3 kilomètres d’Auschwitz I. Là-bas, il y a des rails de chemin de fer qui ont transporté des victimes à Auschwitz, ainsi qu’il y a des chambres à gaz (en ruines, la majorité a été détruite après la guerre pendant que les Nazis ont voulu effacer de l’indice de leurs actions). Auschwitz II-Birkenau est plus grand qu’Auschwitz I. Toutes les choses à voir, elles sont en plein air et j’imagine qu’il ferait très chaud en été et très chaud en hiver pour les victimes à vivre (et mourir) là-bas.

À Auschwitz II-Birkenau.
Les lits superposés.

À 15h00, j’ai terminé la visite à Auschwitz II-Birkenau et globalement à Auschwitz. J’ai pris la navette à Auschwitz I où j’ai pris le bus à Cracovie, en y arrivant à 17h00. J’ai été épuisée d’avoir marché partout là-bas et aussi d’avoir appris beaucoup d’histoires lourdes et tristes. Mais quand même, l’expérience était éducative, et j’ai apprécié la visite.

…et un “rant:”

À part de visiter des quartiers et d’apprendre de l’histoire, ce qui m’a surpris c’est qu’il y avait des enfants, moins de dix ans, qui visitaient avec leurs familles. Bien que je sache qu’il est important d’apprendre l’histoire de l’Holocauste, les enfants sont trop jeunes pour être sensible à cette histoire, même s’ils sont respectueux pendant la visite. En fait, j’ai lu qu’il n’est pas recommandé de prendre des enfants moins de 14 ans à Auschwitz, parce qu’il y a plusieurs expositions assez perturbante, mais quand même, j’ai vu des petits enfants là-bas. Et les enfants que j’ai vu, ils n’ont pas été très respectueux: j’en ai vu un qui s’est plaint à sa mère qu’il était fatigué et il a besoin de s’asseoir- je l’ai trouvé assez impoli et bien que l’enfant soit fatigué, il ne faut pas se plaindre au milieu d’une visite, surtout dans une site sacrée. Plus tard à Auschwitz II-Birkenau, j’ai vu un enfant (très petit, environs 4 ans) qui courait partout pendant une visite guidée, et aussi a lancé une écorce à travers un fossé. Il a bien rigolé et sa mère qui l’a vu aussi, elle n’a rien fait. Ça, et aussi le fait que j’ai vu aussi une femme à Auschwitz I qui a souri dans une photo devant la porte “Arbeit macht frei.” C’est possible qu’elle ne sache pas ce qu’il n’est pas recommandé de sourire à une site où millions des gens sont morts, mais au même temps c’est pas respectueux. En fait, il y a un mouvement comme ça, s’appelle “Yolo-caust” lequel des gens sourient dans des photos à Auschwitz où aux autres sites similaires. Bien que j’aie entendu tout ça sur Internet, ça m’a toujours choqué quand j’y ai visité en personne.

Bref. Voici mon post de ma visite à Auschwitz. Je vous promis que mon prochain post sera un peu plus heureux, mais jusque-là, soyez sage et n’oubliez pas l’histoire, afin de faire un futur plus juste et tolérant.

Destination: Suzhou, Chine

Bonjour!

Enfin, c’est le dernier post de ma visite en Chine en 2011. De Shanghai à Wuzhen, je vais raconter la dernière ville que nous avons visité.

Alors, on commence avec la ville de Suzhou (苏州)! Située vers 100 km de Shanghai, cette ville est riche en histoire, en culture, et aussi la nourriture qui est assez connue dans la cuisine chinoise.

En fait, je me suis trompée dans le post de Wuzhen: le surnom “la Venise chinoise” ce n’est pas Wuzhen, mais en realité Suzhou. Mais bref, les deux sont jolies en tout cas! 😛

Nous y sommes arrivés pendant l’après-midi et nous avons passé du temps assez occupés avec trois sites: 1) la pagode Yuyan, 2) le musée de Suzhou, et 3) les jardins classiques de Suzhou.

Alors, nous avons commencé avec la pagode Yuyan, dit aussi “Tiger Hill pagoda” en anglais. Elle est pagode du temple Yuyan qui se perd aujourd’hui. Construite pendant le 10ème siècle, cette pagode ressemble à la tour de Pise, car elle est aussi formée sur la terre instable et du coup, elle se penche! Malheureusement, je n’ai pas d’une photo de la pagode, mais voici une photo de l’Internet:

Courtesy of Visit Our China.

Dans le quartier de la pagode, nous avons aussi visité des autres petits temples. Mon papa a frappé le gong dans l’un des temples pour le plaisir et nous avons prié devant la statue de Bouddha (même si nous ne sommes pas religieux).

Ensuite, nous sommes allés au musée de Suzhou, qui contient beaucoup de tableaux et d’artéfacts chinois pendant toutes les histoires. Ce qui m’a surprisé, c’était que l’architecture du musée est très moderne, contrairement aux vestiges dedans le batîment. Bref, nous avons passé du temps dans le musée et nous avons regardé plus des 2000 ans de l’histoire!

Le musée de Suzhou.
Le musée de Suzhou.

Enfin, nous avons visité des jardins classiques de Suzhou qui sont site de l’UNESCO. Ils étaient construits pendant huit siècles, commencé au 11ème siècle et finalement terminé au 19ème siècle. La beauté des jardins avaient inspiré des autres jardins en Chine, même si dans le monde!

Nous avons flâné partout dans les jardins: sur les ponts, devant des petits maisons, et à travers des étangs des nénuphars. Trop jolis! ❤

Sur le pont.
Sur le pont.
Les nénuphars...partout!
Les nénuphars…partout!

Il est venu de pleuvoir après et alors nous sommes partis au restaurant où nous avons goûté la cuisine de Suzhou. Apparemment, elle utilise plein de viande, du coup nous avons dégusté du porc, du poisson, et des boulettes de viande (“meatballs”). Tous étaient délicieux (mais pas forcément pour les végétariens!).

Nous avons passé la nuit là-bas et le lendemain nous avons continué à visiter la ville. Similaire à Wuzhen, nous avons aussi visité une usine qui fabrique la soie. Nous avons fait un petit tour dedans et après mes parents ont acheté beaucoup d’objets en soie: les oreillers, les mouchoirs, etc. Au total, ils ont dépensé $150 USD, je crois! Oh là, c’étaient chers!

Après, nous avons terminé notre séjour à Suzhou; nous avons pris le car à Shanghai (j’ai déjà raconté ce qui s’est passé dans ce post) et après une nuit là-bas, nous avons fini avec le voyage en Chine.

En général, Suzhou était bien, avec les jardins classiques et les temples. C’est vrai qu’il y a beaucoup d’histoire riche dans cette ville et si je n’étais pas trop fatiguée pendant ce jour, je m’amuserais plus, je crois. Bref, c’est bon!

Si j’avais besoin de comparer mon séjour en Chine en 2009 à celui en 2011, je choissirais le dernier, parce que l’excursion que nous avons fait était plus organisée; celle en 2011 était un peu désorganisée, mais en tout cas, j’ai bien aimé les deux quand même. J’ai visité des villes plus connues (Pékin, Shanghai, etc.) ainsi que les autres petits endroits (Hangzhou, Guilin). Le mélange de la nature et de la ville cosmopolite était top et je souhaite d’y revenir un jour.

Bon, c’est fini! Par contre, j’ai plusieurs histoires du voyage à raconter à vous plus tard. Puisque j’avais été en France depuis un mois, vous pouvez imaginer que j’ai déjà un peu voyagé du coup je vais partager ces aventures bientôt. Merci d’avoir lu ce post, et à la prochaine fois! 🙂

 

Destination: Wuzhen, Chine

Salut!

Après avoir fait la randonnée dans les montagnes de Huangshan pendant deux jours, ma famille et moi avons continué à la prochaine destination en Chine. Nous avons visité Wuzhen (烏鎮) après et quoique nous ait passé qu’une nuit, c’était une très bonne expérience quand même. 🙂

Wuzhen est ville historique qui est située à peu près trois heures de Huangshan. En fait, la ville consiste en six villages qui ont des canaux, des ponts, et des sculptures au bois pittoresques. Elle est surnommée “la Venise chinoise,” et je suis d’accord avec ça- c’est très jolie! ❤

Dès que nous sommes arrivés à Wuzhen, nous avons visité un atelier de soie où nous avons appris l’histoire et le processus qu’on fait la soie. Nous avons aussi fait un petit tour de l’atelier et avons regardé les machines qui ont tourné le tissu, même si avons regardé des vers à soie (“silkworms”) qui ont produit la matière! Très cool…

Il est possible d’imaginer que la soie est delicate, même si fragile. Mais ce n’est pas vrai: bien qu’elle soit fin et transparente, elle est aussi très flexible et on peut l’étirer et elle se casse pas! C’est forte et aussi legère du coup ça c’est pourquoi les chinois aiment porter des vêtements en soie. Franchement, je suis assez fière que mes ancêtres ont crée une chose très utile! 🙂

Après, nous sommes allés au restaurant où nous avons pris le déjeuner. À l’après-midi, nous avons pris une petite excursion sur le bateau et le soir nous avons flâné au long des canaux. Nous avons aussi vu le pont dans un pont (“Bridge within a Bridge”): c’est le pont spécial à Wuzhen, car l’architecture du pont est demi-cercle parfait et le reflet dans l’eau le compléter, alors il semble être une pleine lune (ou au moins, un autre pont!). C’est assez poétique, non?

Le pont "Bridge within a Bridge."
Le pont “Bridge within a Bridge.”

Le lendemain matin, nous avons continué à visiter la ville; nous avons fait une promenade au long des canaux, tranquils et charmants:

Pendant le matin.
Pendant le matin.

Aussi, nous avons visité plusieurs petits musées. En particulier, je me suis souvenue que nous sommes entrés dans un musée dédié à l’histoire du bandage des pieds (“foot binding”). Nous avons vu des galeries avec des petites chaussures, tellements petites que je n’ai pas pu imaginé la douleur que les femmes ont jadis vécu! C’est triste, parce que les filles l’ont commencé à cinq ans et après elle devient handicapées par toujours. Heureusement, le bandage des pieds sont devenus illégale à partir du 20ème siècle, du coup il n’existe pas aujourd’hui. Ouf!

En tout cas, nous avons terminé notre visite de Wuzhen par la suite et nous y sommes partis afin d’aller au prochain stop en Chine. J’ai bien aimé Wuzhen; la ville était pittoresque et j’ai appris beaucoup de choses en concernant de l’histoire et de la culture de mes ancêtres. C’était bien!

Restez avec moi pour la prochaine destination pendant ma visite en Chine il y a cinq ans: Suzhou, Chine! 🙂

Destination: Xi’an, Chine

Salut! 🙂

Après notre séjour à Pékin, ma famille et moi avons continué à la prochaine destination pendant notre premier voyage en Chine en 2009.

Du coup, on a continué à Xi’an (西安), une ville qui est située dans le sud-ouest de la Chine. Elle est connue pour l’armée de terre cuite (“Terracotta Army,” en anglais) pendant la dynastie Qin.

Alors, on est parti Pékin et a pris l’avion à Xi’an. Le vol n’a duré que deux heures, alors assez court, mais si on n’avait pas le pris, on prendrait trop de temps pour y aller par voiture. On sait que la Chine est plus grande qu’on imagine! 😛

Bref, on est arrivé à Xi’an où on a pris le déjeuner au resto à l’aéroport. Un peu bizarre, mais en fait il était vraiment cool, car on a regardé un spectacle de la préparation des nouilles faites à main. En gros, il y avait beaucoup de torsion et de tourant, ainsi que de gifle sur la surface. C’était très amusant et enfin on pouvait goûter la création- et moi, j’adore les nouilles même si celles qui sont fraîche, du coup j’ai été très contente!

Aussi, on a goûté des autres plats du coin. J’ai appris que la cuisine de Xi’an s’est concentrée sur des plats piquants ce qui m’a étonnée, mais quand j’en ai goûté, je n’ai pas trouvé des plats trop piquants (et moi, je suis faible quand je mange des choses piquantes, du coup ces plats n’étaient pas trop graves!).

Après le déjeuner, on a visité le mausolée Yangling qui a contenu la tombe du quatrième empereur de la dynastie Han. On est allé sous terre où on a regardé des petits statues en argile et bien qu’elles soient intéressantes, ce mausolée était juste l’entrée pour le plat principal le lendemain: l’armée de terre cuite.

Ensuite, on a visité la Grande pagode de l’oie sauvage (“Wild Goose Pagoda”) qui était construite pendant le 7ème siècle et elle est monument emblématique de Xi’an.

La Grande pagode de l'oie sauvage.
La Grande pagode de l’oie sauvage.

Après la pagode, il faisait nuit alors on est allé au resto qui encore a servi du pot-au-feu, mais le style de Xi’an. Il y avait beaucoup de choux et de riz qui étaient cuits dans un bouillon d’os animal. Le plat a goûté assez riche et je l’ai aimé!

Le lendemain, on a finalement visité l’armée de terre cuite dans le mausolée de l’empereur de la dynastie Qin. On a passé plus des deux heures là-bas et a pris des photos des soldats de 2000 années (ouah!). La majorité des soldats se sont restaurés, mais il reste toujours des soldats en ruins ou en creusement. Ce qui m’a frappé, c’est que les soldats ne se ressemblent pas, avec des coiffures et des structures du visage différentes. C’était remarquable!

L'armée de terre cuite.
L’armée de terre cuite.

Après le mausolée, on a pris le déjeuner et pendant l’après-midi, on est allé au musée de l’art à Xi’an qui a beaucoup d’artéfacts et de tableaux de l’époque néolithique à la dynastie Qing du 20ème siècle. C’est vrai que j’ai vécu beaucoup d’histoire quand j’ai regardé des expositions et je l’ai trouvé assez fascinante surtout que je suis d’origine chinoise.

On a pris le dîner après, avec plus des plats du coin: on a goûté un petit pain de poitrine de porc (肉夹馍), ainsi que une soupe aux nouilles. À mon avis, j’ai trouvé ces plats un peu trop salés, mais c’était pas grave. Après, on s’est reposé à l’hôtel.

Bien qu’on n’ait passé qu’une nuit à Xi’an, on a bien vécu beaucoup de choses de la ville: l’architecture, l’histoire, et l’art. C’est vrai que Xi’an est ville touristique en Chine (surtout pour l’armée de terre cuite), mais elle vaut de la peine à visiter.

En tout cas, on va continuer avec la prochaine destination plus tard. Prochain stop: Guilin, Chine!