En vacances (enfin!)

Salut, tout le monde!

Ça semble toujours que je n’ai pas de pause: travail, déménagement, plus du travail…mais enfin, ces sont les vacances! 😀

J’ai une semaine des vacances et comme je faisais depuis mon séjour en France il y a quatre ans, je vais voyager. Pas de travail, pas de stresse…juste le voyage. En fait, je ne voyagerai pas trop loin d’ici (je resterai en France), mais en tout cas, je suis ravie d’avoir un peu de liberté des responsibilités, même si le temps sera court.

Alors, comme la cessation temporaire du travail, je ferai une petite pause sur mon blog pour voyager. Je reviendrai dans une semaine, donc ne vous inquiètez pas! Je vous souhaite une bonne journée, et si vous serez en vacances, profitez-bien! À plus tard. 🙂

Advertisements

J’ai déménagé!

Salut!

Ça faisait longtemps que je n’ai pas fait un “update” de ma vie en France, mais en tout cas, j’ai des nouvelles: j’ai déménagé! En fait, je viens de changer des appartements moins il y a une semaine, et je suis en train de m’installer maintenant.

Je n’ai pas changé la ville dans laquelle j’habite, mais juste l’appart. Depuis les deux mois après je suis revenue en France, beaucoup de choses sont arrivées: j’ai commencé ma deuxième année en travaillant à la fac, j’ai des nouvelles colocs dans mon ancien appart, et j’ai fait des petits “day trips” aux autres régions en France, pas trop loin de ma ville.

J’avais pensé que je habiterais à l’appart où j’ai habité l’année précédente. Même si j’avais eu des disputes avec mes anciennes colocs (“roommate drama”), elles ont déménagé à la fin de l’année scolaire et j’avais pensé que cette année sera différente, surtout mieux. Également, j’ai eu beaucoup de choses dans ma chambre qui s’accumulaient pendant l’année, et du coup ça serait plus facile à rester dans l’appart pour ne pas stresser par le déménagement.

Mais en septembre, deux nouvelles colocs sont arrivées à la colocation. Elles étaient étudiantes à la fac (première année licence) et au début, elles étaient biens– mais après moins de deux semaines, je me suis rendue compte qu’elle n’étaient pas très…sympa. Elles étaient bruyantes pendant le soir, elles ont invité leurs amis à l’appart pour fêter, même pendant la semaine (et pas de weekend), elles n’ont jamais fait la vaisselle, et elles n’ont pas sorti la poubelle. En gros, elles étaient dégueulasses, et même si j’ai parlé avec elles (pour nettoyer l’appart), elles ne l’ont pas entendu. Ça m’a frustré, et à la fin de septembre, j’ai décidé de trouver un autre appart.

Après plusieurs visites, j’ai choisi un studio pas trop loin de mon ancien appart. Ce que j’ai préféré, c’est pour habiter toute seule, car je ne voulais plus de “drama” avec des colocs. J’ai signé le bail au début d’octobre, et puis j’ai reçu des clés. Pendant deux semaines, j’ai déménagé doucement (car j’ai eu beaucoup de choses) et enfin, je viens de déménager complètement ce weekend! Il reste toujours beaucoup de choses à faire, mais pour l’instant, je suis contente d’être ici, avec mon espace privée et pas de colocs.

Voici des photos de mon nouvel appart!

La chambre.
Salle de bains.
La vue.

Destination: Le Puy-en-Velay, France

Bonjour!

Au début du mois de septembre, j’ai passé deux weekends au Puy-en-Velay, une petite ville qui n’est pas trop loin de Lyon. Puisque j’habitais dans la région lyonnaise pendant plus d’un an, c’était ridicule que je n’aie pas encore visité. Du coup, j’ai décidé d’y aller afin de découvrir un peu plus de la région.

Donc, j’ai pris le train pendant le weekend. Le trajet a duré environs 70-80 minutes, et on a passé vers des paysages très jolis dans la région Loire. Ça semblait un peu comme ceux en Suisse, mais avec du beau temps…en fait, il faisait si chaud pendant le mois de septembre, mais en tout cas il y avait du ciel bleu et des jolies vues!

Je suis arrivée au Puy et j’ai passé du temps en explorant de la ville. Ce n’est pas trop grande, du coup j’ai visité la Vieux Ville pendant deux, trois heures maximum. Il y a la statue de la Vierge sur une colline et on peut voir des jolies vues en haut.

20180908_115357
Statue de la Vierge.
20180908_115625
Vue de la statue.

En suite, j’ai visité le Rocher Saint-Michel, une petite chapelle sur une roche. Franchement, j’ai trouvé l’extérieur du Saint-Michel plus joli que l’intérieur, car la chapelle est vieille et pas restauré depuis longtemps. Par contre, j’ai trouvé l’intérieur assez sympa, parce qu’il montre l’histoire de la chapelle.

20180908_122028
Rocher Saint-Michel.
20180908_123543
L’intérieur de la chapelle.
20180908_123811
La chapelle Saint-Michel.

Je suis revenue au centre ville où j’ai pris un déjeuner simple près de la cathédrale. Après, j’ai visité la cathédrale avant de me diriger vers le sanctuaire Saint-Joseph. En fait, il n’est pas situé au Puy, mais dans une autre ville. En tout cas, c’est juste 20 minutes à pied, donc je suis arrivée au sanctuaire où j’ai vu des plus jolies vues du Puy, avec la cathédrale, le Rocher Saint-Michel, et la statue de la Vierge. C’était trop pittoresque, et du coup j’ai pris beaucoup de photos panoramiques. Également, la grotte sanctuaire était sympa et unique, tous ce que j’ai bien aimé.

20180908_142202
Cathédrale du Puy.
20180908_145352
Sur la rue.
20180908_151234
Statue Saint-Joseph.
20180908_151322
Grotte du Saint-Joseph.
20180908_151716
Vue du sanctuaire.

C’était la première fois au Puy. En fait, j’y ai revisité la semaine suivante, avec une amie pour la fête du Roi de l’Oiseau, une fête de la Renaissance qui est connue dans la région. Franchement, on n’a pas participé à la fête, mais on l’a vu pendant la visite au centre ville. En gros, on a fait la même chose que j’avais fait la semaine avant, mais en tout cas, le temps faisait beau (et très chaud!) et on s’est bien amusées.

En général, le Puy-en-Velay est une jolie ville qui mérite une visite si on est dans la région Loire (ou même la région lyonnaise). Je suis contente d’y avoir visité deux fois déjà, et peut-être j’y revisité un autre jour!

Je reviens en France (et pour l’année finale??)

Salut!

Aujourd’hui, je prendrai mon vol en France où je travaille comme enseignante d’anglais depuis presque quatre ans. Depuis ces années, ça avait été une routine regulière, et alors je suis habituée de cela.

J’ai eu un été tranquille chez moi aux États-Unis avec mes parents et mes amies…bien que cet été ait été le plus court par rapport aux autres étés, j’ai fait beaucoup de choses. En juin et juillet, ma famille et moi avons voyagé à l’Amérique du Sud, en visitant des pays du Chili et du Pérou– c’était deux semaines de l’aventure et je suis ravie de vous partager notre expériences là-bas bientôt! Également, j’ai passé une semaine au Colorado en août où j’ai rendu visiter à mon amie proche chez elle: on s’est retrouvée depuis plus d’un an, et j’ai aussi exploré un peu plus du mon propre pays (je recapitulerai aussi mes adventures plus tard!).

Pendant que je ne voyageais pas, j’étais chez moi à Los Angeles avec ma famille et mes amies. J’ai passé des jours tranquillement avec l’écriture, et parfois je sortais avec ma famille au restos où on a mangé des bons plats, surtout ceux d’asiatique. J’ai bien mangé ce qui était bon pour que je sois contente avant de revenir en France (où les plats asiatiques sont très médiocre, désolée!).

À part de ces activités, j’ai aussi beaucoup de temps pour réfléchir, surtout mon futur. Cette année sera la quatrième en France, et mon contrat d’enseignement sera terminé à la fin d’août 2019. Après, je dois trouver un autre post, un autre boulot ce qui sera dûr. J’habite en France depuis 2015, et maintenant je crois que je suis…terminé avec le pays??

Au moins, je sais que je suis terminé avec l’enseignement. Ces années comme enseignement m’en avait marre du système d’éducation. Je ne veux plus enseigner, en France ou aux États-Unis, et je voudrais trouver un boulot qui n’est pas de l’enseignement. Le travail me faisait pas très heureuse, donc j’ai besoin d’un changement de travail.

…et la France. Depuis mon début comme expatriée, j’avais une relation amour-haine avec le pays. J’aime la culture “laissez-faire,” la cuisine, l’accessibilité des autres pays européens pour le voyage…mais aussi, je n’aime pas de l’administration, la xénophobie (parfois), et la société assez conformiste. Ce n’est pas ce que je déteste la France, mais même après quelques années à l’étranger, je ne peux pas être à l’aise complètement dans ma peau.

Par contre, ça m’est égal si je reste en France après mon contrat termine. Si je peux trouver un travail en France, je l’accepterais. Mais le problème, c’est que je dois trouver un boulot qui n’est pas de l’enseignement, qui peut sponsoriser mon visa, et qui peut me donner l’assurance maladie (parce que je ne l’aurai plus quand j’aurai 26 ans l’année prochaine)…et qui est aussi dans une grande ville: Paris, Lyon, Toulouse…j’habite aux petites villes depuis le début de mon travail, et je sais que je ne les aime pas du tout. Alors, il semble que je doive revenir aux États-Unis pour que je trouve un boulot plus facilement.

C’est un peu triste de savoir que je ne serai plus probablement en France bientôt, mais je reste un an là-bas: il y a encore du temps pour faire des voyages, et je suis determinée à voyager aussi beaucoup que je peux le faire tandis que j’ai la liberté! Également, j’acceptais que ces quatre ans en France étaient géniaux: j’ai beaucoup appris, et je sais que je peux la visiter (et revisiter) plus tard quand j’ai un “vrai” travail.

Donc, voilà. Cet été était tranquil, fun, et il m’a fait réfléchir à mon avenir. Je déciderai ce que je ferai après, et aussi je continuerai à m’amuser. Pendant cette année, on verra!

Merci de lire ce post, et on se verra dans le prochain. À plus!

Je perds mon français??

Bonjour, tout le monde.

Ça faisait longtemps que je n’ai pas écrit quelque chose à part écrire mes voyages du monde. Mais récemment, j’ai pensé à quelque chose assez perturbante, et alors j’ai envie de la discuter pour que je me sente mieux.

Bon… *respire*

Je perds mon français.

Oui, c’est vrai. Je remarquais depuis le mois d’avril que j’utilisais la langue française de moins en moins. C’est parce que je ne l’utilise pas pendant mon travail (comme enseignante d’anglais) et aussi je ne l’utilise pas quand je suis avec mes ami(e)s, car la majorité de mes ami(e)s sont expatrié(e)s, et donc on parle souvent anglais. Je sais qu’il est important d’essayer et d’entretenir la langue, mais aussi, c’est trop facile à parler dans ma langue maternelle et à se sentir à l’aise avec ça.

J’ai remarqué ce problème en printemps quand j’étais obligée à parler français avec l’administration de mon travail pour que je doive renouveler mon contrat pour rester l’année prochaine en France. Mais quand je suis entrée le bureau, je me suis sentie pas très bien: je suais, j’étais étourdie, et je bégayais pendant la conversation avec la sécretaire. Je ne sais pas comment elle m’a compris, mais en tout cas, je n’étais pas du tout assuré en moi-même.

Même avec ce poste, je dois traduire ce que je veux écrire. De temps en temps, j’utilise WordReference quand je ne connais pas ce qu’on dirait en français de l’anglais. Je suis comme moi-même il y a quatre ans, comme une étudiante avec un niveau de français A2 maximum (peutêtre moins…).

Je sais, je sais…je ne suis pas assurée avec mon niveau de français…beaucoup de gens m’ont dit ça, et j’ai peur que ça manifeste dans mon expression française. Quand je parle, quand j’écris…partout. Également, je me doute si je n’aime le français non plus: ça faisait environs 18 mois à deux ans que je pensais comme ça, et franchement, je me suis rendue compte que je n’ai plus envie de lire, parler, ou immerger dans la langue qui m’a capturé depuis mon adolescence. Après avoir habité en France pendant presque quatre ans, je me doute si je voudrais continuer à vivre à l’étranger, car je n’ai jamais eu à l’aise à ce pays et, même s’il y avait des bons moments, je pense que mon coeur reste toujours aux États-Unis.

Franchement, je n’ai aucune idée…mon contrat reste jusqu’au août 2019, et alors je serai en France jusque-là. Bon, j’ai déjà accepté mon poste, mais après, je ne sais pas si je resterai en France ou si je reviendrai aux États-Unis (et trouver un “vrai” travail là-bas). Pour l’instant, j’accepterai ce que je ferai cette année suivante, je voyagerai aussi beaucoup que possible, et je m’amuserai pendant que je peux le faire– on verra!

Merci de m’avoir lu ce post (assez déorganisé, je sais) et je vous promis que je me sentirai mieux plus tard.

À bientôt. 🙂