Je suis reconnaissante de…

Image result for thanksgiving"
Source: DOGO News.

C’est la Thanksgiving!

Cette année sera la première fois depuis longtemps que je la célèbre chez moi aux USA, avec ma famille. Avant, j’ai été en Europe pour mon ancien travail, et j’avais célébré la Thanksgiving avec le voyage (l’année dernière, j’ai été au Malte). Mais cette fois, je suis aux États-Unis, mon pays d’origine où on célèbre la tradition de manger et d’être reconnaissant(e) des choses dans ses vies.

Beaucoup de choses se sont passées pendant cette année: des choses heureuses, de choses mauvaises, etc. Mais en général, je reste optimiste, et je suis contente avec les positifs dans ma vie, plus ou moins. La Thanksgiving, c’est la fête pour commémorer l’histoire du festin entre les indigènes et les colons il y a 400 ans, mais également pour réfléchir desquels on est reconnaissant(e).

Dans ce post, je vais lister des choses desquelles je suis reconnaissant(e). C’est une liste pour moi, pour se souvenir des moments joyeux dans ma vie et pour rester optimiste à l’avenir. C’est parti!

Je suis reconnaissante de…

1. Je suis reconnaissante à ma famille. Bien que ma mère ne se sente pas très bien, je suis heureuse qu’elle soit là toujours, et je vais chérir des moments avec elle aussi beaucoup que possible.

2. Je suis reconnaissante à mes ami(e)s. J’ai des amies de mon enfance avec qui je traîne chaque mois: on s’est rencontrée à l’école primaire et on reste toujours amies, même après plus de 20 ans. Également, je suis contente de m’être faite des ami(e)s pendant mon âge adulte, à la fac et à l’étranger. Grâce à Facebook, je peux rester en contacte avec eux, même si on est loin.

3. Je suis reconnaissante d’être en bonne santé. Je suis toujours jeune (26 ans), et je suis contente d’être en bonne forme. Je fais de l’exercice tous les jours et j’essaie d’avoir un bon régime alimentaire, même avec du travail et dess commissions. J’espère que je pourrai continuer à être en bonne santé pendant que je deviens plus âgée. On verra!

4. Je suis reconnaissante d’avoir un travail. J’avais passé presque deux mois sans emploi, et je suis contente d’avoir trouvé un boulot à l’aéroport. Ce n’est pas mon boulot idéal, mais pour l’instant j’ai un salaire et ça m’occupe pendant la semaine et le weekend. Quand je peux trouver un autre travail (celui qui est plus “idéal”), je reste dans ce job.

5. Je suis reconnaissante d’habiter à Los Angeles. Bon, parfois je râle que Los Angeles soit trop grande, trop d’embouteillage, trop “fake,” etc. Mais en tout cas, c’est la ville dans laquelle je suis née et dans laquelle j’ai grandi. Le temps fait beau presque tout le temps, il y a beaucoup d’options de restos (et de cuisines diverses), et il y a plein de l’occasion de faire ce qu’on veut faire (être acteur, commencer un “start-up,” etc.). Los Angeles, c’est ma ville, et je suis fière d’y habiter.

6. Je suis reconnaissante d’avoir ce blog. J’avais eu C’est la vie américaine depuis 2013, et bien que je ne poste pas toujours regulièrement, je suis contente que le blog continue à être vivant après 6 ans. Je l’ai commencé quand j’étais à la fac, et quand j’ai été très passionné par la langue française. Moi, j’aime toujours la langue française, mais maintenant je suis plus occupée avec du travail, des responsabilités en tant qu’une adulte, et en général de la vie. En tout cas, je continuerai à poster sur ce blog quand j’ai du temps libre, pour pratiquer le français.

7. Je suis reconnaissante à vous. Mes lectures, merci. Merci de me suivre après ces années sur C’est la vie américaine. Je suis reconnaissante de votre soutien, et je vais continuer à écrire aussi beaucoup que possible pour votre plaisir. Merci, merci, merci.

 

Je vous souhaite les joyeuses fêtes, et je vais poster encore bientôt. Happy Thanksgiving! 🙂

Trop de voyages…c’est possible?

Je ne vous ai pas écrit de mes voyages depuis l’été 2018 (bon, j’en ai écrit mes voyages d’octobre et de novembre de cette année, mais bref…), et du coup, j’ai beaucoup d’aventures à vous raconter durant les mois suivants. De mes vacances à l’Amérique du Sud et du Colorado aux voyages en Turquie et en Provence cet été, j’imagine que je serai occupée dans ce blog durant toute l’année 2020. Donc, préparez-vous!

Cependant, aujourd’hui je voudrais m’exprimer ce que je pensais depuis longtemps. Récemment, j’ai eu un sentiment particulier du voyage, un sentiment assez…négatif. Je ne sais pas pourquoi, mais les voyages ne me sont pas intéressée non plus, même pendant que je voyageais! Les choses (architecture, nourriture, nature) ne m’ont plus impressioné pendant mes voyages en Géorgie, en Turquie, en Espagne, etc… C’était un sentiment étrange, et j’ai eu du mal à comprendre pourquoi j’ai été comme ça.

Moi, j’étais passionnée du voyage depuis mon enfance et surtout pendant mes vingtaines. Mon expérience en France pendant quatre ans m’a beaucoup inspiré à voyager partout en Europe et que je l’ai fait exactement. Au début, j’ai été enthousiasme pour chaque aventure, et maintenant c’est moins. Maintenant, je me sens plus fatiguée, j’ai moins d’énérgie pour faire du tourisme, et je pense que je me suis épuisée (“burned out”) par le voyage.

Ce que je crois, c’est que la raison que je ne suis plus intéressée du voyage c’est que j’ai trop voyagé pendant les derniers mois de mon séjour en France (du mai au juillet). J’ai visité sept pays pendant ces trois mois (la Pologne, Lettonie, Latvie, Géorgie, Turquie, Espagne, France) et à la fin, j’ai été si fatiguée. Tous les architectures et les cultures ont semblé pareilles et je ne me suis pas sentie comblé (“fulfilled”) de mes dépenses pour aller à ces pays. C’était trop dommage, parce que je sais que chaque pays sont spéciaux, mais en ce temps-là, je ne les ai pas reconnu.

En même temps, le voyage m’a beaucoup manqué, surtout quand j’ai dû revenir aux USA en mi-juillet et quand j’ai quitté la France indéfinitivement. J’ai passé tristement le reste de l’été jusqu’au mois d’octobre, en rêvant du voyage encore un jour. J’ai été déprimée, car je n’ai plus eu d’aventures et j’ai dû être “vraie” adulte avec du travail et des devoirs quotidiens (factures, impôts, épargne…). C’était une période agitée: le voyage m’a manqué, mais le voyage ne m’est pas intéressé quand je voyageais…

Maintenant, je comprends. Après quelques mois turbulents, j’ai un nouveau boulot aux États-Unis, une vie chez moi à Los Angeles, et une vie différente du voyage. La passion du voyage reste dans mon coeur, mais au même moment, je sais que je dois avoir une pause pour voyager. Il faut que je travaille pour gagner de l’argent, et il faut donner la priorité à mon avenir avec l’épargne et la retraite. Il faut attendre jusqu’au temps que je suis “stable” avec mes finances et ma vie pour faire des aventures encore. C’est une cause à grandir et organiser ce que je voudrais faire pendant le reste de la vie. Les voyages et les aventures des voyages peuvent attendre, et quand je suis prête encore, je retrouverai la passion du voyage.

Merci de lire ce post, et on se verra bientôt. Ciao! 🙂

Mon histoire avec le MLM…

Salut à tous,

Aujourd’hui, je voudrais raconter une histoire récente de ma vie qui a été très…étrange. Après j’ai quitté la France en juillet et après je suis rentrée chez moi aux États-Unis, j’ai postulé aux boulots car j’ai eu sans emploi. Également, j’étais en train de faire une réorientation professionnelle, du coup j’ai étendu mon recherche aux secteurs différents.

L’un des secteurs, c’était le marketing. Moi, je n’ai aucune expérience avec du marketing, mais le poste lequel j’ai trouvé était débutant: c’est à dire que je n’ai pas eu besoin d’expérience et que je ferai la formation pour être qualifiée. Donc, je l’ai postulé, j’ai reçu une invitation d’entretien, je l’ai fait, et j’ai été acceptée. C’était géniale, car je me suis inquiétée pour ne pas trouver un boulot– enfin, j’ai eu un job!

Cependant, j’ai réalisé que ce travail a été chelou. Au début, le chef ne m’a pas dit exactement ce que je vais faire avec mon boulot. J’avais su que je travaillerais dans le secteur du marketing et de la vente, mais c’était tout. C’est après j’ai signé le contrat et après j’ai commencé la formation que je me suis rendue compte que c’était porte-à-porte. Ça veut dire que je visiterais des entreprises (n’importe quelles) et vendrais le produit de mon travail (des papiers, des encres, des toners…des produits de bureau, en général). Et si elles refusent, il faudrait qu’on essaie de changer d’avis. Donc, on ne peut pas être timide et il faut avoir la mentalité d’un répresentant.e de commerce.

Bon, j’ai accepté le poste. Bien que je n’aie eu aucune d’expérience et je n’aie pas eu de mentalité d’un répresentante, je me suis dite que je pourrais essayer et réussir dans le secteur de la vente. C’était des heures longues tous les jours, lundi au vendredi (parfois samedi) et j’ai visité plus des 60 entreprises chaque jours pour essayer de vendre des produits de bureau. Je l’ai réussi parfois, mais pas souvent…j’ai été toujours mal à l’aise quand je l’ai fait et je me suis sentie sordide chaque fois. Du coup, je n’ai pas été accomplie avec la vente…

Il y avait aussi le problème avec l’entreprise dans laquelle j’ai travaillé. Il fallait qu’on arrive au bureau 7-8 heures du matin et on passe 2 heures des réunions. Et à la fin, tout le monde reste au debout dans un cercle pendant que le chef annonce des “high-rollers” (c-à-d les gens qui ont fait beaucoup de ventes) et il faut qu’on applaude avec enthousiasme. C’était une forme du lavage de cerveau (“brainwashing”), et on devient des robots après un certain temps. On croit qu’on peut être riche, être “entrepreneur.e,” etc. Mais en réalité, on est pauvre: on ne gagne pas beaucoup d’argent, et on est prisonniers dans ce “business.”

En réalité, mon boulot était un MLM. Qu’est-ce qu’il est MLM? En français, ça traduit comme “vente multiniveau,” ou “vente par réseau coopté” (VRC). Ça veut dire qu’on récruit des gens pour vendre un produit et, après un certain temps, ces gens récruitent plus des gens pour faire la même chose. C’est un peu comme une vente pyramidale, mais avec un produit légitime. Mais malheureusement, la plupart des gens (99%) ne réussiront jamais, et les gens au sommet de la pyramide gagneront le plus.

Moi, j’ai passé un total de trois semaines dans le MLM. La première semaine, je n’ai eu aucune idée ce que je faisais, et je ne savais pas que l’entreprise était une anarque. Heureusement, j’avais gardé une copie de mon contrat et après avoir le relu, je me suis rendue compte que la nature de cet entreprise. En gros, il serait presque impossible de gagner de l’argent suffisant sauf on décide d’être sociopathe, et on va plutôt perdre de l’argent: il faut payer son propre essence pour son voiture, ses nourritures, etc quand on est dans son propre “territoires” pour la vente. Il y avait aussi des “Team Nights” quand on doit passer du temps avec ses collègues dans un resto/bar et payer des dîners et des boissons avec son propre salaire.

Après la première semaine, j’ai décidé de ne pas travailler à cet entreprise non plus. Par contre, j’ai voulu mon paycheck, et il faut attendre jusqu’à la troisième semaine pour le recupérer– c’est chiant! Mais c’était conditionnel, car on doit faire des ventes afin de recevoir le paycheck, du coup j’ai essayé (même si j’ai été mal à l’aise) et à la fin, j’ai reçu mon salaire. J’ai tous calculé et, après les dépenses pour l’essence, la nourriture, et “Team Night,” j’ai gagné environs 200€ du bénéfice pendant trois semaines du travail. Pas du tout beaucoup, mais au moins je n’ai pas trop perdu d’argent.

…et puis, je l’ai démissionné.

Donc, voilà. C’est mon histoire d’avoir eu de l’expérience dans un MLM. Franchement, cette épisode a été plutôt traumatisante, et même après trois, quatre mois, je récouvre toujours. Alors, il faut faire attention quand on trouve un travail: bien qu’on soit désespéré, il faut se protéger quand même. Il faut lire le contrat et il faut comprendre ce qu’il dit…et on peut démissionner avant de commencer le job! C’est un conte d’avertissement, et j’espère que je ne verrai pas de MLMs non plus.

Merci d’avoir lu ce post, et à bientôt!

Je ne suis plus en France…

Salut à tous.

Ça faisait presque quatre mois que je n’ai pas posté sur ce blog. Également, il est quatre mois après j’ai quitté la France indéfinitivement, en rentrant aux États-Unis. J’avais terminé mon contrat du travail après quatre ans et je ne suis arrivée pas à trouver un travail pour que j’aie pu rester en France– du coup, je suis rentrée à mon pays d’origine.

Beaucoup de choses se sont passées dans ma vie depuis le mois de juillet: j’avais trouvé un travail deux semaines après être revenue chez moi, mais il était une arnaque (c-à-d “MLM,” ou “le marketing à plusieurs niveaux”). Heureusement, j’ai démissionné du travail après trois semaines et je n’ai pas perdu trop d’argent. C’était une histoire folle de ma vie, et je la raconte dans un autre post, peut-être.

De plus, j’avais reçu des nouvelles de ma famille en mai: en gros, un membre de la famille a une maladie terminale. À cause de ça, il fallait que j’aie quitté la France plus tôt, afin de rentrer chez moi pour être là. La situation est toujours instable, mais on continue à passer chaque jour doucement et positivement…

Les mois de septembre et octobre ont été le pire pour ma santé mentale. J’ai été déprimée (pas cliniquement, mais extrêmement triste) et j’ai été frustrée de la recherche d’emploi, surtout après la mauvaise expérience avec le MLM en août. Je suis devenue très méfiante des gens et j’ai souhaité une vie en France encore: j’y avais quitté sans tourner la page et ce n’était pas étonnant que j’ai pleuré presque tous les jours après ça. J’ai passé beaucoup de temps chez moi avec ma famille, et avec pas beaucoup de choses à faire sauf manger, dormir, faire de l’exercice, et parfois traîner avec mes amies quand elles ne travaillaient pas.

La recherche d’emploi m’a beaucoup frustrée, parce que j’ai voulu en réorientation professionnelle (“career change”). Je n’ai pas eu besoin d’être prof non plus, du coup j’ai dû recommencer ma vie aux USA. Cependant, j’ai eu le problème d’être surqualifiée pour des boulots débutants, car j’ai un Master. D’un autre côté, je n’ai pas eu de compétences pour être gagner des boulots plus élévés. Donc, bien que j’aie postulé aux 100+ candidatures, je n’ai pas reçu ni beaucoup d’invitations pour les entretiens ni les offres pour travailler.

Deux, presque trois, mois après j’ai quitté la France, j’ai trouvé un travail à l’aéroport. Je viens de commencer ce nouveau boulot la semaine dernière et pour l’instant tout va bien. Ce n’est pas mon boulot idéal, mais je gagne de l’argent et ce n’est pas un travail trop difficile. En gros, j’aide des passagers domestiques et internationaux avec l’immigration– parfois, il y a des passagers qui viennent de la Chine, de la France avec qui je parle chinois et français. C’est plutôt chouette, car je peux continuer à pratiquer ces langues étrangères hors des pays respectifs. Je travaille juste mi-temps, mais c’est parfait pendant que je continue à réfléchir ce que je voudrais faire dans ma vie. Il y a des candidatures pour être fonctionnaire, et ça m’intéresse. Le processus est long, mais j’essaierai d’obtenir un boulot dans ce secteur– on verra!

Donc, voilà. Ces quatre mois de ma vie en général. Mais je me suis rendue compte que je n’ai pas raconté tous ce qui se sont passés depuis l’année dernière: je n’ai pas raconté ni mes aventures à l’Amérique du Sud l’été dernier ni mes voyages en Europe après novembre. J’en ai beaucoup de rattraper sur ce blog, c’est évident.

C’est vrai que je suis triste que je n’habite plus en France. Et je ne sais pas quand je peux y revenir. Mes aventures en Europe ont terminé pour l’instant, pendant que je travaille aux USA et je deviens une “vraie adulte.” Je ne sais pas quand je peux recommencer à voyager, mais je suis certaine qu’il ne sera pas pendant le reste de cette année. Peut-être en mars pour mon anniversaire, mais ça serait plutôt domestique, aux États-Unis. On verra encore!

Bien que je ne sois plus en France, je voudrais continuer à écrire sur ce blog. En fait, j’ai commencé C’est la vie américaine avant mes aventures en France, quand j’ai été toujours à la fac. J’ai crée ce blog pour exprimer mon intérêt à la langue française, et même avec des posts inconsistants pendant ces années, je suis contente de continuer à écrire en français ici. J’ai plein de choses à raconter: mes voyages depuis 2018 et 2019, ma vie actuelle aux USA, et d’autres choses francophiles. Je reste toujours une francophile, et j’espère que mes posts continuent à vous plaire.

Merci d’avoir lu mon “update” et je vais vous voir bientôt. À la prochaine!

Bonne année 2019!

Image result for bonne annee fireworks gifs
Source: Tenor.

Enfin, l’année 2019 arrive!

C’est incroyable que l’année 2018 soit terminée…il semble qu’elle ait passé très vite, mais au même temps beaucoup de choses se sont passées pendant ces 12 mois. Puisque le Nouvel An, c’est du temps pour réfléchir à l’année passée, je voudrais recapituler mon année 2018 dans ce post.

Pour commencer, mon année 2018 était, dans un seul mot, “turbulente.” C’est à dire qu’il y avait des bons événements et des mauvais, pas beaucoup au milieu. Je me suis bien amusée avec beaucoup de voyages partout à l’année, mais aussi j’ai eu des périodes tristes, tendues, incertaines…

Je ne suis plus jeune (bon, j’ai 25 ans), et je n’avais aucune idée ce que je ferais après mon contrat du travail terminerai en août 2019. Bien qu’il soit assez longtemps, je paniquais quand même. À cause de l’incertitude, j’admets que j’étais mal à l’aise de moi-même. Mon confiance a souffert, et j’étais anxieuse et déprimée. Les mois du février, juin, et novembre étaient les plus durs, et je ne savais pas ce que je pourrais faire pour améliorer mon esprit.

Cependant, il y avait quelques bons moments en 2018. En général, je suis contente d’avoir voyagé plus, parce que je n’avais pas voyagé aussi beaucoup en 2017 que l’année passée. De l’Europe à l’Amérique du Sud, j’ai découvert plus des pays, plus des cultures, et plus des gens qui sont devenus mes chers amis. Grâce à voyager, je me suis sentie heureuse, détendue, libérée…

Mes sentiments de 2018 sont toujours là. Et j’ai toujours des questions de mon futur, du bonheur, de moi-même. Comme je deviens plus âgée, la vie devient plus compliquée…en tout cas, il faut perséverer, on n’a pas de choix. Je sais que l’année 2019 ne sera pas facile (surtout le début), mais on devrait voir comment deviendra-elle à la fin. Ce n’est pas d’une “vie” si on n’a pas des défis chaque année, et alors il faut être courageux afin de les surmonter, et enfin se changer (le développement personnel).

Bon, on verra comment l’année 2019 sera. Je continuerai à écrire sur ce blog, car j’ai toujours beaucoup de voyages passés que je dois rattraper à raconter (surtout ceux de l’Amérique du Sud en été!). Je recommencerai à blogger regulièrement en quelques semaines, car je voyagerai pendant la majorité du mois du janvier (à l’Amérique centrale, ma première fois!). J’y reviendrai bientôt, j’espère, et en général, je vous remercie de lire mes posts, même si je ne les publie pas avec constance.

Passez les joyeuses fêtes du Nouvel An, et à plus tard!