Mes années 2010’s (une critique): Partie 2

Salut, mes ami.es!

On est plusieurs jours dans l’année 2020. Pour l’instant, je suis trop occupée avec mes deux travails (et j’essaie d’avoir une vie hors du travail…) et alors j’ai du mal à continuer à écrire des posts constants…mais en tout cas, j’essaie d’écrire un post par semaine, au moins, pour que je puisse continuer à pratiquer mon français. Donc, voilà!

Pour ce post, je voudrais raconter mes années 2010’s. C’est étonnant que les années aient passé trop vite: j’ai commencé l’année 2010 comme adolescente et maintenant je suis une adulte! C’est vrai que j’ai beaucoup changé depuis mon adolescence, et je trouve que je suis plus à l’aise avec moi-même, plus ouverte, et avec un esprit plus fort.

Je voudrais donc raconter mon évolution an-par-an. Pour éviter un post trop long, je vais séparer dans deux posts (le premier ici). Voici le premier, et j’espère que vous vous amuserez bien. C’est parti!

Mes années 2010’s (Partie 2)

2015

À Prague (2015).

Après quatre ans, j’ai reçu mon licence à la fac en juin. Également, j’avais été admise dans TAPIF, un programme à l’étranger pour qu’on enseigne l’anglais en France. Puisque je m’étais bien amusée à Paris l’année précédente, j’ai eu trop hâte d’avoir été admise dans ce programme. Je suis donc allée en France au début du septembre, en passant une semaine à Paris avec la famille avant de déménager en Normandie dans laquelle j’enseignerais l’anglais.

J’ai commencé mon travail en octobre; j’ai enseigné au collège et au lycée dans une petite ville entre Le Havre et Rouen. Franchement, c’était assez dur pendant ces premiers mois (bon, pendant l’année entière), car j’ai eu du mal à ajuster dans un nouvel environnement, pas pareil comme celui aux États-Unis. La culture française est différente que celle d’américaine, et j’ai eu le mal du pays (“homesick”).

Mais également, j’ai eu beaucoup de temps pour voyager quand je n’enseigneais pas. Je suis allée en Belgique, en République Tchèque, en Angleterre, et en Irlande pendant les vacances de la Toussaint et les vacances de Noël. J’ai aussi voyagé partout en Normandie pour que j’aie découvert la beauté de la région. C’est pendant ce moment que j’ai découvert ma passion pour voyager, et je continuerais à faire pendant le reste de la décennie.

2016

À Kyoto (2016).

L’année 2016, c’était l’année que j’ai voyagé le plus. J’ai commencé le Nouvel An avec les voyages en Suisse et Lyon/Annecy. En février, je suis allée en Espagne et au Portugal, en mars au sud de la France. J’ai passé du temps à Amsterdam et des pays sur le Danube (l’Allemagne, l’Autriche, la Slovaquie, l’Hongrie…) pendant les vacances de Pâques. La première année de l’enseignement a été terminée en mai, et je suis allée à la Cinque Terre où j’ai fait la randonnée pendant une semaine. C’était une belle fin pour la première année en France, et avant de rentrer chez moi pendant l’été.

J’ai passé l’été au Japon et au Taïwan avec la famille. C’était ma première fois au Japon et c’était un séjour très enrichissant culturellement– j’ai envie d’y revenir un jour pour que je puisse découvrir plus du joli pays! Après un problème avec mon dossier, je suis revenue en France pour commencer la deuxième année de l’enseignement. J’ai été placée en Normandie encore, mais dans une autre ville. Également, j’ai eu des colocs (neuf total!), et on a passé l’année avec beaucoup d’aventures (souvent être bourrés dans notre appart mdr!).

Également, j’ai commencé mon programme Masters en ligne, du coup je n’ai pas eu aussi l’occasion de voyager que l’année précédente. Mais j’ai trouvé du temps pour faire des petits voyages en Normandie, et je suis allée en Espagne avec la famille pendant les vacances de Noël, du coup j’ai continué à voyager quand même!

2017

À Multnomah Falls (2017).

J’ai trouvé l’année 2017 assez tranquille: j’ai continué à suivre mes cours en ligne pendant que j’enseigne l’anglais en France. J’ai continué à faire des petits voyages quand je les pouvais, à Paris, à Dijon, à la vallée de la Loire…En avril et en mai, je suis allée en Pologne et au Maroc pour la première fois, et je me suis bien amusée aux destinations.

À la fin du mai, j’ai reçu des bonnes nouvelles: j’ai été offert un contrat pour être lectrice d’anglais à la fac près de Lyon pour la prochaine année scolaire! J’ai été ravie d’avoir obtenu ce poste, et avant de commencer mon nouveau travail en septembre, j’ai passé l’été tranquillement chez moi avec la famille: on a fait un petit “road-trip” au Oregon et au Washington où on a visité Portland et Seattle. C’était un joli voyage, et maintenant, j’ai bien aimé ce coin des États-Unis!

J’ai déménagé à la région lyonnaise en août, et j’ai commencé mon travail au 1 septembre. C’était assez dur, ces premiers deux, trois mois, car j’ai été en train d’ajuster dans une nouvelle région française, avec mon nouveau travail avec des étudiant.es, et mon nouvel appart avec des colocs. Il y avait des problèmes avec plusieurs colocs (“roommate drama”), mais à la fin, elles ont quitté le logement en novembre et tout allait mieux après.

Après le premier semestre a été terminé en novembre, je suis allée en Allemagne pour les marchés de Noël, et puis en Italie et Espagne avec mes parents pendant les vacances de Noël. Bien que j’aie voyagé moins qu’année 2016, j’ai encore beaucoup voyagé et j’ai obtenu mon diplôme de Masters en décembre.

2018

20180704_091113
À Machu Picchu (2018).

 

2018, c’était la deuxième année plus voyagé de la décennie. En janvier, je suis allée au sud-ouest de la France pour rendre visite à mon ami à Toulouse, et puis j’ai passé deux semaines à Budapest et à Prague. Beaucoup de sortir pendant la nuit pour fêter et pour m’amuser!

À la fin du mois, j’ai commencé mon deuxième semestre de l’enseignement à la fac. Je l’ai trouvé franchement dur, car j’ai eu du mal à discipliner mes élèves, surtout ceux de la première année du licence (le cauchemar…). Je n’ai pas beaucoup voyagé pendant le février, mais j’ai passé un long weekend à Avignon en mars pour célébrer mon anniversaire avec une amie. J’ai également passé une semaine à Paris en avril pendant que mes parents ont été là, et ces petits voyages ont été bien pour me détendre du travail.

J’ai terminé la première année de mon contrat en mai, et j’ai tout l’été pour voyager (et j’ai continué à être payé dans mon contrat, du coup j’ai de l’argent pour aller partout!). En mai, je suis allée en Islande, en Croatie, au Monténégro, en Bosnie-Herzégovine, en Slovénie, et en Venise. J’ai participé au parade Pride à Lyon, la première fois que j’ai fait du Pride, avant de rentrer chez moi pendant l’été.

Bien que je sois rentrée à Los Angeles, je n’ai eu que 48 heures avant de repartir pour les vacances avec la famille. On a passé deux semaines à l’Amérique du Sud, au Chili et au Pérou. C’était ma première fois sur le continent, et j’ai bien aimé les séjours sur l’île de Pâques et à Machu Picchu. Avant de revenir en France, j’ai également passé une semaine au Colorado pour rendre visite à mon amie: c’était un bon séjour dans la nature et la beauté de cet état.

J’ai commencé ma deuxième année en tant qu’une lectrice d’anglais en septembre. À part de l’enseignement, j’ai fait des petits voyages à la région grenobloise et à Lyon et à Paris. J’ai fait une semaine au Malte après le semestre d’automne a été terminé en novembre, et puis j’ai passé une autre semaine en Alsace pour les marchés de Noël. Après la troisième (et finale) fête des Lumières à Lyon, je suis rentrée chez moi pendant les vacances de Noël: c’était la première fois que j’ai passé le Noël chez moi depuis 2014, du coup c’était un peu bizarre, mais confortable avec mes amies et ma famille.

2019

20190702_124059
Les champs de Provence (2019).

La dernière année de la décennie a été assez bizarre, car j’ai passé la première partie (janvier-juillet) en voyage et le reste de l’année (août-décembre) sans aucun. Ma famille et moi avons fait une croisière au Mexique et des pays de l’Amérique centrale (le Guatemala, le Nicaragua, le Costa Rica, le Panama) et en Colombie. C’était un nouveau coin du monde que je n’avais pas encore exploré, du coup je me suis bien amusée là-bas!

J’ai commencé mon dernier semestre de l’enseignement à la fin du janvier. C’était un semestre assez calme, mais au même temps, j’ai fait trop pression sur moi-même, c’est à dire trop de travail pas nécessaire. En tout cas, j’ai passé une semaine en Roumanie pendant les vacances d’hiver, et le pays m’a beaucoup impressionné: maintenant, la Roumanie est mon pays préféré en Europe!

En mars, j’ai passé un long weekend à Paris pour célébrer mon anniversaire, et puis je suis allée à Milan et au lac de Côme pendant les vacances de printemps. Mon travail a été terminé en mai et j’ai fait beaucoup de voyages avant de rentrer aux États-Unis indéfinitivement en juillet. Je suis allée en Pologne, en Lettonie, en Latvie, et en Géorgie en mai, la Turquie et l’Espagne en juin, et la Provence et Paris en juillet. J’ai fait beaucoup pendant deux mois, et c’était la fin douce-amère (“bittersweet”) de mes quatre ans en France.

Le reste de l’année 2019, c’était dur. J’ai été au chômage pendant presque deux mois et même s’il n’y a pas trop longtemps, c’était stressant. Les mois d’août et de septembre ont été les plus stressants, mais heureusement, j’ai trouvé un travail à l’aéroport en octobre. Ce n’est pas mon boulot idéal, mais pour l’instant, ça va. J’ai également trouvé un deuxième travail en décembre (un boulot temporaire, mais ça paie bien), et je continue à faire les deux– je suis énormément occupée, mais je crois qu’il serait moins stressant après le mois de février…

Chez moi, je me suis aussi occupée avec des choses personnellements: une membre proche de ma famille a été malade, avec une maladie terminale. C’était trop dur pour voir, et la membre de ma famille est décédée tristement quatre jours après le Noël. Les mauvaises nouvelles, surtout juste avant le Nouvel An, mais on continue avec la vie quand même…

…et voilà! C’est mes années 2010’s en gros. J’ai beaucoup vécu pendant les dix ans, j’ai beaucoup changé: de mon adolescence à mon adulte. Je suis plus à l’aise avec moi-même, et bien que je n’aie aucune idée ce que je voudrais faire avec ma vie, je me sais plus pour que je puisse continuer à réussir pendant la vie. J’ai hâte de cette nouvelle décennie, et on saura ce qu’elle aura.

Merci d’avoir lu ce poste, et à plus tard! 🙂

Je perds mon français??

Bonjour, tout le monde.

Ça faisait longtemps que je n’ai pas écrit quelque chose à part écrire mes voyages du monde. Mais récemment, j’ai pensé à quelque chose assez perturbante, et alors j’ai envie de la discuter pour que je me sente mieux.

Bon… *respire*

Je perds mon français.

Oui, c’est vrai. Je remarquais depuis le mois d’avril que j’utilisais la langue française de moins en moins. C’est parce que je ne l’utilise pas pendant mon travail (comme enseignante d’anglais) et aussi je ne l’utilise pas quand je suis avec mes ami(e)s, car la majorité de mes ami(e)s sont expatrié(e)s, et donc on parle souvent anglais. Je sais qu’il est important d’essayer et d’entretenir la langue, mais aussi, c’est trop facile à parler dans ma langue maternelle et à se sentir à l’aise avec ça.

J’ai remarqué ce problème en printemps quand j’étais obligée à parler français avec l’administration de mon travail pour que je doive renouveler mon contrat pour rester l’année prochaine en France. Mais quand je suis entrée le bureau, je me suis sentie pas très bien: je suais, j’étais étourdie, et je bégayais pendant la conversation avec la sécretaire. Je ne sais pas comment elle m’a compris, mais en tout cas, je n’étais pas du tout assuré en moi-même.

Même avec ce poste, je dois traduire ce que je veux écrire. De temps en temps, j’utilise WordReference quand je ne connais pas ce qu’on dirait en français de l’anglais. Je suis comme moi-même il y a quatre ans, comme une étudiante avec un niveau de français A2 maximum (peutêtre moins…).

Je sais, je sais…je ne suis pas assurée avec mon niveau de français…beaucoup de gens m’ont dit ça, et j’ai peur que ça manifeste dans mon expression française. Quand je parle, quand j’écris…partout. Également, je me doute si je n’aime le français non plus: ça faisait environs 18 mois à deux ans que je pensais comme ça, et franchement, je me suis rendue compte que je n’ai plus envie de lire, parler, ou immerger dans la langue qui m’a capturé depuis mon adolescence. Après avoir habité en France pendant presque quatre ans, je me doute si je voudrais continuer à vivre à l’étranger, car je n’ai jamais eu à l’aise à ce pays et, même s’il y avait des bons moments, je pense que mon coeur reste toujours aux États-Unis.

Franchement, je n’ai aucune idée…mon contrat reste jusqu’au août 2019, et alors je serai en France jusque-là. Bon, j’ai déjà accepté mon poste, mais après, je ne sais pas si je resterai en France ou si je reviendrai aux États-Unis (et trouver un “vrai” travail là-bas). Pour l’instant, j’accepterai ce que je ferai cette année suivante, je voyagerai aussi beaucoup que possible, et je m’amuserai pendant que je peux le faire– on verra!

Merci de m’avoir lu ce post (assez déorganisé, je sais) et je vous promis que je me sentirai mieux plus tard.

À bientôt. 🙂

Destination: Paris, France (Édition janvier 2018– Partie 1)

Bonjour!

Après le Nouvel An, j’ai passé du temps à Paris. Ça avait fait longtemps que je n’avais pas visité la capitale française (depuis le mois d’août quand je suis revenue en France), du coup, j’ai eu envie d’y revisiter.

Cette fois, j’ai fait du Couchsurfing avec une famille très gentille qui a habité dans le 13ème arrondissement. Puisque j’avais déjà visité des sites touristiques dans la passée, j’ai eu beaucoup de temps pour faire ce que je voulais faire…ça veut dire que j’ai beaucoup mangé au nouveaux restos et j’ai eu profité de flâner un peu partout de ville.

Je vous montre des photos que j’ai pris pendant mon séjour à Paris. Amusez-vous!

IMG20180103164810
Vue de la Tour Eiffel de Belleville.
IMG20180103165343
Rue Denoyer.
IMG20180104105532
À l’intérieur du Palais Garnier (“L’Opéra”).
IMG20180104114013
Les Deux Plateaux au Palais Royal.
IMG20180104120107
Le vitrail “charcuterie” dans l’église Saint-Eustache.
IMG20180104130639
La cuisine coréenne.

 

…plus à venir bientôt!

Destination: Sicile et Sardaigne, Italie

Ciao!

Après notre visite de Naples, ma famille et moi avons continué à explorer l’Italie pendant les vacances de Noël. Les prochaines destinations étaient Sicile et Sardaigne, les îles italiennes qui sont situées pas trop loin de la métropole. On a fait deux jours, deux visites guidées chacune et même s’il n’y avait pas beaucoup de choses à voir, leur ambiance était agréable quand même.

Le premier arrêt, c’était en Sicile, surtout la ville Trapani. On a passé une demi-journée là-bas, afin d’explorer un peu de ville. L’île est connue pour son port qui amène des passagers en Italie métropole, ainsi que en Tunisie et en Algérie; également, son vin marsala est son produit commercial et il est connu du monde.

Avec le guide, on a flâné dans des rues étroites de Trapani– notre guide nous a expliqué pourquoi les rues sont tellement étroites: c’est parce qu’il fait extrêmement chaud pendant l’été, et alors les rues étroites font produire l’ombre pour faire moins chaud. Assez ingénieux!

On a continué à flâner et on est arrivé au bord de la mer. Comme Naples, il faisait beau pendant notre visite à Trapani et on a admiré le turquoise de la Mediterranée avant de continuer la visite au centre ville.

IMG20171224094136
La Mediterranée.

Au long du Corso Vittorio Emanuele, on a visité la cathédrale et puis on a terminé la visite de Trapani. Avant de revenir à la croisière, ma famille et moi avons acheté des souvenirs: des cartes postales, de la crème de pistache (qui est connue en Sicile)…Vers midi, on est revenu à la croisière.

IMG20171224101317
Au centre ville.

Le lendemain était le Noël. Également, c’était notre visite à Cagliari, la capitale de la Sardaigne. Puisqu’il était un jour férié, presque tous les magasins étaient fermés. Par contre, même s’il n’y avait pas de magasins ouverts, on s’est amusé pendant notre visite guidée pendant une demi-journée.

On a commencé à Monte Urpinu, une colline de Cagliari sur laquelle on a eu une vue panoramique de la capitale. Après ça, on a pris le car et on est descendu au centre ville. On est descendu le car afin de faire la visite du centre ville à pied.

Pendant notre visite à pied, plusieurs tourists avaient besoin d’utiliser les toilettes. Malheureusement, il n’y avait qu’un café qui était ouvert pendant le Noël, du coup il fallait attendre 20-30 minutes, mais au moins il y avait une autre jolie vue panoramique sur la terrasse près du café.

IMG20171225113340
Vue panoramique de Cagliari.

Enfin, on a fait une visite de la cathédrale de Santa Maria– on ne pouvait pas rester trop longtemps dedans, parce qu’il avait la Messe. Néanmoins, on a continué au quartier universitaire où on a passé sous la tour qui s’appelle Torre dell’Elefante. Ce qui est intéressant de cette tour, c’est qu’il a une statue d’un petit éléphant. Assez mignon!

IMG20171225113728
La statue de l’éléphant.

Notre dernier arrêt était sur la rue commerciale de Cagliari. Puisqu’il était Noël, tous les magasins étaient fermés– par contre, il y avait un petit marché de Noël qui était ouvert et alors on a passé du temps court là-bas, avant de prendre le car à la croisière et on a terminé notre visite de Cagliari.

Bien que ces visites soient courtes (et le fait qu’il n’y avait pas beaucoup de choses à voir), Sicile et Sardaigne étaient agréables quand même. On partirai l’Italie et on continuerai ses vacances en Espagne après, en ésperant que le temps ferait aussi beau qu’en Italie.

À bientôt!

Destination: Pérouges, France

Bonjour!

Pendant mes vacances à Lyon cet octobre, j’ai aussi fait des petites excursions de la journée aux autres villes dans la région. Après avoir recherché où je pouvais aller, j’ai décidé de visiter deux petites villes: Pérouges et le palais Idéal du Facteur Cheval. J’ai organisé deux jours afin de les voir, parce que les deux ne se sont pas très proches. En tout cas, j’ai voulu commencer avec le palais Idéal et puis Pérouges le jour après.

Puisque le premier est un peu difficile à arriver par le transport commun, je devais organiser bien comment y aller: il fallait prendre un train de Lyon à 6:20 vers Saint-Vallier et puis prendre un bus régional à Hauterives, un petit village où le palais Idéal est. Et pour revenir à Lyon, il fallait reprendre le bus vers midi et puis le train, en revenant à Lyon vers 13:30. C’était un défi, mais faisable quand même. Du coup, j’ai mis mon réveil pour me réveiller à 5:30 et je me suis couchée la nuit avant le départ.

Cependant, quand je me suis réveillée le lendemain, j’ai vu mon réveil et il était 6:05! En fait, je me suis trompée quand j’ai mis mon réveil: je l’ai mis pour le jour suivant! Du coup, il était trop tard pour prendre le train (et le bus) au palais Idéal…j’étais deçue (et un peu fâchée), mais c’était pas grave. Ce que j’ai décidé de faire, c’est pour changer l’itinéraire: j’irais à Pérouges et puis le palais Idéal le jour après. Heureusement, le bus à Pérouges avait plus de service que celui de palais Idéal (et pas si tôt!), alors j’ai pris le bus à 8:30 près de l’hôtel Dieu et suis allée à Pérouges.

45 minutes plus tard, le bus m’a déposé à Meximieux, une ville juste à côté de Pérouges. Pour aller à la ville médievale, il faut marcher un kilomètre sur une petite colline, du coup je l’ai fait et y suis arrivée vers 10:30.

Avec 1200 habitants, Pérouges est petite. Puisqu’elle est un village médievale, il y avait des rues pavées, des batîments pavés, et beaucoup de charme. C’est une ville touristique, surtout pendant l’été quand tout le monde est en vacances. Quand j’y ai visité, il y avait moins des gens, ce que je préfère afin de profiter bien.

Je suis entrée par la porte Bas et puis j’ai suivi la rue des Rondes sur la péripherie du village. Ensuite, j’ai traversé la rue pour arriver à la place du Tilleul, la place principale de Pérouges avec des vieux batîments, des jolies fleurs, et un arbre de 200 ans. Très pittoresque!

Rue des Rondes.
Place du Tilleul.
Des jolies fleurs sur l’hostellerie.

Sur l’autre côté de la rue des Rondes, il y a une petite boulangerie qui vend la galette pérougienne qui est une tarte du sucre…littéralement! J’ai acheté une tranche et c’était si délicieuse! Simplement, elle consiste en sucre et du beurre, mais je l’ai bien aimé– je regrette que je n’aie pas acheté plus!

À Pérouges.
Galette pérougienne.

J’ai aussi visité Meximieux, particulièrement son château; il était fermé ce jour-là, mais puisqu’il est situé sur une colline, je pouvais voir Pérouges en distance pour prendre une photo.

Pérouges en distance.

Enfin, je suis revenue à Pérouges pour explorer un petit peu plus et puis je suis revenue à Meximieux pour trouver une boulangerie ouverte (j’y suis allée lundi, du coup beaucoup de boulangeries sont fermées). J’en ai trouvé une, et j’ai acheté une formule déjeuner pour manger pendant que j’attends le bus pour revenir à Lyon. J’ai pris le bus vers 12:30 et je suis revenue à Lyon vers 14:00. C’était une visite courte, mais quand même une visite bien amusée.

Plus des posts à venir– à bientôt!