Destination: Santiago, Chili

Enfin, je raconte mes aventures de l’été 2018 à l’Amérique du Sud…j’ai passé deux semaines avec ma famille, en voyageant au Chili et au Pérou. C’était ma première fois à ces pays et sur le continent, et j’y me suis bien amusée: avec la culture, la nourriture, et la nature.

On a commencé le voyage au Chili, surtout la capitale de Santiago. J’étais revenue chez moi aux USA de la France 48 heures avant, et puis j’ai fait la valise pour voyager encore. C’est vrai que je n’ai pas bien dormi entre la France et le Chili, mais en tout cas, j’avais trop hâte de voir un continent que je n’avais pas encore exploré, et alors je n’étais pas trop fatiguée pour cela!

Après 10 heures du vol, on est arrivé à Santiago. Il était 5:00 quand l’avion a atterri à l’aéroport, et on a pris une navette à l’avance pour aller à l’hôtel, situé au centre ville. En fait, Santiago est énorme, avec plus de 5,5 millions et beaucoup d’embouteillage quand on approche son centre ville– heureusement, on y est arrivé très tôt du matin, du coup ce n’était pas du tout bouché sur la route.

Bien qu’on soit arrivé à l’Amérique du Sud en juin, il était actuellement l’hiver car on était sous l’équateur. C’était la première fois que je visitais un pays sous l’équateur, et c’était un peu bizarre qu’il faisait froid par rapport l’été aux États-Unis, surtout à Los Angeles! La plupart du temps, il faisait frais à 18°C et c’était le temps idéal pour explorer la capitale chilienne.

On s’est bien installé dans la chambre avant de prendre le petit déj. On a commencé la visite de Santiago après, en prenant le métro à la Plaza de la Constitución où le bureau du président est situé. Dans le cour, il y avait un défilé (plutôt “changing of the guards”) et on a passé du temps en observant des gardes pendant qu’ils jouent de la musique. Ils jouaient des chansons de James Bond et Star Wars, et je les ai trouvé trop chouette!

20180624_070040
Plaza de la Constitución.

Ensuite, on s’est dirigé vers la Plaza de Armas, mais on a passé devant Bandera, une rue colorée comme un arc-de-ciel. C’était une forme de “street art,” et on continuerait à voir plus des arts urbains au centre ville.

20180624_072206
Bandera.

À la Plaza de Armas, on a visité la cathédrale de Santiago. Il y avait la Messe quand on y est entré, mais en tout cas on a respecté la cérémonie et on a vu l’intérieure rapidement avant de sortir.

20180629_110151
La cathédrale de Santiago.
20180629_110238
La cathédrale dedans.

Avant de prendre le déjeuner, on est allé au Cerro Santa Lucía, une colline située sur un volcan ancien de 15 millions ans. On peut regarder l’horizon en haut, mais quand on y était là, il était plutôt couvert (“overcast”), et les vues n’étaient pas trop élévé…on prendrait le funiculaire à l’autre colline, Cerro San Cristóbal, plus tard, et les vues de Santiago serait mieux.

20180624_083058
Vues du Cerro Santa Lucía.

En tout cas, on a marché au quartier Barrio Bellavista, où on a vu plus des “street arts” et où on a pris le déjeuner. On est entré dans un resto qui ne coûtait pas trop cher, et on a goûté des plats chiliens: des empanadas, des thons frais, et beaucoup de viandes. On avait aussi de la bière et du Pisco Sour, un cocktail typique du Chili et du Pérou. L’origine du Pisco Sour, c’est assez controverse: on ne sait jamais s’il est chilien ou péruvien. Bref, c’est délicieux quand même!

20180624_092519
Street art du Barrio.
20180624_094741
Les empanadas.
20180624_095334
Beaucoup de viandes…

On avait envie de dormir après le déjeuner, à cause de la fatigue du décalage horaire et de la nourriture lourde. Bien qu’il ait été l’après-midi, on a décidé de rentrer à l’hôtel pour prendre la sieste. On a passé devant la Costanera, le plus haut gratte-ciel de l’Amérique du Sud avant d’y rentrer.

20180624_110518
Costanera.

Le lendemain, on a quitté Santiago après une nuit (et demi) pour aller à l’île de Pâques pendant deux nuits. Cependant, on aurait une nuit plus à Santiago après, et on avait un peu plus de temps pour y explorer. On s’est promené alors au Mercado Central, et on est revenue au même resto pour prendre le déjeuner (avec plus des Pisco Sours!). Avant d’arriver au Cerro San Cristóbal, on a passé devant la Chascona (aussi dit “le musée de Pablo Neruda”) qui est dédié au poète chilien éponyme. Trop bleue, trop avant-garde…et trop cool!

20180629_132939
La Chascona.

Heureusement, il faisait tellement beau quand on a pris le funiculaire au Cerro San Cristóbal. Les vues des Andes sur fond de Santiago étaient trop sublime, et ça me fait impressionnée. On a passé du temps au sommet avant de descendre, et on est revenue à l’hôtel pour se reposer, car on sortirait lendemain matin pour la prochaine destination.

20180629_141202
Les vues sublimes…
20180629_141917
Plus des vues…

La visite de Santiago était courte, avec une pause entre des nuits à l’île de Pâques. Mais en tout cas, j’ai trouvé la capitale chilienne sympa: il ne faisait pas trop chaud pendant la visite, et on a vu des panoramiques impressionantes de la nature et de la métropole. On a bien mangé avec la cuisine chilienne, et en général, c’était un bon début au reste de l’Amérique du Sud.

Plus des aventures à venir. À bientôt!

Trop de voyages…c’est possible?

Je ne vous ai pas écrit de mes voyages depuis l’été 2018 (bon, j’en ai écrit mes voyages d’octobre et de novembre de cette année, mais bref…), et du coup, j’ai beaucoup d’aventures à vous raconter durant les mois suivants. De mes vacances à l’Amérique du Sud et du Colorado aux voyages en Turquie et en Provence cet été, j’imagine que je serai occupée dans ce blog durant toute l’année 2020. Donc, préparez-vous!

Cependant, aujourd’hui je voudrais m’exprimer ce que je pensais depuis longtemps. Récemment, j’ai eu un sentiment particulier du voyage, un sentiment assez…négatif. Je ne sais pas pourquoi, mais les voyages ne me sont pas intéressée non plus, même pendant que je voyageais! Les choses (architecture, nourriture, nature) ne m’ont plus impressioné pendant mes voyages en Géorgie, en Turquie, en Espagne, etc… C’était un sentiment étrange, et j’ai eu du mal à comprendre pourquoi j’ai été comme ça.

Moi, j’étais passionnée du voyage depuis mon enfance et surtout pendant mes vingtaines. Mon expérience en France pendant quatre ans m’a beaucoup inspiré à voyager partout en Europe et que je l’ai fait exactement. Au début, j’ai été enthousiasme pour chaque aventure, et maintenant c’est moins. Maintenant, je me sens plus fatiguée, j’ai moins d’énérgie pour faire du tourisme, et je pense que je me suis épuisée (“burned out”) par le voyage.

Ce que je crois, c’est que la raison que je ne suis plus intéressée du voyage c’est que j’ai trop voyagé pendant les derniers mois de mon séjour en France (du mai au juillet). J’ai visité sept pays pendant ces trois mois (la Pologne, Lettonie, Latvie, Géorgie, Turquie, Espagne, France) et à la fin, j’ai été si fatiguée. Tous les architectures et les cultures ont semblé pareilles et je ne me suis pas sentie comblé (“fulfilled”) de mes dépenses pour aller à ces pays. C’était trop dommage, parce que je sais que chaque pays sont spéciaux, mais en ce temps-là, je ne les ai pas reconnu.

En même temps, le voyage m’a beaucoup manqué, surtout quand j’ai dû revenir aux USA en mi-juillet et quand j’ai quitté la France indéfinitivement. J’ai passé tristement le reste de l’été jusqu’au mois d’octobre, en rêvant du voyage encore un jour. J’ai été déprimée, car je n’ai plus eu d’aventures et j’ai dû être “vraie” adulte avec du travail et des devoirs quotidiens (factures, impôts, épargne…). C’était une période agitée: le voyage m’a manqué, mais le voyage ne m’est pas intéressé quand je voyageais…

Maintenant, je comprends. Après quelques mois turbulents, j’ai un nouveau boulot aux États-Unis, une vie chez moi à Los Angeles, et une vie différente du voyage. La passion du voyage reste dans mon coeur, mais au même moment, je sais que je dois avoir une pause pour voyager. Il faut que je travaille pour gagner de l’argent, et il faut donner la priorité à mon avenir avec l’épargne et la retraite. Il faut attendre jusqu’au temps que je suis “stable” avec mes finances et ma vie pour faire des aventures encore. C’est une cause à grandir et organiser ce que je voudrais faire pendant le reste de la vie. Les voyages et les aventures des voyages peuvent attendre, et quand je suis prête encore, je retrouverai la passion du voyage.

Merci de lire ce post, et on se verra bientôt. Ciao! 🙂

Destination: Reims, France

Située à la région de Champagne, la ville de Reims est connue pour le champagne, évidemment. C’était le seul truc que j’ai connu de Reims, mais en tout cas, la ville m’a intéressée et j’ai décidé de faire un “day trip” là-bas pendant mon séjour à Paris cet octobre. Donc, j’ai acheté des billets du train, et j’y suis allée pendant le dernier jour à Paris.

J’ai pris le TGV, et je suis arrivée à Reims après une heure du trajet. Il était toujours tôt pour la dégustation du champagne (bon, les maisons qui l’ont fait, elles n’étaient pas encore ouvertes!). Du coup, j’ai passé le matin à la cathédrale de Reims (connue pour son couronnement des rois à l’époque) avant de me diriger un peu plus loin du centre ville où des maisons de la dégustation y étaient.

20181102_135924
La cathédrale de Reims.
20181102_090906
L’intérieur de la cathédrale.
20181102_143241
L’Ange au Sourire de la cathédrale.

Une amie m’avait recommandé une maison du champagne spécifique pour la dégustation, et c’était GH Martel: pour 12 euros, on peut déguster trois types du champagne! Puisque le champagne coûte normalement cher, le prix de dégustation était un bon marché! Donc, je l’ai fait, et j’ai appris beaucoup plus du champagne pendant la visite (par exemple, la production, la propriété du champagne, etc.). Je me suis bien amusée, et il valait la peine pour payer 12 euros pour la dégustation!

20181102_100853
La dégustation.

Après, j’ai visité l’église Saint-Nicaise qui est située pas trop loin de GH Martel. C’est une petite église, mais l’intérieur était assez joli avec une nave d’orée et des peintures sur les murs. Je suis retournée au centre ville après où j’ai flâné sur la place Drouet d’Erlon et j’ai pris le déjeuner là-bas.

20181102_112135
La nave de l’église Saint-Nicaise.
20181102_112318
Les peintures à Saint-Nicaise.

J’ai passé l’après-midi au Palais du Tau, un palais de l’archevêque de Reims– aujourd’hui, c’est un musée des objets de la cathédrale. Pour moi, la visite est gratuite (car je suis résidente d’UE) et alors j’ai visité le palais librement. Franchement, l’exposition ne m’a pas intéressé trop, mais au moins j’ai visité un peu plus de Reims.

20181102_141030
L’intérieur du palais du Tau.
20181102_141127
L’intérieur du palais du Tau.

Enfin, j’ai décidé d’aller au café pour prendre un latte et pour attendre mon train à Paris. J’ai pris le train à 17:15 et je suis revenue à Paris au soir. C’était une longue journée, et même si je n’ai pas fait beaucoup à Reims, je l’ai trouvé assez sympa à voir.

…et c’est tout! Ces sont ce que j’ai fait pendant mes vacances de la Toussaint en octobre. Bien que je sois restée en France (c-à-d. domestique, et pas international), et bien que j’aie visité des villes que j’avais déjà visité, je me suis bien amusée quand même. J’ai découvert des nouvels endroits, j’ai rencontré des gens sympas, et j’ai mangé plein de cuisines diverses et délicieuses. C’est certain que j’étais plus decontractée quand je suis rentrée chez moi, et j’ai hâte de voyager encore bientôt!

Merci de lire mes posts des vacances– je recapitulerai plus quand je voyage la prochaine fois!

Destination: Château de Chenonceau, France

Pendant mon séjour à Paris, j’ai également passé des excursions de la journée (“day trips”) afin de découvrir un peu plus de la région pas trop loin de la capitale. Du coup, après la deuxième nuit à Paris, j’ai passé la journée au château de Chenonceau, un des plus connus châteaux à la vallée de la Loire.

En fait, château de Chenonceau (et des autres châteaux dans la vallée de la Loire) n’est pas exactement proche de Paris, environs deux heures par voiture vers le Centre. Il est possible de faire un “day trip” au château, mais il faut se révéiller très tôt et il faut revenir assez tard. Je l’ai déjà fait presqu’il y a deux ans quand j’ai visité plusieurs châteaux de la Loire (par exemple, château de Chambord, château de Cheverny, etc.), et alors je savais ce que je dois faire pour que je puisse maximise la visite à Chenonceau.

Je n’ai pas eu de voiture pour y aller, donc il fallait que je prenne du train. Moi, j’ai acheté des billets du train un peu trop tard (c-à-d quelques jours avant le départ), alors ils ont coûté très chers, 75 euros pour un aller-retour. C’était hors mon budget, mais je les ai acheté quand même: j’ai voulu visiter le château de Chenonceau, malgré le long trajet de Paris et le prix du train! Pas de regrets…

Donc, je me suis révéillée tôt et j’ai pris le métro à Montparnasse où j’ai pris le train à 7:30. Je suis descendue le train 75 minutes plus tard à Saint-Pierre-des-Corps, une petite ville près de Tours: j’ai attendu 45-50 minutes à la gare avant de prendre le prochain train à Chenonceaux, en y arrivant vers 12:30.

Il pleuvait quand je suis arrivée à Chenonceaux– en tout cas, je me suis dirigée vers le château, situé juste 3 minutes à pied. J’ai acheté un billet pour l’entrée et puis j’ai fait une promenade sur la longue route au château.

20181031_130500
L’entrée du château.

Le château de Chenonceau a une longue histoire, le plus tôt pendant le 11ème siècle. Il est connu comme le “château aux Dames,” car des noblesses Catherine de’Medici et Diane de Poitiers l’ont contrôlé pendant le 16ème siècle. À part de l’histoire, l’architecture du château est unique: la moitié du batîment est située sur la fleuve, un peu comme un aqueduc. C’est le deuxième château le plus visité en France (après le château de Versailles) et après ma visite, je le sais pourquoi!

20181031_125228
Château de Chenonceau.
20181031_130303
L’autre côté du château.

Malgré la pluie et le ciel gris, le château de Chenonceau reste joli: j’ai pris quelques photos de son extérieur avant d’y entrer. Par rapport au château de Chambord, il y avait plus des choses à voir dedans: il y avait des chambres luxes (de’Medici et de Poitiers), ainsi qu’il y avait des jolies galeries sur lesquelles j’ai flâné pendant la visite. J’ai passé un peu de temps dans le château, afin de voir aussi beaucoup que possible.

20181031_130747
Les tapis.
20181031_131216
La galerie.
20181031_132443
La chambre royale.

Enfin, j’ai quitté le château. Ayant faim, j’ai décidé de faire une petite pause avec du gâteau et du thé (bon, du vin chaud) au salon du thé du château. Ils ont coûté extrêmement chers, mais au moins je pouvais éviter la pluie dehors!

J’ai visité des jardins du château (et aussi la labyrinthe) avant de retourner à la gare Chenonceaux pour prendre le train à 16:15 afin de revenir à Paris. Comme j’ai fait pendant le matin, j’ai eu ma correspondance à Saint-Pierre-des-Corps avant de revenir à Montparnasse au soir. J’étais fatiguée, car j’ai beaucoup voyagé ce jour-là, mais je suis contente d’avoir visité un autre joli château (surtout celui connu) en France.

Le dernier post de mes voyages cet octobre va venir bientôt!

Destination: Paris, France (Édition octobre 2018)

Salut!

Après un weekend à Lyon pendant les vacances de la Toussaint, je suis allée à Paris où j’ai passé cinq nuits. Même si j’avais déjà y visité milles fois, il y a toujours des choses à faire au centre ville. En gros, j’ai beaucoup mangé, j’ai rencontré des gens sympas, et j’ai découvert des nouvels endroits.

Voici quelques photos de mon séjour à Paris!

20181029_191231
Pendant la nuit.
20181029_193256
Lu rou fan (滷肉饭), un plat taïwanais.
20181030_104357
Au quartier Mouzaïa.
20181030_143155
Exposition temporaire à l’Atelier des Lumières.
20181030_194923
Yassa au poulet, un plat sénégalais.
20181031_220403
La nuit de Halloween.
20181101_122915
Les nouilles dan-dan, un plat de Sichuan.
20181101_131401
Passage Choiseul.
20181101_134130
La vue de Printemps Haussmann.
20181101_142628
La Grande Arche.
20181102_191248
Bibimbap, un plat coréen.
20181103_113553
L’intérieur du Train Bleu à la gare de Lyon.