Ce qui ne va pas manquer en France…

Bonjour, tout le monde!

Il y a plusieurs semaines, j’ai écrit un post dans lequel j’ai raconté des choses qui va me manquer en France (c’est ici). Les vins qui coûtent pas chers, les vacances chaque six semaines, les opportunités pour parler français…tous ce que j’aime et tous ce que j’ai hâte d’avoir encore une fois dès que je reviendrai en France très bientôt…

D’un autre côté, il y a aussi des choses françaises qui ne me manque pas du tout. Quoique j’y habitais depuis presque deux ans, je continue à ne pas accepter plusieurs choses sur le sujet de la culture, la mentalité, et la vie quotidienne en France. Il est possible que je sois assez ronchonne (“grumpy,” comme les français!), parce que je ne suis pas française et je vis la vie française de la perspective d’une étrangère. Par contre, je connais plusieurs français qui m’ont dit qu’ils n’aiment pas le système en France (par ex. la bureaucratie) et alors je comprends un peu plus pourquoi ils sont ronchons!

Bref, je vous présente une liste des choses qui ne manque pas en France. Si vous êtes d’accord, écrivez-moi les trucs qui ne vous manquent pas du tout…je voudrais bien les lire. C’est parti!

Ce qui ne va pas manquer en France…

1. La cigarette. Ah, la cigarette…et le fait que presque tous les français fument partout: au café, au parc, même à l’école…moi, je ne suis pas fumeuse du coup ça m’énerve quand je sens la fumée. Pour fumer, c’est dégoutant, c’est malsain, et c’est mauvais pour les autres gens qui peut avoir le cancer. Je n’ai fumé aucune cigarette (ni cigares,  ni e-cigarettes), parce que mon grand-père est mort du cancer de poumon (il fumait pendant 40 ans) et ma mère qui a grandi avec lui sentait la fumée et a eu aussi le cancer de poumon. Donc, voilà…je ne comprends pas pourquoi les gens continuent à fumer, même avec le danger de la mort.

2. Le temps. Bon, puisque je ne habitais qu’au nord de la France (Paris, la Normandie…) depuis 2 ans, je justifie mon aversion aux temps chiants- j’imagine que les villes plus nords– Lille, Calais, Amiens– sont plus froids et pluvieuses, et pour moi qui vient de Los Angeles (pas du tout froid), c’est intolérable surtout pendant l’hiver. Le sud de la France est mieux, mais aussi il fait assez froid; j’y ai visité en février et en mars et le temps fait toujours venteux et froid. Le temps est aussi imprévisible, alors il faut toujours apporter une parapluie avant de sortir, même s’il fait beau. C’est pénible, et je sais que je suis gâtée avec le temps de Los Angeles, mais s’il vous plaît, j’ai besoin d’un peu de soleil de temps en temps!

3. La crotte de chien. …partout. Ce qui me fait chier, c’est le fait que les gens ne ramassent pas de crotte de leurs chiens! POURQUOI?!! Ce n’est pas difficile à prendre 10 secondes et la ramasser. Si quelqu’un l’a fait aux États-Unis, les américains vont être si fâchés surtout si la crotte est sur leurs pelouses! Pour moi, c’est tellement dégueulasse et il faut faire attention pendant qu’on se balade sur la rue: on ne veut pas marcher sur la crotte par accident! Oh là là, c’est le pire…

4. Le racisme. Pour moi en tant qu’une américaine d’origine taïwanaise, c’est vrai que j’ai un visage asiatique. J’ai plutôt un visage qui ne appartient pas dans la société française. Carrément, ce qui me frustré, ce n’est pas juste les commentaires racistes, mais aussi le fait que les français ne savent pas qu’ils ont dit quelque chose raciste. Bien que les grandes villes en France (Paris, Lyon) soient assez diverses, les autres villes du pays restent assez homogènes, sans beaucoup de contacts avec les personnes différentes qu’eux. C’est vrai que le racisme ne se passe pas tout le temps, mais c’est pourquoi je ne peut pas m’imaginer en France pendant longtemps, même pour le reste de ma vie.

5. L’entêtement. Un peu abstrait, mais je décris la mentalité des français. Ce n’est pas tous les gens, mais une majorité que je rencontrais: dans l’administration, les restaurants, les conversations…les français aiment parler, ou plutôt râler, et aussi ils adorent bavarder! Moi, je déteste le bavardage et je crois qu’il crée des malentendus qui sont frustrants. Pour avoir une conversation avec les français, c’est stimulante (que j’aime), mais aussi parfois difficile et fatiguante.

*bonus* Les horaires limitées. Ce qui ne me comprend pas, c’est les horaires limitées surtout le fait que les supermarchés sont fermés à 19h00! Il y a plusieurs gens qui terminent leurs travails à cette heure, du coup il est impossible de faire les courses après une long journée. Mais les restaurants qui ferment à 21h00. Bon, je n’attends pas de magasins “24/7,” mais au moins ceux qui restent jusqu’à 22h00.

…et voilà! Malgré les inconvénients en France, j’aime toujours le pays et je vais y revenir bientôt.

Destination: Fès, Maroc

Salut!

Enfin, c’est mon dernier post de mes aventures au Maroc pendant le début du mai. J’y ai passé trois nuits, ainsi que j’ai fait une excursion de la journée à Chefchaouen. Bien que j’aie eu moins du temps qu’à Marrakech, ça suffit pour explorer tous les quartiers dans sa propre médina.

Après la dernière nuit à Marrakech, mon amie et moi avons pris le train à Fès. Le trajet a duré sept ou heures (le Maroc est plus grand qu’on imagine!), mais nous avons acheté des billets de première classe pour 311 dirham ou 31 euros, ce qui n’est pas mal du tout! Et aussi, nous avons eu des sièges assez spacieuses et du climatiseur. Nous voulions être à l’aise pendant le trajet, surtout il était long, du coup nous avons passé du temps agréablement, et nous sommes arrivées à Fès vers 19h00.

En prenant d’un “petit taxi” à l’auberge, nous nous sommes enregistrées et nous sommes bien installées dans notre chambre. Par rapport à l’auberge de Marrakech, nous avons préféré celle de Fès: elle était plus propre et il y avait une salle de bain dans la chambre, du coup on ne doit pas sortir afin de prendre la douche. Aussi, il y avait la clim ce que j’ai bien aimé, parce qu’il fait toujours chaud à Fès.

Par contre, Fès est moins chaud que Marrakech: la ville est située plus norde, et alors il y a plus du vent. Bien que nous soyons venues d’y arriver ce premier jour-là, mon amie et moi avons aimé Fès…toute de suite!

Nous n’avons pas fait beaucoup ce premier jour, parce que nous sommes arrivées pendant le soir. Du coup, nous sommes sorties un peu vers la porte Bleue où il y avait plein de restaurants et de cafés où nous avons pris le dîner. J’ai commandé une tagine d’agneau, et j’ai partagé une “pastilla” (une patisserie de viande et de sucre. Très bizarre, mais assez bien!). Bien mangé, nous sommes revenues à l’auberge où nous nous sommes reposées pendant le reste de la nuit.

Tagine d’agneau.
Pastilla.

Le lendemain, nous avons commencé notre visite de Fès. Après le petit déjeuner à l’auberge, nous y sommes sorties vers la porte Bleue encore, et puis nous sommes entrées la médina. Similaire à celle de Marrakech, la médina de Fès est aussi étroites et chaotique; j’ai aussi entendu qu’elle est plus déroutante, pour être perdue plus facilement. Grâce au guide touristique de mon amie, dans lequel il y avait une carte de la médina, nous n’étions pas perdues même c’était moins une (“close calls”) parfois. Chaque fois que nous avons tourné un coin et nous n’avons pas reconnu la rue, nous sommes retournées à la place que nous avons connu.

La porte Bleue.
Souk des tapis.

Au début, nous sommes allées à la madrasa Bou Inania. Comme la madrasa Ben Youssef à Marrakech, celle de Bon Inania est très connue aussi et comme d’habitude il faut payer 20 dirham (2 euros) pour l’entrée. Bien que l’intérieure soit assez jolie avec des arcs et des motifs complexes, on ne peut pas accéder des balcons en haut. Alors, la visite a été un peu décevante.

Dans la madrasa Bou Inania.
Les arcs.

Ensuite, nous avons continué à flâner sur les rues de la médina. Nous avons visité une autre madrasa, l’Al-Attarine: elle était sympa aussi, mais après ça, nous avons conclus notre visite des madrasas…pointe. À ce point, toutes les madrasas semblent la même, et nous ne voulions pas payer plus pour la même chose.

Nous avons décidé de visiter des tanneries (plutôt, nous voulions les voir sur une terrace). Quoiqu’elles puent, elles sont assez jolies et sur la terrace que nous avons trouvé, on peut aussi voir la vue des montagnes et la ville de Fès. Il y avait un homme qui a essayé de demander de l’argent pour son “service,” mais mon amie et moi avons quitté la terrace rapidement.

Les tanneries.

Il était midi où nous avons choisi à revenir à l’auberge afin de nous réposer un peu, avant de ressortir cet après-midi vers le quartier El Jdid, près du quartier juïf (“le Mellah”). Ce quartier est plus tranquil et pendant que nous nous sommes promenées dans les souks, aucune personne nous a harcelé ce qui était rafraîchissant. Nous avons fait une petite promenade aux jardins Jnan Sbil (si joli…je l’adore!) avant de marcher au Palais Royale, avec les portes d’or. J’ai eu envie de voir ces portes et même si elles sont un peu loin du centre ville, elles ont valu la peine.

Jardins Jnan Sbil.
Palais Royale.

Nous sommes revenues aux jardins Jnan Sbil où nous nous sommes reposées sous les arbres afin d’échapper la chaleur. À 18h00, nous sommes rentrées à l’auberge où nous avons rencontré une autre voyageuse dans notre chambre qui est venue d’y arriver il y a quelques minutes. Nous sommes devenues amies et sommes sorties ensemble pour prendre le dîner ce soir. Je voulais goûter des plats dans un café modern, du coup nous sommes y allées. Après m’être assise sur la terrace, j’ai commandé un milkshake de date et un burger de chameau(!). Oui, je sais…c’est si étrange pour manger du chameau surtout j’avais fait du chameau il y a plusieurs jours avant. Mais j’ai eu envie du goûter et en fait, il goûtait assez bien! C’est comme le boeuf, mais plus épicé…Avec mon amie et la voyageuse, nous avons passé du temps agréablement et avons vu la tour de Bou Inania qui était éclairée quand il faisait nuit. Pas mal, la vue!

Burger de chameau et milkshake de date.
Bou Inania pendant le soir.

Finalement, nous sommes revenues à l’auberge où nous sommes restées pendant la nuit. Nous nous sommes réveillées tôt lendemain, afin d’aller à Chefchaouen- après nous sommes revenues à Fès ce soir, nous avons pris le dîner et c’est tout.

Lendemain, c’était la dernière journée à Fès: mon amie et moi avons passé du temps tranquillement, en flânant dans les souks où nous avons acheté des souvenirs à la dernière minute. Moi, j’ai acheté une boîte des dates pour mon ami à Paris, avec qui je resterais après j’y suis revenue, ainsi que j’ai acheté une paire des chaussons qui ne coûtait que 25 dirham (2,50 euros!). Ils sont jolis et un très bon prix!

Très jolis, non?

À 12h15, nous avons pris un taxi à l’aéroport. Notre vol a décollé vers 14h30 et nous sommes arrivées à Beauvais vers 17h00. Nous avons pris la navette à Paris centre, en y arrivant vers 18h30. Nous avons pris le métro ensemble, mais juste une période courte, car j’y suis descendue avant mon amie. Je suis arrivée à l’appart de mon ami après 21h00, fatiguée mais contente de me réposer après une journée du voyage.

…et voilà! Une semaine folle et fatiguante au Maroc, mais très bien quand même. C’était ma première fois en Afrique et je pense que ce pays est parfait afin de faire la connaissance du continent. Bien que la culture “macho” existe évidemment, on l’ignore et on se concentre sur la beauté de la médina, des madrasas, de la nature…Le Maroc m’a plaît et je vous le recommande si vous n’avez pas encore visité dans vos vies.

Merci d’avoir lu mes posts sur le Maroc. Je vous promis plus des posts du voyage à venir plus tard. À bientôt!

Destination: Chefchaouen, Maroc

Bonjour, tout le monde!

En continuant avec mes histoires de mon séjour au Maroc, je vous raconte mon excursion de la journée (“day trip”) à Chefchaouen, une petite ville située au nord-ouest du pays dans les montagnes Rif et qui est connue pour sa médina toute en bleue. J’ai fait la visite de Fès (laquelle je vais raconter dans un autre post) et bien que le trajet ait duré quatre heures pour un aller-simple, il a valu la peine et j’ai barré la visite à Chefchaouen de ma “bucket list” après, ce qui m’a fait heureuse.

Mon amie et moi, nous sommes allées à Chefchaouen pendant le deuxième jour à Fès. Pour y aller, on peut soit prendre un bus public qui coûte 100 dirhams (10 euros) au total soit prendre un minivan privé de 1600 dirhams (160 euros), mais divisé par six personnes maximum. Au début, nous avons choisi le bus, parce qu’il coûte moins cher, mais malheureusement, nous avons trouvé que les billets pour ce jour-là étaient tous vendus- c’est vrai que Chefchaouen est une destination hyper populaire au Maroc!

Bien que nous ne puissions pas prendre le bus, nous voulions aller à Chefchaouen quand même, du coup nous avons décidé de payer le minivan privé de notre auberge. Plutôt cher, surtout nous les deux, mais nous ne voulions pas perdre cette opportunité pour aller à Chefchaouen pendant que nous voyagions au Maroc. Puisque le minivan a eu six places maximum, il était nécessaire de trouver les autres gens qui voulaient y aller avec nous: il y avait une femme qui est arrivée à Fès ce soir-là qui y ira, et nous avons trouvé une autre femme qui est arrivée à l’après-midi qui avait envie d’y aller, du coup on était déjà quatre personnes pour partager le prix du minivan. Cependant, nous avons découvert deux autre femmes le lendemain matin, avant que nous partions, qui nous ont rejoint, alors on était six personnes- parfait! À la fin, nous n’avons pas payé trop afin d’aller à Chefchaouen et j’ai été contente.

Bon, nous sommes parties à 7h30 et nous avons passé le matin en voyage à Chefchaouen sur l’autoroute. Notre conducteur a conduit rapidement et je pense que notre décision pour faire le minivan privé à la place du bus était un bon choix, parce que le bus (si nous pouvions le prendre) serait plus lente et avec les horaires pas agréable pour aller et le retour. En tout cas, mon amie et moi sommes devenues amies avec les autres passagers- toutes filles–et nous nous sommes parlées pendant le trajet.

Après une petite pause, nous sommes arrivées à Chefchaouen vers midi. Voici une photo de la ville de loin avant d’aller au centre-ville.

Chefchaouen et les montagnes Rif.

Malgré la faim, nous (tous les six filles) avons décidé ensemble de faire un shoot (“photo shoot”) avec les murs bleus. Carrément, la ville est trop jolie: ce n’est pas juste les murs qui sont bleus, mais aussi les escaliers, les batîments, les passages…Chaque coin est plus joli que le dernier, et je ne pouvais pas résister à prendre millions des photos de Chefchaouen.

Enfin après nous avons fait du shoot, nous sommes allées au restaurant pour prendre le déjeuner. Pour 95 dirhams (9,50 euros), on peut commander un repas de trois plats–entrée, plat principal, et dessert. Moi, j’ai goûté de la soupe marocaine (un peu épicée, pas mal), du couscous du poulet, et du gâteau du citron (qui a eu un goût assez similaire à un “lemon bar,” lequel j’aime aussi). J’ai si bouffé après, et je n’ai pas mangé beaucoup ce soir après être revenue à Fès. Mais un repas très bien quand même!

Les deux filles qui sont allées avec nous à Chefchaouen sont parties plus tôt, parce qu’elles prendraient un bus à Tangiers afin de prendre un ferry en Espagne, alors nous leurs avons dit “au revoir” après le déjeuner. Pour le reste des gens, nous avons continué à flâner dans la médina de Chefchaouen, en prenant plus des photos et en continuant à être fascinées par la beauté de la ville.

Une autre fille dans notre groupe est partie après, car elle resterait dans un auberge à Chefchaouen pendant la nuit. Donc, les trois qui restait, nous avons pris le minivan privé à 16h00, afin de revenir à Fès pour la journée. Nous sommes y arrivées vers 20h00 et après nous avons pris un dîner léger, nous sommes revenues à l’auberge pendant le reste de la nuit.

En général, je suis contente d’être allée à Chefchaouen. Puisque la ville avait été sur ma “bucket list” depuis longtemps, c’était bien que j’aie eu de la chance pour y visiter, même si le trajet était si long. Maintenant, je sais pourquoi Chefchaouen est considéré “le perle bleu” du Maroc!

Plus des posts à venir. Le prochain: Fès, Maroc!

Destination: le désert du Sahara, Maroc

Bonjour!

Pendant que je restais à Marrakech, j’ai aussi fait une visite guidée au désert du Sahara où j’ai passé une nuit avant de revenir à la capitale marocaine. En fait, j’avais réservé une affaire qui m’a permis de rester deux nuits à l’auberge et puis passer la troisième nuit au Sahara. Ça coûte 75 euros- pas mal!

Donc, après deux nuits à Marrakech, je me suis réveillée très tôt du matin (6h00) et après le petit déjeuner, je suis sortie l’auberge, en prenant d’un autocar touristique vers 8h00 avec 12 autres passagers qui viennent partout du monde (Espagne, Japon, France, Italie, Colombie, même Lettonie!). Nous passerions les deux jours, une nuit ensemble, ainsi que nous découvrions le paysage du Maroc.

Si vous ne savez pas, le Maroc est plus grand qu’on imagine: bien que le pays semble assez petit sur la carte du monde, c’est en fait énorme! Du coup, afin d’arriver au Sahara de Marrakech, il faut conduire pendant toute la journée (6-7 heures) et ça c’est beaucoup. Cependent, le conducteur a fait des arrêts de temps en temps afin d’aller aux toilettes, acheter des souvenirs, et prendre des photos du paysage. Alors, nous avons passé presque 11 heures en transit!

Nous avons fait un ou deux arrêt(s) pendant le matin aux panoramas du paysage marocain où nous avons pris des photos. Ce qui m’a surpris, c’est le fait que le Maroc est plus vert que j’ai imaginé- je me suis dite que le pays est juste désert, mais ce n’est pas le cas, pas du tout! Avec les montagnes herbeuses et les lacs profonds, le Maroc est comme un paradis, en fait!

Panorama #1.
Panorama #2.

Vers midi, l’autocar touristique s’est arrêté à Aït Benhaddou, un village qui est connu pour sa médina qui s’utilisait pour les films connus, par exemple Gladiator, ainsi que les series comme Le Trône de Fer (Game of Thrones). En voyant de la médina, on imagine qu’on est sur une autre planète!

À Aït Benhaddou.

Nous avons pris une visite guidée dans la médina- puisqu’il était midi, il faisait vachement chaud, surtout dans le désert! Après, nous avons pris le déjeuner avant de continuer notre voyage au désert du Sahara. Enfin, nous y sommes arrivés au crépuscule (19h00). L’autocar s’est arrêté au milieu de l’autoroute où nous avons préparé à faire du chameau (“camel ride”) pendant le coucher du soleil. J’ai attaché mon écharpe à la tête, suis montée le chameau et puis je suis partie afin de faire du chameau vers le terrain de camping où nous passerions la nuit. La randonnée a duré une heure et je l’ai bien aimé, même si elle n’était pas très stable et j’ai eu du mal à prendre des photos du coucher du soleil. En tout cas, c’était une expérience incroyable, et je l’ai trouvé assez réposante!

Faire du chameau.
Le coucher du soleil.

Une heure plus tard, nous sommes arrivés au terrain de camping où nous nous sommes installés pendant la nuit. J’ai partagé une cabane avec trois autres passagers qui viennent de la Russie (très sympas). Dès que nous nous sommes bien installés dans nos chambres, nous avons pris un apéro avec les moniteurs (“camp leaders”). Il n’y avait pas d’alcool, mais à la place il y avait du thé menthe marocain. J’adore ce thé avec du sucre, et en fait, je l’ai bu presque tous les jours au Maroc, parce qu’il est trop délicieux! Après l’apéro, nous avons pris un dîner avec de la soupe, du poulet et des légumes, et du melon d’Espagne (“honeydew”). Tous les plats étaient bons, mais j’ai surtout aimé le melon d’Espagne, parce qu’il était sucré et tendre- c’est parfait!

Malheureusement, le terrain de camping n’a pas eu d’eau courante (“running water”), alors je ne pouvais pas prendre une douche. Alors, j’ai utilisé ma *grande* bouteille d’eau pour me brosser les dents et me lever le visage et puis je suis allée aux lit. Je n’ai pas bien dormi, mais en tout cas nous nous sommes réveillés très tôt du matin (6h30) afin de faire du chameau encore une fois à l’aube. Après un petit déjeuner rapide, nous sommes montés nos chameaux et sommes allés à l’autoroute où nous avons pris l’autocar à Marrakech.

Faire du cheval à l’aube.

Comme le premier jour, nous avons passé presque toute la journée en transit. Parfois, nous avons arrêté aux panoramas où nous avons pris des photos. Des canyons aux montagnes vertes, j’étais impressionnée par la diversité du paysage marocain. Nous avons aussi fait une petite pause à Ouarzazate, une ville qui est aussi une site des films, par exemple Lawrence d’Arabie et la Momie. Il y avait un musée du cinéma, et bien que nous n’y sommes pas entrés, il était intéressant de voir la site où beaucoup de films s’est tournés.

Panorama #3.
À Ouarzazate.
Panorama #4.

Après un ou deux arrêt(s) plus, nous sommes revenus à Marrakesh vers 18h00 (enfin!). Le conducteur nous a déposé à Jemaa el-Fnaa, et puis je suis revenue à l’auberge dans laquelle j’ai passé le reste de la journée. J’ai été fatiguée, mais aussi contente d’avoir visité le désert du Sahara et ai fait du chameau- les trucs sur ma “bucket list,” bien sûr!

Dès que je suis revenue à l’auberge, j’ai passé encore deux nuits à Marrakech, avec mon amie qui est arrivée le jour où je suis revenue à Marrakech. Nous voyagerions ensemble pendant le reste du temps au Maroc, et franchement, ça m’a fait plus à l’aise.

Plus des posts à suivre…à bientôt!

Destination: Marrakech, Maroc

Salut!

Comme je vous ai mentionné dans un post précédent, j’ai passé une semaine au Maroc après mon contrat en tant qu’une assistante de langue a terminé à la fin d’avril. Du coup, il a fallu que je rentre aux États-Unis, parce que mon visa ne me permet pas à rester en France après.

Par contre, puisque mon visa ne terminerait pas avant la fin de mai, j’ai eu un peu de temps pour voyager plus avant je rentre chez moi. Donc, j’ai décidé de voyager au pays auquel je n’avais jamais visité: le Maroc! Ce voyage serait ma première fois au Maroc, même en Afrique! J’avais reservé tout en décembre avec une amie pendant que les billets de l’avion et des auberges n’ont pas coûté chers; au total, j’ai payé un aller-retour de 70 euros- pas mal!

J’ai eu trop hâte de voyager au Maroc, après avoir vu des jolies photos du pays en ligne de mes amis qui y ont déjà visité. Par rapport aux pays européens, le Maroc a l’air très différent, une culture exotique et j’ai eu envie de la découvrir.

Enfin, le mois de mai arrive et j’ai fait ma valise afin de déménager de mon logement en Normandie. Je suis allée à Paris où je l’ai déposé chez un ami (je retournerai à Paris après les vacances au Maroc pour prendre le vol chez moi) et puis a pris un BlaBlaCar à l’aéroport Beauvais. Mon vol à Marrakesh a décollé vers 21h30 et trois heures plus tard, j’y suis arrivée vers minuit (le Maroc est une heure avant la France). Après la douane, je suis sortie l’aéroport et ai pris le taxi duquel j’avais déjà organisé avec mon auberge, puisque j’arriverai très tard pendant la nuit. Je suis arrivée à mon auberge où je me suis enregistrée, me suis installée à mon lit, et suis allée au lit sans la douche (il était déjà 2h00 et j’ai été vachement fatiguée). Je n’ai pas bien dormi, parce qu’il faisait si chaud dans ma chambre et j’ai eu mal à l’aise dedans.

Je me suis réveillée 6h00, et après j’ai pris le petit déjeuner de l’auberge, j’ai organisé ce que je voulais visiter à Marrakesh ce jour-là et à 9h30 je suis sortie afin de découvrir la capitale du Maroc.

Si j’ai un mot pour décrire l’atmosphère de Marrakesh (le Maroc, en général), ça serait “le chaos.” Dès que je suis sortie mon auberge, il a fallu que je fasse attention, car il y avait des voitures, des motos, des vélos, et des pietons partout sur la rue: tout le monde l’a partagé et si on n’est pas attentif, on risque la mort- carrément! C’est stressant, surtout au début de ma première journée à Marrakesh!

En tout cas, je suis allée à Jemaa el-Fnaa, la grande place où tout le monde se rassemble pour faire du shopping, manger au restos, et découvrir l’atmosphère de la ville. Il y a aussi des souks qui sont des petits magasins qui spécialisent en choses spécifiques, par exemple les lanternes, les sacs, les chaussons, etc. Même si on n’aime pas faire du shopping, on peut encore se balader dans les souks et peut regarder leur beauté- c’est vrai que les souks sont assez jolis!

Avant que j’aie visité des souks, je suis allée la mosquée Koutoubia, la plus grande à Marrakesh. En fait, les autres batîments ne peuvent pas être construits plus haut que cette mosquée, à cause de la respecter. Les marocains sont très réligieux et si on n’est pas musulman, on ne peut pas entrer la mosquée. Moi, je ne suis pas musulmane, du coup je ne suis aucune entrée, mais pour avoir pris des photos de l’extérieur, ça suffit.

La mosquée Koutoubia des jardins.

Je suis revenue à Jemaa el-Fnaa et puis j’ai visité des souks. Il y a tellement allées sineuses ce qui faire perdu, et j’admets que je me suis perdue. Par contre, j’ai vu un souk extraordinaire des lanternes qui brillent, ainsi que j’ai marchandé une écharpe de 200 dirhams (20 euros) à 150 dirhams (15 euros). Au Maroc, c’est normal qu’on marchande aux souks, parce que les vendeurs fait vendre trop cher des articles. Je déteste marchander, mais il faut le faire: heureusement, j’ai marchandé pas trop mauvaise!

Le souk des lanternes.

Comme j’ai écrit, je me suis perdue dans les souks et dès que j’y suis sortie, je n’ai aucune idée où suis-je. Si j’étais au pays européens, j’utiliserait Google Maps, mais au Maroc, il n’est pas du tout utile. Du coup, j’ai flâné sans direction, afin de retourner à Jemaa el-Fnaa, mais pas de succès. En fait, il y avait quelques hommes qui ont essayé de “m’aider,” mais je leur ai refusé, parce que je savais qu’ils sont “faux guides” ou des arnaqueurs (“con artists”) qui demanderait de l’argent.

Par contre, un homme m’est approché et m’a demandé si j’ai eu besoin des directions à Jemaa el-Fnaa. Bien que je sache qu’il était peut-être un faux guide, j’ai accepté son invitation pour me guider à la place. C’est stupide que j’ai fait ça, je sais, mais en ce moment, j’ai été complètement perdue, après avoir flâné pendant deux heures sous le soleil chaud et franchement, j’étais désespérée: si j’ai du lui payer pour son service, je le ferait.

Je n’écris pas ce qui s’est passée après en détaille, mais en gros, l’homme a volé mon sac et mon portable: c’était une agression physique, mais à la fin, j’étais chanceuse d’avoir retrouvé toutes mes choses. La police a eu affaire avec cet événement, et même si j’ai été traumatisée, tout va bien après. Il est probable que je partage l’histoire dans un autre post, parce qu’elle est peut-être l’histoire la plus folle que j’ai eu pendant mes voyages. Oy vey…

Bref, après cet événement, j’ai décidé de revenir à l’auberge. J’ai pris un taxi à Jemaa el-Fnaa et ai marché à l’auberge. J’ai pris le dîner au café très proche de l’auberge ce soir (je n’ai pas eu envie de sortir trop loin après) et ai rencontré des chatons pendant que je mangeais. Trop mignons et ils m’ont détournés de l’événement plus tôt.

Les chatons!

Le lendemain, j’ai pris une excursion au désert Sahara pendant une nuit (ce que je vais écrire un post plus tard) et puis je suis revenue à Marrakesh où je suis restée deux nuits plus avec mon amie qui y est arrivée la journée où je suis revenue. Nous avons passé une journée d’explorer la ville, et nous avons visité des monuments qui je n’ai pas visité pendant mon premier jour.

Nous avons flâné autour de Jemaa el-Fnaa, de la mosquée Koutoubia, et des souks avant que nous ayons visité la madrasa Ben Youssef, une école d’Islam qui a une jolie cour. L’architecture est géométrique et élégante, et malgré les touristes qui ont débordé l’intérieur, la madrasa nous a plu.

Dans la madrasa Ben Youssef.

Ensuite, nous somme allées aux jardins Menara, située ouest du centre ville. La marche a duré 40 minutes sous le soleil chaud (nous avons pris des coups de soleil!) et enfin nous sommes y arrivées où nous avons vu des montagnes Atlas au fond d’un pavillon. Une vue connue, nous avons pris quelques photos avant d’échapper la chaleur avec des glaces d’un stand dans les jardins.

Aux jardins Menara (avec les montagnes Atlas).

Nous sommes retournées au centre ville et avons visité le palais Bahia, construit pendant le 19ème siècle et qui nous a frappé avec son architecture magnifique: chaque cour est colorée et les jardins sont luxuriants et verts. Franchement, j’aime la palais plus que la madrasa, et je suis contente d’avoir terminé la journée avec cette visite.

Mon amie et moi sommes revenues à l’auberge afin de nous réposer un peu avant de ressortir ce soir pour prendre le dîner. Nous avons choisi un café à Jemaa el-Fnaa et a mangé nos plats pendant que le coucher du soleil arrive. J’ai aussi commandé du thé menthe marocain qui est trop bon!

Le thé menthe marocain!

La nuit arrive et nous avons décidé de faire un tour de la place afin de voir s’il y aurait des choses intéressantes à voir. L’atmosphère était vivante, avec des hommes qui ont continué à vendre des souvenirs, des femmes qui ont fait des tatouages hennas, et la musique partout. C’était trop débordant pour nous, du coup nous avons choisi à revenir à l’auberge. Nous sortirions le lendemain matin pour prendre le train à la prochaine destination au Maroc, alors nous avons eu besoin de repos. Nous avons quitté l’auberge à 9h30 lendemain matin et avons pris un taxi à la gare où nous avons pris le train à 10h30 pour notre prochaine destination.

En gros, je trouve Marrakesh trop intense, avec l’atmosphère et les gens (surtout les hommes marocains). L’événement avec le voleur m’a aussi traumatisé, mais malgré les difficultés, la ville est jolie et j’ai bien aimé visiter le palais Bahia et des autres endroits au centre ville.

Plus des posts du Maroc à venir. À bientôt!