UPDATE: Un an après j’ai quitté la France…

France - Thinking beyond borders - KPMG Global
Source: KPMG International.

Salut,

Ça faisait précisement un an que je n’habite plus en France. Après quatre ans à l’étranger, j’ai fait ma valise, je suis montée à bord de l’avion, et je suis revenue à mon pays d’origine– les États-Unis. Normalement, je partirais la France chaque été pour rendre visite à ma famille avant de revenir en France en août ou septembre pour recommencer mon travail, mais cette fois, je l’ai quitté définitivement– au moins, j’ai été pas certaine quand je puisse y revenir et du coup, je reste à Los Angeles depuis un an.

Alors, qu’est-ce qui s’est passe pendant cet an aux USA? Beaucoup de choses. Honnêtement, cette année avait été dûre: à la carrière, aux relations intimes, à la santé mentale…Il y avait des mauvaises choses qui se sont passées dans ma vie– ma mère est décédée en décembre, j’étais viré à mon travail en mars (à cause du COVID-19), et il y avait des rencontres avec quelques gens malpropres qui m’ont affecté la perspective de l’humanité. En gros, j’ai passé beaucoup de temps en colère, frustrée, et cynique, et je me suis sentie impuissante au monde.

C’est vrai que j’ai vécu beaucoup de tragédie cette année. Et c’est vrai que j’étais fâchée. Mais aussi, j’ai réalisé que je suis forte. Que j’ai vécu des mauvais événements, mais je reste toujours là. J’ai réalisé ce sentiment trois mois après je suis revenue chez moi: peu à peu, j’ai appris l’acceptation de moi-même et que je dois continuer à vivre ma vie. Je dois continuer à essayer de postuler aux postes du travail, à soutenir la famille et des ami.es, et en général, à être heureuse. Bien que la vie ne soit pas parfaite maintenant, je suis chanceuse que je suis en bonne santé, j’ai une famille et des ami.es qui m’aiment, et je suis plutôt aisée et en sécuritée.

La vie pourrait mieux, mais il est important de reconnaître ce qu’on a déjà. La situation pourrait pire, et il est certain qu’elle améliorera un jour. Je pratique la rémission chaque jour, et avec le temps, je deviens plus heureuse.

Oui, la France me manque. Et je ne suis pas contente que je ne puisse pas y revenir bientôt. Mais il faut que je reste en bonne santé, surtout pendant COVID-19, ainsi qu’il faut trouver un travail stable. Et je sais que je peux y revenir n’importe quand à l’avenir, après le virus et après j’obtiens un boulot. Pour l’instant, je reste aux États-Unis où je continue à naviguer la vie comme adulte– une vraie adulte– et réussir à la fin.

Merci d’avoir lu mon post, et je vous souhaite une belle journée! ❤

Le 14 juillet 2020

La Fête Nationale Française - Paris - Tour Eiffel - 14 Juillet ...
Source: Gfycat.

Bonne fête nationale!

Aujourd’hui, c’est le 14 juillet. En France, on célèbre le jour de l’indépendance, plus de 200 ans après la révolution française. Carrément, c’est un jour spécial pour le pays car la révolution symbolise l’esprit de la culture française: “liberté, égalité, fraternité.”

Je ne suis pas française, mais j’ai habité en France pendant quatre ans. Il est vrai que j’ai des sentiments contradictoires du pays en tant qu’une étrangère, mais en tout cas, je connais l’importance du 14 juillet pour les gens. Du coup, je respecte la fête nationale et en fait, j’ai participé à elle plusieurs fois.

Normalement, je n’étais pas en France pendant l’été quand j’ai habité là-bas: je reviendrais chez moi aux USA pour voir la famille (et aussi, je célébrerais la fête nationale de mon propre pays pendant le 4 juillet). Donc, ce n’était pas chaque année que j’ai vécu en France que j’ai célébré le 14 juillet, mais je l’ai fait deux fois pendant mon séjour à l’étranger.

La première fois, c’était en 2014. Je passais l’été pour mes études à Paris, et donc, j’étais là pour voir des feux d’artifices près de la Tour Eiffel. Avec une camarade, je suis allée à l’École militaire (pas trop loin de la Tour Eiffel) où on a eu la vue en gros plan des feux d’artifice. C’était génial, quasiment parfait, et c’était une nuit magique…vraiment! Par contre, pour rentrer chez nous, c’était un cauchemar, car il y avait beaucoup de monde qui ont eu besoin de prendre le métro également. Je suis rentrée chez moi après une heure du matin, mais bon…je ne regrette rien!

Cinq ans plus tard, je suis revenue à Paris pour participer au 14 juillet. J’étais toute seule et cette fois, elle a marqué la dernière fois que je serais en France, avant de rentrer aux USA et de quitter la France indéfinitivement. Je ne suis pas allée à l’École militaire pour voir des feux d’artifices, mais au pont des Invalides. À mon avis, il était mieux que j’ai choisi le pont, parce qu’il y avait moins de spectateurs (et donc, pas aussi beaucoup de claustrophobie qu’à l’École militaire) et j’ai la vue parfaite de la Tour Eiffel et des feux d’artifices de loin. Pour prendre des photos et des vidéos, c’était mieux.

Et heureusement, pour rentrer à mon auberge après, ce n’était pas trop mauvais. À cause d’avoir fait la même chose il y a cinq ans, je connaissais ce que je dois faire: pour partir avant la foule, pour prendre le métro “correct” afin de ne pas changer trop de lignes, etc. C’était une nuit magnifique, mais aussi triste, car je savais que je ne le verrais pas pendant longtemps après.

J’ai des bons souvenirs de la France, surtout ceux du 14 juillet. La France est “la maison secondaire” pour moi, et il est pénible que je ne puisse pas y revenir maintenant à cause du COVID-19. Et j’ai entendu parler de la fête nationale est annulée cette année, grâce au virus. Le monde est actuellement le coup de folie, mais je sais qu’il ne reste pas par toujours comme ça. Je célèbre le 14 juillet de loin, chez moi aux États-Unis et dès que je pourrai revenir en France, je chérirai plus l’expérience qu’avant. Un jour, j’espère!

Vive la France, mes chers ami.es français.es!

Un weekend à Los Angeles (Hermosa Beach)

Hermosa Beach est une ville de plage qui est située au sud de l’aéroport international de Los Angeles (LAX). Elle est une des trois villes de plage au South Bay, avec Manhattan Beach et Redondo Beach. Elle est également la plus petite, à 3,7 kilomètres carrés. Bien qu’elle ne soit pas trop grande, elle est vivante et ce n’est pas étonnante que beaucoup de gens la visitent quand le temps fait beau.

La plage.

Moi, j’ai grandi pas trop loin de Hermosa Beach, mais il était rare que je la visite. Du coup, j’ai décidé d’y visiter la semine dernière (évidemment avec un masque) pour voir ce qu’on peut faire là-bas. J’y ai conduit, j’ai stationné ma voiture quelques blocs de la plage, et puis je me suis dirigée vers la côte.

Comme j’ai déjà dit, Hermosa Beach n’est pas trop grande. En fait, la majorité des activités sont concentrée sur Pier Avenue. Là, il y a beaucoup de restos, de bars, et de magasins boutiques et l’atmosphère est très vivante, en général. Les jeunes, les couples, et les familles s’amusent sur la Promenade, surtout pendant l’après-midi en été.

La Promenade.

Il y a quelques peintures murales qui sont dispersées partout de Hermosa Beach, près de la Promenade et sur Hermosa Avenue. Commandé par la ville et 2009, ces peintures murales étaient faites pour commémorer l’histoire de Hermosa Beach. Le but, c’était pour finir dix peintures en dix ans, et c’était terminé récemment. On peut les trouver sur les murs du parking, des allées, etc. Du coup, il faut faire attention à l’environnement– sinon, on ne les verra pas peut-être! Moi, j’ai réussi à voir six peintures murales, et elles étaient impressionnantes: j’espère que je verrai le reste plus tard!

“Beatnik Alley.”
“Lifeguards in Hermosa (before 1935).”

Après avoir traversé le Strand, on arrive à la plage. Le sable blanc est quasiment hypnotique, et les vagues bleues aussi. On peut faire la randonnée sur (ou sous) la jetée, et autrement passer le reste de la journée à nager, faire du surf, ou jouer au volley. On peut aussi simplement se faire bronzer sous le soleil (mais faites attention: ne se brûlez pas!). Les gens normalement passent l’après-midi à la plage jusqu’au coucher du soleil, et puis ils passent le soir aux bars et aux boîtes de nuit.

La jetée.
Sous la jetée.

En général, Hermosa Beach n’est pas aussi connue que Santa Monica ou Venice Beach, mais elle est du coin et accessible pour des gens du coin et des touristes. Elle est parfaite pour les jeunes qui peuvent s’amuser aux bars et aux restos, ainsi que rester en bonne forme à la plage. Hermosa Beach est une jolie partie de Los Angeles, et je vous conseille à la voir un jour.

La fête nationale américaine 2020

Happy Flag Day GIF by Richard Childress Racing - Find & Share on GIPHY
Source: Giphy.

Aujourd’hui, c’est la fête nationale d’USA. Chaque année, on célèbre des épreuves et des victoires que les pères fondateurs ont fait pendant la révolution américaine il y a plus des deux siècles, surtout le 4 juillet quand ils ont signé la Déclaration d’indépendance pour marquer un nouveau pays: les États-Unis.

Normalement, les américains font célébrer le 4 juillet avec du barbecue et des feux d’artifices. Cette année sera un peu différente, par contre, car on a toujours le COVID-19 qui continue à infecter beaucoup de gens de l’état à l’état. Du coup, je ne doute pas que les américains veuillent rester chez eux, et ne pas sortir pour participer aux parades ou aux réunions. Mais on ne saura pas, car j’entendais des feux d’artifices dans mon quartier depuis le mois de mai…mais bon. :/

Une autre chose qui signifie un changement de la fête nationale cette année, c’est le climat politique. Autrement dit, on a vécu beaucoup de problèmes depuis ce janvier qui s’envenimaient depuis l’éléction de Donald Trump en 2016. La pandémie de COVID-19 (et du chômage après) et le mouvement Black Lives Matter faisaient créer l’instabilité aux États-Unis, car les deux parties– Démocrates et Républicans– se divisent avec des problèmes sociaux. Il n’y a pas d’unité et donc, le pays est en chaos.

Puisque le climat politique est instable, je voyais quelques nouvelles qui annoncent “l’annulation” de la fête nationale cette année. Ce n’est pas juste l’annulation des feux d’artifices, mais également l’idée de fête complètement. À cause du gouvernement et Black Lives Matter, il y avait plusieurs gens qui trouvent la fête nationale “problèmatique,” et du coup, ils veulent “l’annuler.” C’est parce que les pères fondateurs ont été blancs et ils ont volé le territoire des indigènes, et c’était un acte raciste et cupide. Le fait que les minorités américaines (les noirs, les asiatiques, les latinos) sont opprimées sous le système blanc, c’est une justification pour ne pas célébrer le 4 juillet.

À mon avis, c’est ridicule. Je comprends le problème du racisme, du COVID-19, de Trump…mais pour “annuler” l’histoire du pays est extrême. Oui, l’histoire des États-Unis est tordue et imparfaite, mais l’effacement de la fête nationale n’est pas la bonne réponse. On ne peut pas changer la passée, mais on peut apprendre ses fautes et poursuivre.

Surtout pendant le mouvement Black Lives Matter, j’ai réalisé que je ne suis ni de gauche ni de droite, mais plutôt modérée– j’ai toujours des convictions libérales, mais aussi je reconnais le problème avec son extrémité (par exemple, cet effacement de la fête nationale). On a le droit pour être fâché au système politique, mais il faut aussi savoir ce qu’on doit faire pour résoudre des problèmes. Il faut qu’on s’unisse, au moins pendant le 4 juillet, pour reconnaître son histoire et culture, et pour être fier d’être américain.

Merci d’avoir lu mon post, et je vous souhaite des bonnes fêtes.

Une journée à Joshua Tree, Californie (Partie 2)

On a continué à visiter le parc national Joshua Tree vers le midi, après avoir vu trois endroits (Keys View, Cap Rock, Barker Dam). Bien que le temps ait commencé à faire chaud, on a poursuit quand même afin de maximiser le temps au parc.

Le prochain arrêt, c’était à Jumbo Rocks. Au début, j’ai voulu voir le Penguin Rock, mais je ne connais pas où exactement il était. Du coup, on était un peu perdu quand on a commencé la randonnée– à la fin, on ne le trouvait pas, et alors, on est retourné à la voiture où on a pris le déjeuner (des sandwichs desquels on a fait avant le départ). J’étais déçu qu’on n’a pas trouvé Penguin Rock, mais au moins, on a vu des rochers “jumbos” là-bas.

Ensuite, on a conduit à Skull Rock, un rocher qui apparaît un grand crâne. Il est situé pas trop loin de Jumbo Rocks, et on n’avait pas besoin de faire beaucoup la randonnée afin de le voir (0,15 miles/0,2 kilomètres). Il était assez grand et j’ai vu immédiatement la ressemblance avec un crâne. C’était génial, et on a pris quelques photos avant de continuer la visite de Joshua Tree.

Il faisait hyper chaud pendant l’après-midi, presque 108°F (42°C). En tout cas, on a fait la randonnée au prochain site, à Arch Rock. Il fallait qu’on traverse la rue, et puis marcher 0,4 miles/0,6 km vers le désert avant d’arriver au rocher. Malheureusement, on ne pouvait pas trop l’approcher, car il y avait trop de grands rochers pour surmonter. Du coup, on l’a vu de loin et on est revenu à la voiture. Bien que la randonnée ne soit pas trop longue, le temps faisait trop chaud pour apprécier la promenade.

À cause du chaleur, on n’a pas passé trop de temps au derniers deux sites. On a vu le jardin Cholla Cactus (avec beaucoup de cactus, évidemment) et aussi l’oasis Cottonwood Spring et on a terminé la visite de Joshua Tree. Après, on est revenu chez nous (trajet de trois heures), épuisé mais content.

En général, on s’est bien amusé à Joshua Tree. C’est vrai que le parc n’est pas aussi impressionant que des autres parcs nationaux aux USA (ou au monde), mais pour une petite excursion de la journée, c’était enrichissante et j’aimerais bien à revenir– surtout pour l’astronomie.

Merci d’avoir lu mon post. À bientôt!