Mes desserts préférés français!

Salut à tous!

Pour moi, je suis absolumment folle des choses sucrées: pâtisseries, gâteaux, bonbons, tartes, etc. Depuis mon enfance, je mangeais beaucoup de desserts et alors j’ai dévéloppé un grand “sweet tooth” à cause de ça. Par contre, je n’ai jamais reçu une carie, et je sais ce que je suis très chancheuse! C’est vrai que j’essayais récemment de faire attention à ce que je mange, mais quand même, les desserts (surtout ceux de français) me font trop de plaisir, morceaux à morceaux!

J’ai écrit un post similaire sur ce blog il y a trois ans, lequel vous pouvez regarder ici, mais dans ce post, j’ai plutôt raconté des desserts que j’avais goûté pendant mon été à l’étranger à Paris. Depuis ce moment, je rentrais et habitais en France où je goûtais plus de la cuisine française– savoreuse et sucrées. Il y a des centaines de pâtisseries, de viennoiseries, lesquelles les français font cuisiner…franchement, il est impossible de goûter toutes les choses, même dans la vie! En tout cas, il faut essayer…

Donc, j’ai décidé de partager une petite liste des desserts français que j’aime beaucoup. Elle va consiste en pâtisseries et viennoiseries (la dernière, je considère en tant qu’un dessert). En fait, j’ai choisi les desserts standards (c.à.d on peut les trouver nulle part), parce que je sais qu’il y a beaucoup de desserts régionaux et  je ne voudrais pas prendre trop d’espaces pour lister tous mes desserts préférés– standards et du coin. Ça serait trop!

Alors, c’est parti!

1. Pain au chocolat.

Related image

Dit “chocolatine” dans quelques régions françaises, le pain au chocolat est une viennoiserie emblématique en France. En fait, je préfère celui-ci que le croissant, parce qu’il contient du chocolat, ce qui est plus “intéressant” à déguster. C’est simple, et pas trop cher en France, donc c’est le dessert parfait pour savourer après une longue journée!

2. Torsade au chocolat.

Related image

Similaire au pain au chocolat, la torsade au chocolat est aussi une viennoisserie avec du chocolat, mais il a une forme nouée, plutôt comme un bretzel. J’aime bien celle-ci, parce qu’elle contient plus du chocolat que le pain au chocolat (qui a trop peu de chocolat, malheureusement). En fait, j’avais du mal à trouver la torsade aux viennoiseries, ce qui est un peu bizarre, mais bref…si je la trouve, il est sûr que je vais l’acheter!

3. Réligieuse.

Related image

La réligieuse est une de mes pâtisseries préférées: elle consiste en deux choux, une grande et une petite, qui se représentent la mitre de l’église. Bien que je ne sois pas réligieuse, je trouve l’idée trop mignonne! Elle est délicieuse aussi– normalement, c’est le goût chocolat, mais je goûtais d’autres, comme la noisette (laquelle j’adore!). Enfin, on peut manger pas une, mais deux choux, alors “double the fun!”

4. Salambo.

Image result for salambo pastry

Alors, je n’avais jamais entendu parler de cette pâtisserie avant d’arriver en France pendant ma première année du travail là-bas. C’était mon collèague qui m’a présenté le salambo comme un cadeau– tout d’un coup, je suis tombée amoureuse de la première bouchée. C’est un chou de pistache: normalement, je n’aime pas trop de goût de pistache, mais le salambo m’a fait autrement pensé! Crémeux et riche, le salambo est le meilleur cadeau pour donner à quelqu’un (ou soi-même!).

5. Tarte aux framboises.

Related image

Enfin, la tarte aux framboises…bien rangée et symétrique, cette tarte est trop jolie à manger! Mais quand même, je la mange… Ce que j’aime les tartes, c’est la croûte: normalement, je mangerais des autres choses (fruits, crèmes) dedans avant de terminer avec la croûte. Et alors, ce n’est pas d’une exception avec la tarte aux framboises. Sucrée et aigre, cette tarte a un équilibre qui va satisfaire n’importe qui!

Qu’est-ce que votre dessert préféré français? Dites-le-moi!

Une journée à LACMA!

Bonjour, tout le monde!

Pendant le mois de juillet, j’ai passé une journée à LACMA (Los Angeles County Museum of Art). Grâce au musée, j’ai eu l’occasion d’y aller gratuitement pour voir tous ce qu’on peut voir dans le monde d’art.

LACMA n’est pas proche chez moi– au moins, il faut prendre 45 minutes à une heure, parce qu’il y a trop d’embouteillage à Los Angeles, ce qui est malfamé partout. Donc, je suis sortie la maison assez tôt du matin afin d’y arriver à une bonne heure (10:00) pour rencontrer des amis avec qui je vais passer du temps à LACMA.

J’y suis arrivée à 9:30 et il fallait que je trouve un stationnement près du musée. C’est vrai qu’il y a du parking à LACMA, mais il coûte très cher, environs $16/jour et je n’ai pas eu envie de payer pour cela. Alors, j’avais entendu qu’on peut trouver du stationnement gratuit sur la rue residentielle juste à côté du musée, si les places ne sont pas encore complètes. Heureusement, je suis arrivée tôt, et du coup, il y avait plusieurs places lesquelles je pouvais stationner la voiture. Le succès!

“Levitated Mass” par Michael Heizer.

Après avoir la stationné, j’ai traversé la rue et je suis entrée le musée où j’ai obtenu un ticket gratuit pour accéder des expositions. J’ai attendu mes amies qui étaient toujours en circulation (ah, c’est Los Angeles…). Pas grave, parce qu’elles sont arrivées à 11:00 et nous avons passé le reste du temps au musée.

Considéré comme “le plus grand musée contemporain à la côte ouest des États-Unis,” LACMA est situé sur le “Miracle Mile,” une rue connue près de Beverly Hills et West Hollywood. Il a plus de 150,000 oeuvres à voir, ainsi que l’exposition connue “Urban Light” où on peut prendre des photos de cela, pendant la journée ou la soirée. Moi, j’avais y visité il y a deux ans, mais pendant la nuit pour juste prendre une photo avec “Urban Light.” Je n’avais pas accédé le musée, et alors cet été, j’ai décidé d’y entrer enfin.

Panorama de “Urban Light.”
Sous les réverbères de “Urban Light.”

Mes amies et moi, nous avons passé du temps en visitant deux batîments de LACMA. Au total, il y a six batîments séparés du musée: il faut passer deux jours (au moins) pour voir tous ce qu’on peut voir à LACMA! Nous n’avons pas eu du temps, malheureusement, du coup nous avons choisi des expositions spécifiques que nous voulions voir. Nous avons visité le batîment Ahmanson qui avait une grande collection d’oeuvres d’art durant les siècles: il y avait des classiques de Pablo Picasso et Jackson Pollack, ainsi que les plus contemporains des artistes du coin (dit aussi “Los Angelenos”). Il y avait six étages du batîment, je crois, mais nous n’avons visité qu’un étage et il était déjà trop!

“Ceci n’est pas une pipe” par René Magritte.
“Campbell Soup Can” par Andy Warhol.

Ensuite, nous avons quitté le batîment Ahmanson et avons traversé la passerelle à un petit étang dehors du pavillon d’art japonais, pour voir une exposition sur l’eau, dit “Three Quintains (Hello Girls)” par Alexander Calder, un sculpteur de qui j’ai vu son autre oeuvre (“l’Aigle”) à Seattle cet été plus tôt. Quelle coincidence!

“Three Quintains (Hello Girls)” par Alexander Calder.

Nous avons enfin visité le batîment Broad Contemporary Art Museum, dans lequel nous avons regardé plus des oeuvres des artistes “Los Angelenos.” Il y avait plus des expositions (moins de peintures par rapport en Ahmanson). Aussi, il fallait prendre l’escalator en haut pour accéder le batîment et on peut voir une belle vue de Los Angeles sur la terrasse. Dedans, il y a l’exposition “Miracle Mile” (comme la rue éponyme) et aussi une exposition qui représente le futur de Los Angeles…”hi-tech!” Assez cool, je croyais.

Les lumières à Broad Contemporain Art Museum.
“Miracle Mile.”

Vers 13:00, nous avons terminé notre visite de LACMA. Bien que nous n’ayons pas vu tous ce qu’on peut voir, je pense que les expositions vues étaient plutôt incroyable. C’est bizarre, mais après mes expériences de visiter beaucoup de musées en Europe et, plus récemment, à Seattle (surtout à Chihuly Garden and Glass), je crois que j’apprécie plus l’art. Bon, je ne suis pas “snob” de l’art, mais plutôt quelqu’un qui aime regarder des jolies oeuvres et qui essaie de trouver des sens de celles-ci. Je voudrais revenir à LACMA pour regarder plus des expositions…et avoir plus du temps pour faire ça!

Destination: Mount St. Helens, Washington

Salut à tous!

Enfin, notre dernière destination pendant notre voyage au Pacifique Nord-Ouest était au Mont St. Helens, le volcan connu qui est entré en éruption en 1980, pendant que son sommet était enlevé. Même aujourd’hui, il restait beaucoup de cendres et des vestiges de l’éruption partout du parc national, dans lequel nous avons passé notre dernier jour pendant les vacances d’été.

Notre visite au Mont St. Helens était courte, car nous avons passé juste l’après-midi dedans le parc national. Nous sommes y allés à partir de 11:00 après un déjeuner à Subway (le fast-food, mais suffisant quand même). Le trajet n’a duré qu’une heure, et après être entrés le parc, nous avons fait plusieurs arrêts au long de la route afin de voir le Mont St. Helens en quelques angles différents.

Au début, nous avons fait une petite promenade au bord d’un marais qui avait beaucoup de nénuphars. Ça avait l’air de Giverny, surtout les jardins Monet là-bas, et la vue du Mont St. Helens était si jolie. Il faisait assez chaud, mais le ciel bleu et l’abondance des plantes ont fait l’expérience valoir la peine.

Le Mont St. Helens pendant la promenade.
Les nénuphars.

Ensuite, nous avons fait deux arrêts à Elk Rock et Castle Rock, qui sont des points de vue pour prendre des belles photos du volcan connu autour de la nature verte. J’ai utilisé l’option “panorama” sur mon portable pour prendre tous ce que je voyais autant que possible. Par rapport le jour avant au Mont Rainier, le temps faisait très beau ce jour-là, très clair et les photos ont fait parfaits (comme vous voyez!).

À Castle Rock.

Nous avons continué à conduire sur les falaises du parc national, en arrivant à Johnston Ridge où nous pouvions voir le Mont St. Helens intimement: il semblait qu’on puisse toucher le volcan sans problème! À l’observatoire, il y avait une présentation sur l’histoire et la géologie du Mont St. Helens laquelle nous avons un peu écouté. Puis, nous avons fait une petite promenade sur les arêtes pas loin de l’observatoire, en prenant plus des photos du volcan.

Pendant la promenade, je voyais des vestiges des arbres qui ont été détruits pendant l’éruption en 1980. Cependant, ce qui m’a surpris, c’était les fleurs violettes par opposition aux arbres, bien poussées et jolies. Donc, elles se représentent le rétablissement du volcan après la destruction, une renaissance de la nature.

À Johnston Ridge.
Un arbre détruit.

Finalement, nous sommes descendus Johnston Ridge et nous avons terminé notre visite du Mont St. Helens au lac Coldwater où nous avons fait encore une petite promenade autour de l’eau. Le lac était très clair et bleu, la même nuance du ciel– le paysage était vraiment calme!

Au lac Coldwater.

À 16:00, nous avons quitté le parc national du Mont St. Helens. Nous sommes revenus à l’hôtel et après un petit repos, nous sommes ressortis pour prendre le dîner. Mon père a acheté une bouteille de la bière régionale au supermarché après, et j’en ai goûté un peu– pas mal!

Le lendemain, nous avons quitté l’hôtel pour aller à Portland où nous prendrions l’avion afin de revenir à Los Angeles. Mais avant, nous avons pris le déjeuner dans un “diner” américain où j’ai goûté une tarte aux fruits rouges régionaux (j’ai oublié le nom, mais elle était délicieuse!).

La tarte aux fruits rouges régionaux.

Nous sommes arrivés à l’aéroport de Portland, avons pris le vol, et sommes arrivés à Los Angeles pendant le soir– nous avons terminé la semaine au Pacifique Nord-Ouest après…effectivement!

En général, les vacances d’été sont été très courtes, mais quand même je suis contente d’avoir eu l’occasion de visiter une nouvelle région des USA. De Portland à Seattle, ainsi que les parcs nationaux. j’ai bien aimé l’expérience pour rencontrer la vie urbaine et naturelle… toutes ce qui sont jolies! Peut-être je vais y revisiter un jour, si j’aurais la chance!

Je termine les posts sur mon voyage d’été au Pacifique Nord-Ouest. Par contre, j’aurai plus des aventures à suivre bientôt, du coup restez avec moi pour celles-ci! À plus tard. 🙂

Destination: Mount Rainier, Washington

Salut à tous!

À Seattle, ma famille et moi nous sommes réveillés assez tôt lendemain afin de quitter l’hôtel pour aller à notre prochaine destination dans le Pacifique Nord-Ouest. Nous irions visiter deux parcs nationaux au Washington– Mount Rainier et Mount St. Helens– pendant deux nuits, dans lesquels nous ferions les promenades et nous explorions la nature dehors la ville urbaine.

Donc, nous avons commencé avec le parc national Mount Rainier, situé au sud-est de Seattle. Nous conduisions pendant deux heures et nous y sommes arrivés en fin de matinée. D’abord, nous avons visité le musée Longmire, une petite cabane qui avait des infos sur les animaux de la région (oiseaux, rongeurs, etc.). Apparemment, le parc Mount Rainier a plein de faune et flore diverse ce qui est intéressant pour les gens fascinés par cela. Moi, je ne suis pas experte de la faune et flore, mais quand même, j’ai fait attention aux animaux pendant notre randonnées dans le parc national.

Nous avons continué à la rivière Glacier et bien sûr, il y avait un peu de glaciers qui restaient sur la surface des roches en amont. Il y avait aussi un petit pont en bois lequel quelqu’un avait construit par main: il était au-dessus de la rivière blanche et ce qui était bizarre, c’était que le pont a eu une rampe sur juste un côté! Du coup, c’était un peu dangereux, mais quand même nous avons le traversé sans problème. Nous pouvions aussi voir le Mount Rainier à la distance, mais malheureusement, le temps était assez couvert ce jour-là… alors, nous ne pouvions pas prendre une belle photo de la montagne complète!

Le pont en bois.
Mount Rainier…un peu.
Les cailloux.

Ensuite, nous avons passé l’après-midi à deux cascades: Christine et Narada. Le premier, Christine Falls, a reçu le nom de la fille d’un adventurier pendant le 19ème siècle: cette cascade est à deux étages et elle est impossible pour prendre une photo complète de les deux. Normalement, on prend l’étage plus bas avec le pont, mais en tout cas, elle reste jolie.

Christine Falls.

L’autre cascade, Narada Falls, est située près d’un sentier qui avait beaucoup de glace (en juin?!). Afin d’accéder la cascade, il faut marcher en descente sur ce sentier glissant. Parfois, je presque glissais, mais heureusement je ne suis pas tombée– malheureusement, il y avait des autres gens qui ont glissé et alors leurs pantalons ont fait salés! Nous sommes arrivés à Narada Falls et la puissance de son eau m’a fait trempé! C’était exaltant et incroyable que j’ai été debout devant la cascade!

Narada Falls.
Le sentier pour aller à Narada Falls.

Puisque nous n’avons pas encore vu Mount Rainier très bien pendant ce matin, nous voulions continuer à essayer de le voir afin de prendre une belle photo d’elle. Du coup, nous avons continué à conduire dans le parc national pour trouver un endroit idéal pour voir la montagne sans bouchon. Nous n’avons pas beaucoup réussi: la meilleure vue était sur une pente pendant une descente au long des collines. Là, nous pouvions voir 60 pourcent de Mount Rainier ce qui n’était pas trop mauvais. Par contre, c’était après nous avons terminé pour la journée que nous avons vu la meilleure vue d’elle juste avant de sortir le parc national: nous avons vu 75 pourcent de la montagne et ça suffissait. 🙂

Mount Rainier…pas mal!

Avant d’avoir vu cette image de Mount Rainier, nous avons aussi fait une petite pause au lac Reflections lequel on peut voir le reflet des arbres (et Mount Rainier sans nuages) très clair comme de l’eau de roche (“crystal clear”). Par contre, la majorité du lac était gelée pendant notre visite, mais il y avait un peu d’eau visible où nous pouvions voir très bien l’image de la nature toute autour du lac.

Le lac Reflections.

Nous avons quitté le parc national Mount Rainier en fin d’après-midi, en conduisant vers une petite ville de Washington où nous resterions deux nuits. À 16h00, nous sommes y arrivés, nous sommes enregistrés à l’hôtel, et après un petit repos, nous sommes sortis afin de prendre le dîner. Nous avons mangé au resto mexicain (ça faisait longtemps que je n’ai pas mangé la cuisine mexicaine, du coup j’ai été heureuse de la prendre encore!). Mon père et moi, nous avons commandé des grandes Margaritas et elles étaient MASSIVE! Elles ont ressemblé aux chaudrons et j’ai été si choquée par leur taille! Elles avaient le goût de piment et de coriandre ce qui n’était pas mal. Très fort aussi (la tequila, bien sûr) et je suis arrivée à finir toute la Margarita à la fin du repas. J’ai été très bouffée, mais je pouvais me reposer à l’hôtel après (heureusement, pas bourrée!).

En général, notre journée à Mount Rainier était agréable. C’était un peu frustrant de ne pas voir Mount Rainier (qui était bloquée par les nuages pendant presque toute la journée), mais à la fin, nous étions chancheux et nous avons vu Mount Rainier assez bien. Nous continuerions à explorer plus des parcs nationaux du Washington plus tard.

À la prochaine: Mount St. Helens, Washington!

Destination: Seattle, Washington

Bonjour!

Quand ma famille et moi nous dirigions vers Seattle, j’ai pas imaginé que la ville me ferait beaucoup de plaisir. Après avoir fait deçu pendant notre séjour à Portland, j’ai été pas sûre si Seattle serait mieux. Heureusement, elle l’a été!

Seattle est la plus grande ville de l’état de Washington, ainsi qu’elle est une des villes à croissance rapide des États-Unis. C’est une ville urbaine, mais elle est aussi entouré de forêts et de parcs naturels, afin d’échapper le bruit et l’embouteillage du centre ville. Du coup, Seattle a un équilibre entre la ville et la nature, ce qui attire beaucoup de gens pour y travailler et pour y visiter. Malgré le “concrete jungle” du centre ville, Seattle m’a pas fait l’impression trop écrasant, ce que j’ai bien aimé pendant que ma famile et moi sont entrés dans la ville.

Notre première destination était au parc Volunteer, situé dans le quartier Capitol Hill. À part d’avoir beaucoup d’espaces naturelles, il y avait aussi un jardin d’hiver, un musée des arts asiatiques, et un château d’eau (“water tower”) sur lequel on peut voir la silhouette des immeubles de Seattle…gratuitement! Du coup, après nous nous sommes promenés dans le parc (dans lequel nous avons vu des petits canards à l’étang– trop mignons!), nous sommes montés le château d’eau pour voir Seattle. Malgré les arbres qui bloquaient un peu de vue, c’était pas mal surtout la vue était gratuit!

La silhouette des immeubles.
Le château d’eau au parc Volunteer.

Ensuite, nous avons quitté le parc Volunteer et avons conduit au centre ville de Seattle. Par contre, pour trouver un parking qui n’était pas complet, c’était un cauchemar! Nous avons passé 30-45 minutes afin de trouver un parking…très frustant…Enfin, nous avons trouvé une place qui était pas trop loin de Pike Place et puis, nous avons marché au Waterfront, la promenade au bord de Puget Sound. Il y avait un aquarium et une grande roue, ainsi qu’il y avait beaucoup de touristes partout. J’ai trouvé le Waterfront assez fantaisiste, mais la vue de l’océan était très calmante ce qui m’a fait contente.

Le Waterfront.

Du Waterfront, nous nous sommes dirigés vers Pike Place, un grand marché qui vend les fruits de mer, ainsi qu’il a des restaurants et des magasins touristiques. Nous avons fait une petite pause au mur du Chewing-Gum (“Gum Wall”) qui a des milliers du chewing-gum colorés, ce qui est fascinants mais aussi plutôt dégueulasses…ma soeur et moi, nous avions apporté du chewing-gum pour cette occasion, et alors nous avons en mâché afin d’en collé sur le mur pour commémorer notre présence là-bas. C’était un succès!

À Gum Wall.

Ayant faim, nous avons décidé de prendre le déjeuner à Pike Place. Nous avons choisi de manger à Pike Place Chowder, un restaurant connu pour sa soupe de clams. Il y avait une longue queue, mais elle a passé vite et nous avons commandé quatre soupes de clams avec deux petits pains d’homard (“lobster rolls”) pour partager entre nous. Ce qui m’a choqué, c’était le prix total: plus de $75! C’est parce que le prix des lobster rolls était au prix du marché, du coup ça change tous les jours– ce jour où nous avons visité, chacun lobster roll a coûté $20…et il n’était pas trop grand! En tout cas, la soupe de clams était crémeuse et le lobster roll avait plein d’homards, alors c’était un déjeuner assez bien…même si le prix n’a pas valu la peine!

Le déjeuner.

Après le déjeuner, nous avons continué à flâner Pike Place. Nous avons trouvé le Starbucks original, mais il y avait une très longue queue dehors le café. Juste à côté de Starbucks, il y a une petite boulangerie russe qui vend des tartes sucrées et salées. La queue de la boulangerie n’était pas aussi longue que celle de Starbucks, du coup nous avons décidé d’acheter plusieurs tartes pour manger plus tard. En fait, nous avons les goûté en tant que notre dîner ce soir– les goûts étaient assez bien, et j’ai bien aimé ma tarte des pommes de terre et des champignons, ainsi que la tarte des cerises et des chocolats blancs.

Au marché Pike Place.
Les fruits de mer à vendre.

À l’après-midi, nous sommes allés vers le Space Needle, un monument emblématique de Seattle. Plus que 50 ans, la tour a été construite en 1962 pour l’exposition universelle de la même année– aujourd’hui, c’est une attraction touristique pour prendre l’ascenseur en haut et pour voir la vue de Seattle.

Par contre, nous n’avons pas visité le Space Needle cet après-midi: nous le visiterions pendant la nuit, pendant que les lumières des batîments s’éclairent. Près du Space Needle, il y a une exposition qui s’appelle “Chihuly Garden and Glass.” En gros, c’est un musée dédié aux oeuvres de Dale Chihuly, un sculpteur américain qui vient du Pacifique Nord-Ouest. Chihuly se spécialise en objets en verre qui sont différents que les oeuvres que je regardais aux autres musées. Le tarif était plutôt cher ($30 par personne), mais je pense qu’il valait la peine quand nous sommes entrés dans le musée. Chaque chambre avait des oeuvres si colorés, si impressionants. Normalement, je ne suis pas fan de musées, mais je pense que Chihuly Garden and Glass était un de mes musées préférés du monde. Carrément, je vous conseille à visiter Chihuly si vous décidiez d’aller à Seattle!

La tour Sealife.
Mille Fiori.
Le jardin et la serre de Chihuly.

La dernière destination de l’après-midi était au parc Olympic Sculpture où il y a des sculptures abstraites partout d’espace. Nous avons vu “l’Aigle,” une sculpture connue et après avoir flâné un peu, nous sommes revenus à l’hôtel.

“The Eagle” au parc Olympic Sculpture.

Dans notre chambre, ma famille et moi nous sommes reposés avant de ressortir à 21:00 pour aller à Space Needle. Nous avons payé le tarif pour monter en haut et nous avons attendu le soir pour faire nuit, afin de prendre des photos des batîments éclairés. La vue était magnifique avec les batîments près de l’eau. C’était une nuit (et une journée) bien passée et après nous sommes revenus à l’hôtel à 22:00 pour nous réposer pendant le reste de la nuit.

La vue du Space Needle.
Le Space Needle.

En général, Seattle m’a beaucoup plu. Par rapport à Portland, la ville de Seattle a plus des choses à faire, par exemple le marché Pike Place, le musée Chihuly Garden and Glass, et le Space Needle. J’ai aimé la promenade du Waterfront, ainsi que j’ai aimé la proximité de l’océan ce qui m’a fait se souvenir de l’océan chez moi à Los Angeles. C’est vrai que le Puget Sound n’est pas la même chose que la côte de la Californie, mais quand même c’était la nature qui m’a rendu heureuse. Je voudrais revisiter Seattle un jour pour explorer plus des choses là-bas.

Plus des posts à venir. Le prochain: Mount Rainier, Washington!